« La RATP et vous | Accueil | Divorce Sarkozy »

18 octobre 2007

Commentaires

Gus

"Le Monde" lui-même est inhabituellement dur sur le sujet. Allant même jusqu'à mentionner le jeu trouble de certains eurodéputés français, d'ailleurs utilement évoqué pendant la campagne pour le référendum de 2005 sans que la presse ne trouve à cette époque utile de mentionner ces étranges liens entre partis politiques, élus européens et grande industrie :

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-968556@51-956314,0.html

Sébastien Delahaye

Hello,

(pour ceux qui n'ont pas lu l'article dont parle Versac, j'en suis l'auteur)

Je ne suis pas forcément d'accord avec ce que vous dites de mon papier (déjà parce que j'émarge au rang de ces abominables pirates ;) A vrai dire, je ne comprends même pas trop les reproches... Je n'ai franchement pas l'impression d'avoir collé à la ligne officielle (je la cite certes, mais eh, je trouve aussi ce genre de réactions intéressantes).

L'article de Ratiatum est très bien, même si je trouve qu'il est franchement un peu tôt pour tirer des enseignements du coup de Radiohead. La période suivant la sortie du disque physique devrait être beaucoup plus intéressante pour ça.

versac

Sébastien : c'est surtout le titre qui me gène. "Radiohead pirate malgré tout". Si ce n'est pas épouser ce prisme...

Ce point de vue me semble intéressant, comme celui d'une des parties prenantes au débat. Mais il n'est pas vraiment présenté comme tel, alors que les speakers ne sont pas des anges, et forment un cadrage bien précis de l'expérience.

Laurent GUERBY

versac, amusant au boulot j'ai discuté avec quelques collègues qui apres avoir survolé les médias pensait dur comme fer que Radiohead s'était tout fait "piraté" et n'avait rien vendu.

C'est bien sur vite corrigé avec les bonnes URLs mais il est difficile de ne pas voir une opération de communication rondement menée : pas de vagues pendant qu'on discute de la N-ième loi anti "pirate" a l'assemblée. Et la ministre de la culture qui rappelle a Iliad que pour avoir une licence dans le téléphone il faut attraper son quota de "pirates".

L'article wikipdia sur l'album est bien fait :

http://en.wikipedia.org/wiki/In_Rainbows

Gus

Une interview récente d'un artiste qui doit toute sa notoriété à internet.

http://www.infos-du-net.com/actualite/dossiers/70-8-deezer-jamendo-lastfm.html

Peut-être faut-il préciser qu'il "sort" plusieurs albums par an (trois en six mois en 2007 sauf erreur)

Gus

Laurent Guerby: Le plus ironique dans l'affaire des propos d'Albanel concernant Free n'est pas qu'elle ricidule l'indépendance supposée de l'ARCEP : c'est qu'elle témoigne de l'ignorance d'un fait archi-connu, qui est que *tous* les fournisseurs d'accès à internet savent que les services de pages perso qu'ils proposent servent à échanger des "reproductions d'oeuvres protégées".

Free, soucieux de lutter contre le piratage tout en il est vrai ne rebutant pas trop ses clients a pris quelques mesures "techniques" pour rendre la technique relativement difficilement utilisable, et créé le service dl.free.fr pour les usages présumés licites que les mesures techniques prises interdisaient, tout en pointant du doigt le phénomène. Free a d'ailleurs été globalement imité par les autres gros acteus du secteur avec des stratégies plus ou moins assumées, mais toutes parfaitement lisibles par leur clientèle : des services iso-fonctionnels existent chez wanadoo et 9telecom, mais manifestement, Mme Albanel l'ignore.

Remarquez, l'expérience incite à croire des jeunes ministres des premiers gouvernements d'une majorité donnée est souvent bref. Qui, par exemple, se souvient de Claudie Haigneré ? Ministres d'ouverture, prenez-en de la graine...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.