« Vous m'emmerdez avec votre buzz | Accueil | Burma rising »

25 septembre 2007

Commentaires

Gus

Travers de communicant ?

Chirac avait son Villepin, Sarko a son Guaino, comme Sauron avait son Gollum.

Nul doute que Fillon sortira grandi de cette épreuve avec le nègre de Sarkozy, surtout si on considère qu'hors de France, nul ne doute réellement duquel des deux est à soutenir dans leurs débats.

Gus

Et qu'en pense notre psychiatre de la croissance, l'inénarrable Boris Cyrulnik ?

Jules

Et qu'en pense le psychanalyste de la pensée de gauche Benoit Hamon ? ;-)

>> "Guaino, lui, ne s'améliorera pas. Il sombre doucement dans une folie coupée du monde, enrobé dans son verbe."

Euh... là, tu nous fais du Libération là Versac. Faudrait voir à pas non plus se prendre pour la pythie et à se mettre à sur-interpréter le moindre mot et à inventer des histoires pour le plaisir...

versac

Jules : un point versac.

koz

Pourquoi ne pas y voir un utile et involontaire tandem ? La France a besoin des deux, de l'enchantement et de la réalité. Tu vivrais vraiment, toi, dans la seule froideur gestionnaire de Fillon ? Elle est utile et je ne critiquerai pas son propos mais, dans le même temps, penser au temps long, à la longue période, à une France qui est, aussi, eh oui, ce "long manteau de cathédrales", je ne trouve aps cela risible.

Jules (de diner's room)

J'aime bien, moi, le "manteau de cathédrales".

Avec les gargouilles, ça fait un peu J.-P. Gaultier, il est vrai. Et ça peut faire mal.

Le Nonce

Involontaire, je ne sais pas, mais utile, certainement pas.

Le « manteau de cathédrales », certes, c'est joli. Les lieux communs grossiers du fameux « discours de Dakar », qui nous font détester un peu plus des Africains, c'était nettement moins bien. Ca venait pourtant du même tonneau. Tono ?

S'inscrire dans le long terme n'implique pas de saturer l'espace média à coups de petites phrases sur des sujets sélectionnés par les sondages « quali », comme le fait le gouvernement. Au contraire. Personnellement, je ne peux plus souffrir ce flot ininterrompu de déclarations sur tout, n'importe quoi et n'importe comment, en tout sens et en tout lieu. Fermez-là cinq minutes, réfléchissez donc avant de parler, et bossez, sacredieu !

D'autant que la situation financière pourrie de la France, surtout depuis le passage des Balladur, Chirac et maintenant du Sarkozy, est une tendance lourde qui est tout sauf une nouveauté. La situation était déjà grave avant l'absurde paquet fiscal, elle l'est encore plus après, alors que la croissance bat de l'aile. S'inscrire dans le long terme, c'était y penser avant de raconter et de promettre n'importe quoi. Ce n'a pas été le choix du gouvernement.

D'autant que l'aggravation constante de l'endettement public a une conséquence très directe sur l'action publique : la part du budget réservée au « service de la dette » (ie le paiement des intérêts d'un principal sans cesse élargi) ne cesse de progresser. Autant d'argent qui ne sera pas utilisé ailleurs. D'ailleurs, la remontée récente des taux longs va renchérir le coût de notre futur endettement, après des années de taux très bas. Ca aussi, c'est parfaitement prévisible. Mais n'a pas été pris en compte.

De ce point de vue, il est paradoxal, sinon pathologique, de multiplier les annonces alors que les moyens pour les mettre en oeuvre sont chaque jour moins importants.

On n'a pas fini de se prendre des « lois » dans la tête, sans état des lieux ni étude d'impact, comme d'hab'. Une loi, ça ne coûte pas cher, et tout le monde parle des polémiques que soulèvent leur examen. Et tant pis si elles ne changent rien à rien, sont idiotes ou inapplicables. Cette mise en (ob)scène de l'impuissance publique aura toujours amusé la galerie cinq minutes.

Juste avant qu'on ne passe au prochain sujet qui sera, comme le précédent, mal traité.

LN

Gus

koz: L'enchantement ? Vous devez confondre Nicolas Sarkozy avec Harry Potter.

Et vous croyez réellement que les 55% de désenchantés qui envoyèrent chier le rêve de constitution européenne en 2005 s'émerveilleront de quelques effets de manche qu'un Villepin n'aurait pas renié du temps de sa gloire ?

Et vous croyez vraiment que l'ensemble des militants de gauche décomplexés et libres d'agir grâce à la mort cérébrale du PS vont laisser l'enchanteur enchanter longtemps ?

versac

koz : oh, qu'il y ait nécessité d'un peu d'enchantement, de vision, de discours, je ne le nie pas. Mais je goûte fort peu celui de M. Guaino, qui est risible, contradictoire et sans aucun lien avec la moindre once de réalité. Au début, on pouvait croire que ce discours se contentait de bercer les français dans une sorte de mythe, que c'était, après tout, de la com.

Il semble à présent que non, que M. Guaino se permette de remettre à sa place le premier ministre, et qu'il croie vraiment à ses fariboles incngrues et contradictoires (la BCE méchante, le choc fiscal de confiance, la France qui est ceci...). Si Guaino était juste un amuseur de discours, un faiseur de belles formules qui font vaguement chic en meeting, ça ne me dérangerait pas outre mesure. Or il se prend pour le vrai bras gauche de Sarkozy, et montre sa capacité d'influence régulièrement.

Angelo fan de Versac

Pour ma part, je pense que Sarko utilise Guaino à son gré, c'est effectivement sa boîte
à mots de "gauche" qu'il use lorsque il se trouve "trop à droite"
> Technique de sieur Le pen, isn't it?!
Sarko 1er doit bien le flatter, le père Guaino; en conséquence de quoi, le conseiller-dorloté se love bien volontiers dans ces fables franchouillardes.. (je te reprends :"BCE pas belle,etc...)
Amitiés virtuelles, à c'soir pour RDB?

ALLAIN JULES C@MMUNICATION

Entre Gueant le vrai Premier-Ministre, Guaino le conseiller et nègre très spécial, Fillon le "directeur de cabinet" est encore plus à l'étroit.

S'il était fier, il partirait de son propre chef...

OlivierA

Fillon est aussi déconnecté de la réalité que Guaino.
Quand Guaino utilise un vocabulaire de publicitaire sous LSD, Fillon utilise un vocabulaire de comptable. Mais dans les deux cas c'est de l'enfumage.
L'Etat n'est pas en faillite. Si les finances se sont dégradées c'est grâce à Sarkozy, ses 15 milliards perdus en deux mois, et sa politique économique volontairement récessioniste.

Samir

D'accord avec Helene. Le discours paternaliste de l'afrique a Papa m'est reste en travers de la gorge.

Versac a raison. Guaino s'embourbe dans ses formules vaseuses en essayant de reconcilier des termes et des concepts opposes par nature. "choc de confiance". Une vraie mascarade! je n'ai rien contre l'anaphore, mais je ne supporte pas le sophisme.

Anthropia

Oui, Versac, je suis d'accord avec vous.

Ajoutons que c'est un discours pervers, car il ne permet pas de réagir, il enferme dans un cercle de paradoxes, qui fait que quoi qu'on rétorque, on a tort, c'est un discours du double bind.

En cela, Sarko et Guaino se sont bien trouvés, ils aiment tous deux ne pas rendre de compte sur ce qu'ils disent et pour Sarko sur ce qu'il fait.

A preuve, le refus de Sarko de répondre à la presse étrangère à l'ONU. Mis au pied du mur de ses effets, de ses tics, de ses travers par les journalistes étrangers qui ne sont pas victimes de la fascination franco-française, il veut les dresser en les privant de questions.

Cela marchera-t-il comme cela a marché en France, grâce aux coups de fil à la rédaction, aux invitations au Plazza Athénée, aux menaces "je connais votre patron" et aux tutoiements intempestifs ?

Pas sûr. La presse anglo-saxonne est me semble-t-il moins sujette au commentaire, plus intéressée par les faits.

Et puis le monde est grand, plus grand que la petite France provinciale.

http://anthropia.blogg.org

Gemini

Je commence de plus en plus à penser que cette ambiguité des rôles est savament calculée, notamment afin d'occuper l'espace médiatique, mais aussi pour laisser le débat en terrain non miné.

pascale

>> "Guaino, lui, ne s'améliorera pas. Il sombre doucement dans une folie coupée du monde, enrobé dans son verbe."

oui, et puis de l'autre côté on a royal, qu'est pas mal non plus , dans la catégorie hallucinée.
voilà qui promet, heureusement que les Français sont parait-il cartésiens!

Le Champ Libre

Guaino m'a l'air de pouvoir rivaliser avec Villepin.

Pourvu que Sarkozy garde Fillon et vire cet abruti.

Marc Lavedrine

La lepenisation des esprits est très avancée dans notre pays de Guaino à Royal il n'y en a plus que pour la France d'abord et Jeanne d'Arc pour tous ! Le mérite de Fillon (et de Versac) est de ramener notre beau pays à sa réalité actuelle : un pays endetté, incapable de tenir les engagements internationaux qu'il a lui même rédigé et approuvé par référendum, irrespectueux de ses propres institutions (quel mandat Sarkozy a-t-il reçu pour faire évoluer la Constitution dans un sens présidentiel ? quel mandat a-t-il reçu pour aligner la politique étrangère de la France sur celle des Etats Unis ?) Il se confirme tous les jours que le pays a élu un sorte de Berlusconi à la française, l'amour de sa femme en plus mais le Milan AC en moins.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.