« Tant qu'on y est... | Accueil | Vous faites quoi ? »

23 juillet 2007

Commentaires

matéo

SMDB : le top !

Et mention spéciale pour Spoke (prononcez Spokee) qui est le S de SMDB, là où le M est Maestro. La tektonik fait fureur depuis au moins 1 an (à mon avis 2) chez nos ados.

Pour Spoke, je vous conseille sur Daily celui où il danse dans un gymnase avec un sweat shirt rayé, Fred Astaire au vestiaire (allez donc voir son petit entraînement tranquille, et dites moi s'il n'y a que les bras, sans parler d'un moonwalk époustouflant). Mon "12 ans" est sur la "choré" depuis 3 mois, et ça finit par "rentrer", comme on rentre une figure au skate. Spoke est de Colombes, et vient du hip-hop quand il était minot. La tektonik est quand même une super dance, et c'est une vieille chose de 44 piges qui vous le dit.

Thibaut THOMAS

Note très pertinente. Cette pratique culturelle montre que les adolescents ont totalement intégré les nouvelles technologies dans leur pratique de la communication.
C'est une véritable sous-culture qui n'a rien de virtuelle, mais qui s'exprime en partie grâce à des outils "en ligne". De quoi continuer à relativiser l'opposition virtuel-réel !

TVnomics

grand rassemblement tecktonik à Bastille lors de l'arrivé de la Gay Pride (et gros flop pour David Guetta)

Bastien (Jayyy)

Analyse très intéressante!
Mais au fond, si le hip hop a pu s'imposer sans ces moyens de communications, il aurait très bien pu en être de même avec la teckto, non?

Banquise tropicale

Dans le même genre une étude a souligné aux états-unis comment facebook rassemblait plutôt des jeunes aisés et myspace des CSP moins élevées. Sur internet comme partout ailleurs, on se regroupe, on s'associe. Sur internet comme ailleurs il n'y a pas d'uniformité mais des multiples groupes changeants et c'est toute la richesse du web!

idnca

On dirait que malgré les égarements du tour de France (cf Rasmussen le poulet qui vole en CL...) le week-end a inspiré Versac: Billet excellentissime!
Ou comment comprendre que le web sert de révélateur au pluralisme des transformations sociales insoupconnées: derrière tecktonik, combien de tribus invisibles plus ou moins nombreuses, structurées, homogènes autour de thèmes et de pratiques qui ne se limitent pas à la musique? Internet agit comme un projecteur sur des mouvements qui certes existaient auparavant mais n'avaient pas la fluidité ni la réactivité actuelle. Bref, il libère et multiplie (fragmente, diront les rabats-joie) les capacités de création du lien social au delá des parcours institutionalisées et centralisateurs (école, entreprise mais aussi médias traditionnels).

Il me semble que c'est ce genre de phénomène qui prouve la pertinence des analyses d'un Bruno Latour et de l'Actor Network Theory.
A contrario, certaines analyses néo-marxistes (cf. Adam Arvidsson par exemple) y voient aussi la supercherie la plus aboutie du capitalisme: fournir aux consommateurs les outils afin qu'ils créent eux-mêmes, gratuitement, l'expérience de consommation pour laquelle ils paieront tôt ou tard; un blog par exemple ou la récupération par les médias, les clubs de tecktonik.
Une double exploitation de la plus value:)

versac

mateo : i love spoke, qui remixe une variété de styles assez ahurissante. Le parcours de ses vidéos est impressionnant.

TVnomics : lors de la gay pride, j'ai recensé pas moins de 40 vidéos de tecktonics (et alii) sur les sites de partage de vidéo. qualités pourries, mais vraie réalité.

Bastien (jayyy) : mon propos n'est pas de dire que la chose aurait émergé ou pas avec ou sans l'internet. Mais que ces plate-formes font entièrement partie du mouvement, et modifient la manière dont il vit.

banquise tropicale : oui, Daniah Boyrd notamment avait fait une sorte de typologie des réseaux sociaux selon les clientèles centrales. En France, Facebook est très académique (écoles de commerce, d'ingénieur, scpo...), myspace est très lié au monde de la musique, skyblog touche les adolescents de tous niveaux.

Lucile

Les grands esprits se rencontrent ;-) la semaine dernière j'étais aux halles et j'ai été assez surprise par tous ces jeunes qui bougeaient les bras dans tous les sens...Je demande à un ami plus jeune que moi : c'est quoi ce nouveau mouvement ? Et là il m'a raconté l'hisotire du metropolis etc...Très marrant je trouve comme phénomène ; un mix entre la difficulté du skate et le délire de tous les jours ...en tous cas ces jeunes ont l'air assez frais, pas d...cé comme les précédents adeptes du mouvement techno et plutôt bons enfants !

Nicolas Rieul

Géniale cette note, bravo!
Moi qui me suis moqué des danseurs de "tektoniks" en boite, je commence à apprécié car je suis bleuffé par certain. C'est une nouvelle danse.
Ce que je trouve dommage c'est que la tecktonik est vraiment trop personelle, voir narcissique. Ce qui en boite casse un peu le lien sociale !
Alors oui c'est vrai que le lien social se fait ensuite sur internet. Tout cela vient au fond d'un besoin de reconnaisance.

XZX

Leur manque-t-il quelque chose ?

Au pire, les revenus de la publicité et du sponsoring. Ainsi que, peut-être, l'impossibilité de qualifier telle activité d'artistique et de tirer profit des dispositifs institutionnels (budgets culturels, statut des artistes, etc.)

Je suppose que ce ne sont pas eux qui y perdent le plus.

Pour les spécialistes, quelle différence existe-t-il entre ce phénomène et une forme de hip-hop blanc ?

RiSTOURNe

ET BIEN MERCI BEAUCOUP à l'auteur de cet article pour avoir cité mon nom à la fin ;)

(Moi c'est Ristourne , je réalise des clips de danse electro destiné à youtube)

une petite precision : on dit plutot danse electro que tecktonik, tecktonik est une marque déposée , marque de soirée qui n'a rien a voir avec la danse mais à laquelle on a amalgamé ce mouvement , et c'est une erreur donc : PAS TECKTONIK MAIS ELECTRO svp

"la danse qui manquait à la musique electro"


*
**Ristourne

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.