« Spartacus est-il un vrai traître ? | Accueil | Présentation du programme économique de l'UDF »

23 février 2007

Commentaires

frigobus

Le problème c'est que Piketty s'interdit quand même de voler dans les plumes de Ségo car il semble la soutenir par défaut essentiellement contre Sarkozy.

Parce que question incohérence économique, elle se pose là.
Hier, en Mayenne elle a persévéré dans sa lubie "je jure que les entreprises qui font des bénéfices ne pourront plus licencier", qui reste une phrase inacceptable dans la bouche d'une candidate PS (enfin,inacceptable dans la bouche de ce que DEVRAIT être le PS).

Cette rhétorique doit être laissée à l'extrême gauche, pas par un parti de gouvernement et je doute que Piketty la suive sur ce terrain.

Espérons qu'il va recadrer le programme de Ségo...

Nicolas

Je trouve le discours assez peu convaincant et complètement dans la lignée du discours des socialistes, qui ne savent parler que de peur, Berluconi et Bush pour tenter de décrédibiliser Nicolas Sarkozy.

Sarkozy a du tempérament, certes. Mais il a déjà démontré sa capacité à faire face à des situations graves tout en gardant son sens de la maîtrise. On notera notamment la prise d'otage de Neuilly en 1993. Rares auraient été ceux qui auraient su faire preuve de tant de sang froid dans une telle situation. Idem pour la crise de banlieues où il a su donner des consignes mesurées qui ont permis d'éviter des morts inutiles du côté des émeutiers comme du côté des forces de l'ordre.

Ensuite, je ne vois pas où est la contradiction entre la revalorisation du travail et la suppression des droits de succession pour 90% des Français. La mesure profitera surtout aux classes moyennes et il s'agit de permettre, après avoir travaillé toute sa vie, de transmettre le fruit de son travail à ses enfants. Prétendre qu'on va créer ainsi des enfants millionnaires pourri gâtés parce qu'ils auront hérité, c'est clairement de la caricature. Les gens hériteront de bien maisons ou d'appartement ou d'économies. Pas de quoi multiplier concurrencer Bill Gates.

Enfin, dernier point, il nous explique que Ségolène Royal est présidente de région et qu'il est sain qu'elle arrive à la présidence. Dans ce cas, il serait d'autant plus sain que Nicolas Sarkozy y parvienne, lui qui a commencé militant, avant de devenir conseiller municipal, puis maire, député et ministre d'Etat. S'il faut démontrer par la preuve que l'ascencion social peut exister, il est sans doute un meilleur exemple que Ségolène Royal.

http://www.segomadit.fr

frigobus

La question des successions est certainement la plus pertinente dans l'argumentaire, surtout mis en opposition à la valeur travail.

Pour autant, Piketty n'accomplit pas là un travail d'analyse sans brèche.
Google m'apprend que le Monde a fait un tour d'europe récemment
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-868283@51-868384,0.html

On y apprend que 60 % des successions sont déjà exonérées, que pour le reste la France se place dans un niveau élevé de taxe.
On apprend que 90 % des successions sont inférieures à 550 000 euros.
On apprend que les Français passent de plus en plus par la donations que par la succession grâce à des mesures (ce qui peut aussi mécaniquement faire baisser les successions taxées si il y a moins à transmettre)

Et aussi que le seul truc qu'a dit sarkozy est "95% des ménages exonérés" avec il me semble une inclination a exonérer les successions horizontales plutôt que les verticales.

Bref, des chiffres en pagaille, des études floues, des mesures annoncées imprécises, une multitudes des moyens de transmettre un patrimoine et un benchmarking occidental qui ne se résume pas à Berlusconi et Bush.

Je ne suis pas économiste, et n'importe qui connaissant les dossiers fiscaux en europe pourrait me renvoyer dans les cordes. Pour autant tout n'est pas aussi simple qu'un phrase de Sarko contre une phrase de Piketty.
Que l'un et l'autre me balance du bon gros rapport !!

Si dans le principe j'accorde le fait que supprimer l'impôt sur les successions est contraire à la glorification du mérite, il n'en reste pas moins que :
- Sarko parle d'exonerer des succession, pas *toutes* les transmissions de patrimoine (pas fou, mais avec ce goût pour les formules choc)
- Piketty semble user d'un argument fallacieux en concluant que la taxation de la transmission du patrimoine va disparaître (ou suffisament pour que le discours porte).

A démago démago et demi, tu me diras.
Mais bon, tout ça ne me parait pas très sérieux et si Sarko est en campagne, Piketty aussi cache son esprit vivace sous le tapis pour faire un peu de politique.
Il est un peu moins économiste et un peu plus militant.

Marie-Christine BLIN

Versac,

Je comprends assez mal ta détestation, palpable, de Sarkozy, qui ressemble plutôt à une affaire de personne, voire personnelle, qu'au résultat d'une analyse politique objective.

Gus

Piketty se sera essentiellement fait connaître en acceptant d'être l'objet d'un fait du prince en étant nommé là où il est.

Ce choix est tout sauf neutre tant d'un point de vie scientifique que politique. Et cela est, à mon avis, très grave. D'ailleurs, n'a-t-il pas existé un programme européen de developpement, nommé Tempus, destiné à la refondation des sciences humaines des anciens satellites soviétiques refondation supposée requise du fait de la trop grande place du politique dans le scientifique en ex-URSS ?

L'acceptation de sa propre nomination l'aura classé dans le clan, minoritaire, de ceux qui estiment que la valeur de la recherche peut être appréciée par des haut-fonctionnaires. On aura bien vu, en économie comme dans d'autres sciences, le résultat d'une telle approche en ex-URSS.

Gaëtan

@Marie Christine : Moi, en lisant ton blog d'amour, c'est ton adulation de Sarko que je ne comprends pas. Elle ressemble plutôt à une affaire de personne, voire personnelle, qu'au résultat d'une analyse politique objective.

@Gus : le fait du prince, il a déjà fait revenir pour 6 mois un ou deux jeunes chercheurs français du MIT et suppose des financements privés en nombre à terme. La référence à l'URSS dans ce contexte, ça ressemble à de la nostalgie, mon coco...
Versac a raison, ce mec est culotté.

Gaëtan

@Marie Christine : honte à moi ! Je t'ai confondue avec une autre... Désolé, hein... J'ai rien dit...

Gus

Gaëtan: Je ne juge pas la personne : je constate juste que, plutôt que de choisir d'être reconnu par ses pairs, ce qui prend un peu de temps, Piketty aura préféré disposer plus rapidement du pouvoir par le fait du prince.
Je pense que d'une part, sa crédibilité en sera durablement entachée, et d'autre part, qu'en tant qu'individu, on paie éternellement cette forme particulière de damnation de Faust.

pas perdus

@Marie-Christine : Tu proposes 3 choix : Sarko-Le Pen et Bayrou... C'est ton idée du rassemblement pour le 2 d tour, sachant que tu es supportrice de Sarkozy... Si un militant ou un sympathisant politique peut avoir du recul et être parfois critique dans son soutien, un supporter a à coup sûr des oeillères... et est plus dans l'affectif que dans la politique.

@Piketti comme soutien ça a quand même une autre gueule que Johnny, Hanin, Steevy, ou Doc Gynéco... Ses arguments portent plus...

all

Piketty est peut-être doué en économie mais il a lu Freud en bandes dessinées ; son intervention est doublement de la merde, puisqu'il n'aborde pas les programmes économiques et déverse une "analyse" de personnalités bouleversante de superficialité et lamentablement chargée en vieux poncifs archi-usés (émotions positives/émotions négatives).

Qu'on l'embauche dans l'équipe de Ségolène et il l'enfoncera encore plus, si besoin est.

Christophe

Je ne comprend pas, lorsqu'Alain Duhamel se prononce dans une réunion privée on le suspend. Monsieur Piketty, directeur d'une école publique s'engage clairement en défaveur de M. Sarkozy et conserve ses fnctions. Pour entrer dans son école faut t'il la carte du parti ? L'éducation, le journalisme et de nombreux secteurs sont basés sur le refus du prosélitisme, sur le devoir de réserve. Ce monsieur devrait quitté ses fonctions immédiatement.

frednetick

c'est vrai ça , embauchons le directeur de la PES, ça nous décridibilisera nous les fous socialos, dépenseurs d'argent public devant l'éternel..

Pfiouuu des fois meiux vaut être aveugle que de lire des choses comme ça..

abricotier

franchement, je suis allée voir la vidéo, elle est super mal faite mauvais éclairage, mauvais son, et si piketty est l'avenir de l'économie en france, moi je suis un futur prix nobel, c'est vraiment nul. Ca ne m'empêchera pas de voter contre sarkozy, mais franchement ça ne vaut pas un coup d'cidre comme on dit chez moi

Ted et Eux

Concernant le commentaire de Frigobus, il faut rectifier, car c'est faux : Sarkozy s'était plutôt imposé dans la négociation sur la prise d'otage de Neuilly. Le ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua, avait fini par lui rappeler de s'occuper de ses affaires et lui avait interdit l'accès au périmètre dans la phase critique précédent le dénouement, car son interventionnisme gênait les négociateurs.
Pour Versac. Premier point, une campagne, c'est long, et les défauts de départ ne sont pas importants en soit ou définitivement rédhibitoires. Les coups, les rebondissements, l'affrontement, la réaction des publics, tout cela façonne le ou la candidat(e) et lui confèrent petit à petit, ou pas, l'épaisseur pour occuper son futur poste. On n'arrive pas avec une stature de chef d'Etat en bandoulière, quand on se représente pour la première fois. Regardez Bill Clinton, ou Angela Merkel. Deuxième point, le parcours politique des candidats est malheureusement une des tares du système politique français. Avant et après, d'ailleurs, car on ne voit guère de Président ou de député se reconvertir dans autre chose après leur mandat. Un parcours politique ne garantit rien, je suis d'accord. Mais d'une part, ça vaut pour tous les candidats. Et, d'autre part, on ne peut pas leur reprocher de s'appuyer dessus pour façonner leur image : compétence entrepreneuriale pour Sarkozy, proximité régionale pour Royal, par exemple. Le soutien de Piketty, comme tous les soutiens, n'est donc pas illégitime sous cet aspect. Enfin, soutien de personnalité ne signifie pas clientélisme. On soutient les gens parce qu'on les estime proche ou en mesure de réaliser une partie des idées qui vous tiennent à cœur. Ou pour leur capacité supposée à changer les choses dans un sens qui vous convient globalement. A priori pas en échange d'un alignement total avec ses propres thèses dans son domaine d'expertise.

Guillermo

Il va falloir expliquer à "totophe92130" (Issy est dans la place) que les universitaires ont le droit d'exprimer leurs positions politiques (sauf quand il s'agit de révisionnisme, certes).

"Pour entrer dans son école faudra t il la carte du parti" ? Ce qui me fait marrer dans cette mauvaise foi partisane, c'est qu'elle vient d'un supporter de Sarko le chef de clan. Enfin....

Sur le fond, si TP ne s'emballe pas pour Royal, le fait qu'il la soutienne alors qu'elle est assez décriée au sein de l'élite de ce bon pays me semble déjà un signe positif. Laissons lui le temps d'élaborer / de critiquer le programme éco de SR.

Et enfin, vivement que l'équipe DSKiste de la république des idées rejoignent enfin le train Royal ! Les débats participatifs c'est bien, mais les experts manquent !

kawouede

Piketty apporte d'autres arguments ici :
http://www.liberation.fr/rebonds/234540.FR.php

Palpatine

Belle démonstration, en effet il faut appuyer là ou ca fait mal, choses que les socialistes avec leur éthique légendaire, ont du mal à faire. La seule question que les socialistes devraient poser est la suivante: Etes vous satisfait de la situation actuelle du pays ? En effet Sarkozy est dans tout les ministères depuis 95, et voyez là ou nous en sommes...
Royal est surement plus socialiste que Mitterand et Jospin réunis, le 1er l'était par opportunisme, le 2nd était un intellectuel de l'appareil d'Etat. On sent bien que Royal est animée d'une conviction profonde qui touche.
Pour revenir à Sarkozy, quand TP parle de sa visite à Bush il a tout à fait raison de souligner l'alignement de Sarkozy sur l'intervention américaine en Irak, en disant presque que la France avait fauté en refusant de s'engager, et en plaidant pour de "nouveaux défis mondiaux communs", on a pas de mal à voir de quoi il pourrait s'agir... Bref Sarko ca fait toujours et encore plus peur.

Merlin

Thomas Piketty est un économiste sérieux, un vrai. Ceci dit, il se krugmanise et s'aventure sur un terrain ou il n'a aucune compétence.

Le problème c'est qu'il ne fait que confirmer l'opinion des Français sur l'économie et les économistes: du n'importe quoi idéologique une pop sociologie avec des chiffres pour embrouiller les "gens".

Faut il s'étonner si après cela nous n'avons que des candidats démagos et populiste, arroseurs de clientèles.

Merlin

Décidemment la gauche joue sur la peur, une vieille recette. Sarkozy, l'homme au nouveau couteau entre les dents.

Déjà Chirac en son temps était Facho Chirac, un homme dangereux, a l'époque un bon truc du prince Ponia repris en coeur par la gauche alors qu'au fond il n'est qu'un bon toutou rad-soc avec une fibre sociale.
Ah! l'État RPR, mais c'était avant l'État PS, essayons encore ca peut toujours marcher.

Mais qu'est ce qu'il craignent: une dictature? Un état policier? José Bové au Parc des Princes (qu'est ce qu'il pourrait bien y faucher?)?

C'est nul! complètement nul. Et on critique les politiciens, mais avec des électeurs comme ca......

frigobus

Concernant le commentaire de Thierry Do Espirito, il faut rectifier, car c'est faux : frigobus n'a jamais parlé de la prise d'otage.

Melanchthon

Thomas Piketty fonde notamment sa position sur les nombeux travaux qu'il a menés sur les inégalités et la redistribution. Il est à juste titre inquiet des options economiques et sociales portées par un Nicolas Sarkozy, qui se réclame d'un modèle Reagano-Thatcherien dont il a pu analyser les dégats.

Pour ceux que cela intéresse, cet article de T; Piketty et E. Saenz publié dans l'American economic review : "Evolution des hauts revenus : une perspective historique et internationale" (http://www.jourdan.ens.fr/piketty/fichiers/public/PikettySaez2006.pdf en anglais) où ils analysent l'évolution de la part des 1% supérieurs dans les revenus sur un siècle. Le creusement des inégalités dans les pays anglo-saxons à partir des années 80 est impressionnant.

Benoît

merlin, sarkozy, le couteau entre les dents ? peut-être...
mais surtout, peut-on faire confiance à une girouette politique qui un jour quitte le mnistère de l'intérieur pour l'économie.. puis le lendemain, voyant que ce dernier est quand même un ministère casse-gueule qui servira peu ses ambitions, il revient à l'intérieur, en annonçant en "off" que s'il y revient, c'est pour protéger sa famille...
peut-on faire confiance à un type qui cumule les pouvoirs politiques, qui fait pression sur ses amis des grands groupes de médias pour virer les éléments journalistiques perturbateurs à ses yeux ?
peut-on faire confiance à un type qui fait des effets d'annonce pour le compte de son ministère sans voir comment ça peut se faire avec son collègue de la justice ?

enfin, comment alors croire dans la sincérité de son programme, lui qui n'a qu'une ambition : la présidence, pas pour la france, mais pour son ego ?

à partir de là, certes le programme peut être discuté, mais ces aspects de confiance dans le personnage sont à considérer en priorité..

gabriel fouquet

Je comprends que quelqu'un comme Piketty puisse exprimer sa préférence, son affinité pour Ségolène Royal.

En revanche, j'avoue avoir beaucoup de mal à comprendre comment quelqu'un de ce niveau tombe dans un registre utilisant des expressions telle que "gaullo-bushisme" (cf l'article de libé mis en lien par kawouede) ... ça me fait penser aux bons vieux "RPR" désignant les "socialo-communistes" comme uniques responsables des maux de notre pays.
Un autre siècle en somme.
Lorsque je découvre ce genre d'expression dans un texte, présumé sérieux et argumenté, un processus d'effacement automatique se met en marche qui me fait oublier tous les arguments développés auparavant ... fussent-ils brillants.

Enfin,je ne vois pas comment quiconque pourrait apporter sa légitimité économique à une candidate avançant de telles inepties en la matière : cf le billet de Versac "j'ai une plus grosse" évoquant le million d'emploi perdu à cause du déficit extérieur et le désormais fameux "le progrès technologique tue l'emploi".
La lettre de Besson est assez parlante sur la confusion qu'entretient le PS en matière économique.


Blanc Cassis

Dans ce pays, il est de bon ton pour l'élite d'être en général à gauche. Aucun risque pour leur carrière car la droite essayera de les récupérer ou de les flatter et la gauche les mettra en avant pour justifier leurs décisions.
Le libéralisme étant une insulte majeure aujourd'hui, il est politiquement incorrect de défendre ce type d'idées.
Combien d'entre eux ont obtenu un prix Nobel d'Economie ?
Combien d'entre eux ont permis à nos politiques de trouver la formule magique qui permet de garantir croissance, pouvoir d'achat, réduction à 4 % du chômage et des déficits (2000 milliards) ?

AUCUN !!!!!

Les étudiants anglo-saxons, chinois ou indiens vont certainement se précipiter dans cette nouvelle grande école pour apprendre...... ce qu'il ne faut pas faire en économie.

Ted et Eux

@frigobus. Je corrige volontiers mon commentaire, qui s'adressait dans sa première partie à Nicolas , et non à toi. Avec toutes mes excuses.

Liberal

@ Palpatine

Ce que vous écrivez ne correspond pas à ce que j'ai pu lire de la position de Sarkozy sur l'Irak qu'il a défendue lors de sa visite à New York en septembre dernier.

http://www.20minutes.fr/articles/2006/09/10/20060910-actualite-france-Sarkozy-a-New-York-pour-les-commemorations-du-11-Septembre.php

Pour résumer, il a dit :
1. La France a eu raison de s'opposer à la guerre en Irak ;
2. Cette guerre, comme la France le craignait, a des conséquences négatives ;
3. La France a eu tort de brandir son droit de veto.

On voit qu'il s'agit là d'une position modérée et constructive. Il soutient fermement la position française sur le fond avec une réserve sur la forme.

J'ignore d'où vous tenez vos informations relatives à "l'alignement de Sarkozy sur l'intervention américaine en Irak" et je n'ai vu aucune déclaration où il dirait "presque que la France avait fauté en refusant de s'engager".

Je suis sincèrement curieux de les lire, si vous pouvez poster un lien.

Anthropia

pour qui vote Versac ?
Est-ce une question ?

kawouede

N'empêche, Liberal : aller serrer la main à Bush (sans besoin) alors que celui-ci est au ban de la communauté internationale, plombé par une politique irakienne dont seule une poignée de fidèles maintient qu'elle était justifiée, c'est la preuve d'une capacité "d'alignement" sur la ligne des néo-conservateurs américains.

niamreg

@nicolas
La plupart des successions sont déjà exonérées de droits. Les propositions de Sarkozy consistent donc à exonérer de droits de successions non pas les classes moyennes, mais les classes supérieures. On peut défendre une telle position, mais il faut le dire franchement.

Ankou

@kawouede : vi, encore heureux que Sarkozy (pas comme la candidate PS, hein) n'est pas allé serrer la main d'un député du Hezbolah, et déclaré qu'il était d'accord avec les critiques d'un fou de guerre envers la 1ère démocratie du monde. Cela ne l'aurait vraiment pas fait.
Cela aurait prouver ....
Les sophismes à la con ne font pas un argumentaire convaincant.

Dites, sérieusement, vous pouvez arrêter de dévier bêtement.
Ce qui est désolant, c'est qu'un économiste ne parle pas d'économie, mais de peur... Cela veut-il dire qu'il n'y a rien à défendre dans le projet économique du PS?

jacques Adam

Bon c'est un peu hors sujet mais lire une absurdité comme celle de Nicolas | le 23 février 2007 à 02:08
"Sarkozy a du tempérament, certes. Mais il a déjà démontré sa capacité à faire face à des situations graves tout en gardant son sens de la maîtrise. On notera notamment la prise d'otage de Neuilly en 1993. Rares auraient été ceux qui auraient su faire preuve de tant de sang froid dans une telle situation."

Incroyable ! Sarkozy qui n'est pas formé pour intervenir dans une prise d'otage vient faire son show. Il prend des risques physiques personnels (c'est son problème) mais en fait prendre aux enfants, aux forces de l'ordre, en intervenant dans une situation où il n'a aucne formation, aucune expérience pour gérer l'imprévu...

Et cette démagogie vous l'approuvez ?
Absurde

jacques Adam

En réponse à Liberal | le 23 février 2007 à 12:45

Sur l'Irak, Sarkozy a laissé Lellouche faire tous les plateaux télé, tous les journaux pour dire que la France devait entrer en guerre avec les USA. Il a fait de Lellouche son conseiller diplomatique.
Il n'a jamais désavoué Lellouche

Voici ce qu'en dit le Parti Socialiste
http://hebdo.parti-socialiste.fr/2007/01/10/356/

Lorsque l’intervention américano-britannique débute, le 20 mars 2003, Nicolas Sarkozy devient subitement muet. Alors que la classe politique française quasi unanime fait connaître sa désapprobation, Pierre Lellouche, son très atlantiste conseiller diplomatique, fait savoir que Nicolas Sarkozy, lui, désapprouve... la désapprobation française.

Un an après, en avril 2004, Nicolas Sarkozy se rend aux États-Unis. Finis les silences rentrés de l’année précédente ! Nicolas Sarkozy met en scène son admiration pour les États-Unis. Le message est clair : il faut se garder de parler de guerre en Irak, ne pas importuner les autorités américaines avec ce conflit. En septembre 2006, il va plus loin encore dans son allégeance, n’hésitant pas à dénoncer « l’arrogance » de la France, dans l’antichambre du bureau ovale du président américain.

Nul ne peut éluder la question : qu’aurait fait Sarkozy, s’il avait été président de la République en 2003 ? Nul doute que son allégeance à la politique américaine l’aurait conduit à engager la France dans le conflit irakien. Un conflit qui s’est transformé en une guerre civile et qui alimente désormais la vindicte terroriste."

Lavande & Coquelicots

@ niamreg :

Actuellement, c'est grosso modo la moitié des successions qui sont exonérées de droits de mutation. Parce qu'elles sont d'un montant inférieur à 50 000 euros.

Au-delà de 50 000 euros (pour faire court), on passe dans les transmissions taxées, avec en France des taux nominaux élevés.

Vouloir réformer (et non pas supprimer comme le prétend Piketty) l'impôt sur les succession, c'est donc favoriser les classes moyennes, et non pas les classes supérieures. Il va de soi que les plus gros patrimoines continueront à être taxés.

Et si pour une fois, on abordait le sujet sans caricature ? Piketty ne nous y aide pas, mais ça vaudrait le coup.

L.B.

@Lavande

Un autre point de vue alors... http://www.telos-eu.com/2007/01/sarkozy_au_secours_des_heritie.php

Bizarre, c'est très proche de ce que dis Piketty non ?

MB

Je crois qu'il y a beaucoup d'ignorance sur ce que représentent rééllement les droits de succession.

Par exemple, une personne décède, laissant pour seuls héritiers deux enfant. L'actif net de la succession s'élève à 200 000 €. Le montant total des droits dus par les héritiers s'élèvera à 3 300 €, soit un taux d'imposition réel de 1,65 %. Ca ne me semble pas confiscatoire, chers Nicolas et Lavande & Coquelicots.

Source : http://www.lesechos.fr/patrimoine/guide/TRA85.html

Palpatine

@ Libéral:
Merci pour ceux qui m'appuient dans mes propos.
Certes Sarkozy n'a jamais clairement dit qu'il soutenait l'intervention américaine en Irak, mais alors pourquoi dénonce t il "l'arrogance de la France"...?
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/205032.FR.php
Pas sur qu'il dise ca devant Bush:
http://fr.news.yahoo.com/14012007/290/la-guerre-en-irak-etait-une-faute-a-affirme-nicolas.html

Ca illustre bien le double personnage qu'il incarne, et qui à mon sens est dangereux.

niamreg

on a donc la moitié des successions qui sont exonérées, et 80% des enfants qui ne paient pas de droits.

Donc les pauvres font plus d'enfants que les riches? (finalement, c'était pas pour les allocs, c'était juste pour pouvoir transmettre leur patrimoine sans payer d'impots).

Lavande & Coquelicots

@ MB : vous prenez l'exemple trop facile d'une transmission parent-enfant, qui bénéficie de réductions spécifiques ! Avez-vous examiné les transmissions de frère à frère ou pire, entre cousins, quand un bien de famille hérité d'un grand-père passe d'une branche à une autre ?

Par ailleurs, si l'actif n'est constitué que d'un bien immobilier, et qu'on demande à une famille de classe moyenne de s'acquitter de plusieurs milliers d'euros pour régler la succession, il n'est pas étonnant de constater que nombre d'entre eux doit vendre ledit bien de famille.

Lavande & Coquelicots

@ L.B et niamreg :

Non : si 80% des enfants ne paient pas de droits de succession, c'est parce que le cas parent-enfant bénéficie déjà d'une fiscalité particulière.

En aucune façon il ne faudrait en conclure que les pauvres font beaucoup plus d'enfants que les riches en France...

maria

@lavande
pourquoi tu veux faire court en disant qu'en france on passe à des taux élevés, c'est faux, se focaliser sur le taux d'imposition permet à beaucoup de faire l'impasse sur le dépoussiérage des droits de succession
c'est vers cela qu'il faut aller,vers plus de libertés sur le pacs, les transmissions familiales en lignes directes, là ou le système est mauvais il faut de la réforme mais en aucun cas une suppression

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.