« Exciting | Accueil | Précisions sur le chiffrage du projet de N. Sarkozy »

16 février 2007

Commentaires

Eric

Il commence à ne plus se sentir.

frednetick

je viens de faire un post sur exactement le même sujet.

C'est étonnant combien du "je ne m'y crois pas" de TF1 à ce "je commence à bien la sentir cette campagne" le petit nicolas à changé..

Il n'est plus si humble que cela.

Sur votez2007 il progresse toujours, mais SR s'est reprise tandis que FB plafonne, toujours derrière JMLP... à mon avis, 78 jours avant le terme il est un peu tôt pour la sentir cette campagne..je dis ça je dis rien..

koz

Vous n'avez pas l'impression de sur-interpréter gentiment sur la base de vos a priori ?

Gus

Il n'est pas totalement interdit de penser que l'un ou l'autre des prétendants en lice aille s'acheter un cerveau d'ici deux à trois semaines. Personellement, j'en doute, mais qui sait ? Cela pourrait changer la donne.

ep.fr

L'euphorie atteint un tel point que, abonné à la newsletter du site sarkozy.fr, j'ai reçu aujourd'hui un email m'informant que j'avais été inscrit aux supporters de Nicolas sarkozy.

Petite question : de telles pratiques sont-elles légales sanchant qu'au moment de l'inscription (ça remonte déjà au 14 janvier...) il n'en était fait aucune mention ?

potagepekinois

En même temps il aurait dit l'inverse personne ne l'aurait cru.:)

Harry

Sur unibet.net Nicolas Sarkozy est donné vainqueur à 1.6/1 (MSR 2.4, FB 9, JMLP 35).

Apparemment, monsieur Besson a sous-estimé les Français, plus disposé à voter pour un néoconservateur ultralibéral américain qu'il ne se l'imaginait. A moins naturellement que ce résultat soit le fruit de la manipulation du Parti de la Presse et de l'Argent ?

Witt

Tiens, j'ai trouvé ça dans son discours à la Réunion, pour de l'ouverture... Santini est donc bien à Droite.

« Il ne s'agit pas de gouverner au centre, car le centre n'est pas une politique ! »

xerbias

Parce que le «Oui, je crois que je serai élu président de la République» de Bayrou ne mérite pas de commentaire semblable ?

politiful people

Bah, c'est une phrase qui m'a un peu gêné, surtout qu'il avait appelé ses équipes à plus d'humilité (petit cartoon sur mon blog). Mais bon c'est du Sarko, on dit les choses telles qu'elles sont, sans pudeur ou tartuferie, sur les faits, il n'a pas tort. L'humilité n'est pas son fort, et je ne suis pas sur, que les français le lui reprochent. Mais, fera-t-il le mot de trop, l'erreur qui tue dans la ligne droite?

Jérôme

A-t-il aussi envie de prendre la France comme le ferait Dominique de Villepin cité par FOG ?

mes manye (s)

Nicolas Sarkozy et le staff de l'UMP sont de bons communicants. Ce n'est pas forcément un défaut. Devant une situation suceptible de générer des spéculations ils coupent court en donnant des "informations". Je trouve cette manière de faire intelligente. Je ne parle là que de communication. Il est toujours préjudiciable de ne pas contrôler son image et ses messages en cas de crise. Une campagne telle que celle-ci est un mélange de communication descendante et de mini-crise.

Une stratégie que le PS ne semble pas adopter (je constate juste) du coup qu'ils le souhaitent ou pas, le départ de Besson porte un coup à la crédibilité de leur équipe et donc de leur campagne.

Concernant les petites phrases de Nicolas Sarkozy sur son ressenti sur sa campagne, je ne vois pas vraiment le problème. Quel candidat ne souhaite pas gagner? Rendons à César sa couronne, ils le veulent tous, ils l'expriment seulement différement.

Certains disent "sérénité" ou "plénitude", d'autres qu'ils le sentent bien, etc.

Oui il faut pour tous les candidats de l'humilité afin de ne pas choquer l'opinion et uniquement cela. Car dans le fond briguer la place de président ne se conçoit pas sans une bonne dose de confiance en soi, une bonne mesure d'égocentrisme et une pincée d'orgueil.

Ces messages sont aussi des "boosters" pour les militants. C'est un peu comme une entreprise, si le patron n'y croit pas, comment fédérer les managers et donc les équipes?

Voteriez vous pour un présidentiable qui n'y croit pas? moi pas.

Ségo

Il est aveuglé par les sondages le pti Nicolas

il n'a toujours pas compris que les sondages ne veulent rien dire

Je vous rappelle qu'avec les sondages : Balladur aurait été président en 1995, Jospin également président en 2002 et la constitution européenne adoptée

résultat des courses : Balladur et Jospin n'ont pas passé le 1er tour et les français ont voté non à la constitution

La meileure des choses pour Mme Royal : c'est d'être donné battu par les sondages et d'être la mal aimée des journalistes

Alors Sarko tu peux la sentir bien l'élection : plus dure sera la chute

Vincent

Bonsoir

pour les salariés d'Alcatel-Lucent ce n'est pas vraiment l'euphorie ; n'hésitez pas à nous envoyer un message de soutien sur http://notreavenirestici.hautetfort.com/

merci et à bientôt

frednetick

@koz: non et vous? pour interpréter vous êtes pourtant vachement balaise...

Un gars qui dit qu'il sent bien la camapgne 78 jours avant, alors que la dernière nous a offert l'une des plus grosse surprise de l'histoire electorale ça vous parait normal vous?

filaplomb

NS a bien trop le nez dans les sondages et les enquêtes d'opinions (population découpée en tranche, c'est charmant !). Il manque de mémoire…
:-)

koz

Frednetick : c'est vraiment honteux de dire "je commence à bien la sentir, cette campagne" ? Ben ouais, elle se déroule pas mal pour lui, ca me semble donc normal. C'est un propos d'une banalité pas croyable et ça donne des commentaires de type : délire, tout-puissant, mégalomanie etc etc...

Comme le fait remarquer xerbias, un autre a déclaré jeudi : "je crois que je serai élu président de la république". A 78 jours de l'élection... comme vous dîtes. Alors, délire d'un mégalo ?

david-david

Il s'est laissé aller. et alors? avec le spectacle que donnent les socialistes, l'étonnant est plutôt que sarko réussisse à se contenir à ce point ;^)

sangaku

j'commence à bien la sentir cette nana
j'vais m'la faire grave
j'vais bien l'enc...

Charles'

Notre tendance naturelle est d'aimer les sondages lorsqu'ils sont bons et d'en douter lorsqu'ils plongent.
Chacun a droit à son état de grâce. Je crains pour Ségolène qu'elle n'ait brûlé le sien pour les primaires. Là, elle sentait bien la campagne.

nounours

La phrase "il ne me reste qu'une marche" est pas mal aussi: elle montre clairement que l'important pour berluskozy est l'election de sa personne et non le travail qui suit normalement une élection puisque celle-ci semble constituer l'aboutissement de sa vie...

Vanch'

Que surtout surtout Sarko plafonne...

Christophe

Nicolas Sarkozy commence à bin sentir cette campagne parce qu'il est bien entré dedans. Ceci dit le chemin est encore long, les embuches nombreuses t il en est également conscient. Pas de triophalisme, beaucoup de modestie et du réalisme.

BiznessMan

à ceux qui font un parallèle entre Sarkozy et Bayrou :

Bayrou doit jouer à fond la carte de l'autopersuasion pour tenter d'imprimer dans l'opinion publique la faisabilité de son pari : "être au second tour". En dépit de l'ampleur du challenge. Il utilise là une méthode de management et de communication. Il est totalement dans son rôle et il a tactiquement raison à cet instant. Sarkozy lui a tactiquement tort à cet instant.

On sent bien que porté par les sondages il ne fait qu'exprimer un sentiment légitime mais ce faisant il commet une maladresse politique. D'autant plus qu'il avait confié dans l'avion : "S. Royal elle est mal (...) surtout si elle ne change rien" ! Au cours de ce même vol qui le conduisait à la Réunion, il avait pourtant tenu un profil modeste : "Je considère que rien n'est fait, il faut être très humble".

Et puis au milieu des Réunionais, il s'est probablement relaché avant de se laisser aller à la confidence, mi-naïve, mi-infantile, que l'on sait.

MB

Et bien voilà, trois mois après, on a la réponse : "confirmation d'un tout-puissant contre lequel personne n'a rien pu".

Je reste stupéfait de la contre-performance du Parti socialiste qui, après cinq ans dans l'opposition, et avec des gens qui n'étaient pas des flèches au pouvoir, s'est révélé incapable de faire échec à un succès annoncé.

Certains des commentaires ci-dessus sont pénibles à relire aujourd'hui. Rétrospectivement, je me félicite de lire beaucoup et d'écrire peu.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.