« Slogans | Accueil | Brèves »

10 janvier 2007

Commentaires

Xavier Sardent

Je suis d'accord avec vous sur la qualité de ce document (notamment l'introduction très bien écrite d'Eric Besson à qui Ségolène Royal pourrait demander des conseils en matière de tyle littéraire), surtout si on le compare aux diatribes souvent ridicules du Mouvement des Jeunes Socialistes.

J'ai un seul reproche à faire. Cela concerne le communautarisme reproché à Nicolas Sarkozy. Ce document donne pour exemple l'ouverture d'un lycée islamiste (géré par l'UOIF), le lycée AVERROES à Lille. Il faut préciser que cet établissement a bénéficié du plein soutien de Martine AUBRY et donc que le bradage des principes républicains n'est pas l'apanage du président de l'UMP, même s'il fait preuve, dans ce domaine comme dans d'autres, d'un activisme et d'une intensité idéologique supérieure.

Demian Westd

Bonjour Versac,

Dès lors qu'on sait la nature assez opportuniste de Sarkozy (ce qui est de la nature du Prince) on ne le situe pas forcément comme purement libéral, ni selon d'autres formules de coteries.

Car il est un ambitieux qui correspond, en tous points, au modèle du Prince de Machiavel, qui saura toujours régenter un Etat, par toutes voies les plus habiles et bien-conseillées : et tout pour sa réalisation personnelle.

Ce qui n'est pas incompatible avec le bien commun.

Seulement : l'époque participative est-elle encore favorable à ces figures de conquêtes ? De ceci nous sommes en droit d'en douter et considérablement.

Demian West

moustique

Comme tous les livres "dossier", ça embarque forcément le lecteur.
Mais là, il y a des passages un peut gros, des procédés rhétoriques flagrants, des faits anxiogènes qui viennent "par hasard" s'intercaler entre 2 assertions à charge.

La critique la plus dérengeante reste sur la religion, le CFCM... Mais je suis incabable de juger.

Par contre, les parties sur le libéralisme ou sur "clone de bush", c'est assez faiblard.
Surtout que pour le coup, le "rapport" ne sais pas trop sur quel pied danser avec le libéralisme.

Sinon, le fait que çe soit un document PS n'est pas fait pour donner du crédit à l'analyse.

On peut même retourner le rapport contre le PS, qui use de la tactique anxiogène, la machine à faire peur.
L'inquiétante stratégie du PS...

acidtest

Pas tout lu,
mais le buzz créé est un succès. Ce genre de document risque d'être cantonné à une diffusion limitée, avec la polémique, ça devrait favoriser sa diffusion

En revanche, il va falloir être convaincant pour me dire que Sarko est un libéral pur jus, lui qui est personnellement intervenu par réflexe patriotique pour sauver Alstom, alors que ça génait pas grand monde que Siemens le reprenne et qui a forcé la fusion Sanofi-Aventis.
De plus, sur le communautarisme, c'est peu convaincant.
En revanche, sur l'aspect atlantiste, c'est assez porteur comme critique, dommage qu'il ait un peu forcé le trait en le traitant de neo con, qui caricature le propos.

Sur la sécurité, en revanche, c'est ravageur et ultra déstabilisant pour le candidat !!

Sur la sur communication, je pense pas qu'il y ait de clivage, SR se débrouille très bien.

Vinvin

Moi j'ai un vrai souci politique majeur. Je ne supporte pas de lire des documents à l'écran, en pdf. J'ai besoin de papier. Or, vue l'épaisseur du truc, cela vient chambouler ma conscience écologiste naissante et néoconne. Environnement contre apprentissage, j'ai choisi l'environnement pour ce soir. Du coup je suis toujours aussi néocon mais je regarde les arbres de ma rue avec fierté.

Benjamin

je suis assez d'accord sur la qualité de l'introduction. En revanche, je suis beaucoup plus réservé sur la démarche générale. La candidature de SR semble de plus en plus se positionner comme anti-sarkozyste. C'est d'ailleurs une des raisons (la seule ?) pour laquelle elle a été investie. Ecrire un document de plus de 100 pages sur Sarkozy alors que le projet du PS en comporte autant , je trouve que le PS devrait plutôt se préoccuper de ses propres propositions. Je me demande si l'UMP aurait pu écrire autant sur Ségolène Royale...
Tout ça permet encore à Sarkozy de centraliser le débat, à obliger tout le monde à se positionner pour ou contre lui. On ne peut être que pro ou anti sarko. C'est quand même révélateur du fait que c'est lui qui mène la danse. Je préfererai être pro ségo qu'anti Sarko. J'arrive facilement à expliciter la deuxième posture, pour la première il me faudrait plus d'argument que ce livre.

happy

Bon, après avoir commenté le pitch (c'est vraiment une faute amha de présenter cela comme un ouvrage "qui cherche à démontrer") et le sommaire (passablement anxiogène), voila l'ouvrage lu. Le résultat est effectivement intéressant, mais quel dommage de constater que le "combien" prime sur le "comment" dans l'argumentation politique. Ségolène Royal a-t-elle vraiment à gagner à être réduite à la candidate anti-sarko ?

Gus

Ha, si le projet politique du PS pouvait susciter tant de louanges...

Eolas

Sarkozy, libéral pur et dur ? C'est se payer la tête du monde. Voici un extrait de son discours sur la France qui souffre, prononcé le 18 décembre à Charleville Mézières, où il proclame son libéralisme. Guettez les "Mais", ils sont tellement nombreux que vous me direz ce qu'il reste.

"Je suis libéral mais j'ai la force de dire qu'il y a des dérives de la finance qui ne sont pas acceptables.
"J'ai voté pour l'Euro que je crois être un progrès mais je ne veux pas m'incliner devant le dogme d'une monnaie si forte qu'elle condamne nos exportations."

La dévaluation, grande politique libérale.

"Je crois en la concurrence qui est un progrès mais je veux qu'elle soit loyale. Je n'accepte pas le dumping fiscal, social, environnemental qui est pratiqué par certains pays."

L'alignement fiscal sur la France, doctrine de Montebourg, pierre angulaire du libéralisme.

"Je crois en la liberté mais je veux qu'elle soit réciproque."

Très fort, ça. Si les nord-Coréens ne sont pas libres, nous ne devons pas l'être au nom de la réciprocité ?

"L'Europe ne doit ouvrir ses marchés que si les autres le font en même temps que nous, de la même façon que nous, aussi profondément que nous."

Ricardo a démontré le contraire il y a deux siècles, mais bon, hein, c'est un libéral pur et dur...

"Je crois dans l'Europe mais dans celle qui protège, pas dans celle qui inquiète. La préférence communautaire doit être notre règle."

La préférence nationale ou européenne, grand dogme du libéralisme.

"Donner toujours raison aux emballements du marché, sacrifier le long terme au court terme,"

Le marché machine folle qu'on adore comme le veau d'or : vision libérale orthodoxe. Quant à sacrifier le court terme au long terme, lire un homme politique dire ça a de quoi faire éclater de rire. retraites ? Financement sécurité sociale ? Dette publique ? C'est géré dans le long terme, ça ?


"Je veux que le capitalisme familial soit encouragé parce qu’il s’inscrit davantage dans la durée que le seul capitalisme boursier."

Il entend par là Boucherie Sanzot, père & fils, ou Lagardère père et fils ?

Et je vous fais grâce de la charge de l'euro et de sa tare congénitale : l'indépendance de la BCE.

Lire le discours permet de se convaincre que Sarkozy n'a PAS un discours libéral. Même pas impur et mou. De ce point de vue, il est dans la droite ligne chiraquienne et gaullienne. La France, l'Europe comme faire-valoir, et la politique de la rustine.
Texte intégral :

http://www.u-m-p.org/site/index.php/ump/s_informer/discours/nous_allons_faire_revivre_l_espoir

Pierre Guillery

D'accord avec Eolas, Sarko n'a pas grand chose d'un libéral. Jolie démonstration, par la preuve, comme dirait Ségo. Sarko est le digne fils de son père (politique), Chirac - avec un touche "américaine" peut être. Mais conservateur et dirigiste dans l'âme.

Par ailleurs, "libéral pur et dur" = gros mot? Voilà un concept intéressant...

Gonzague

Aïe. Je pensais voter Sarko mais là, les sociolos m'ont convaincu, je voterai JMLP.

margit

Il me semble qu'il y a peu SR avait dit qu'elle était contre ce genre d'attaques minables...

C'est peut-être le manuel du parfait colleur d’affiches du net de crainte qu’il ne sache pas lui même quoi troller sur les blogs ?

Le PS n’a-t-il vraiment rien d'autre à proposer ?

Ne soyons pas faussement dupes.

SR est chargé de faire croire que tout est béatitude dans le meilleur des mondes et ses troupes se chargent de l’artillerie lourde contre les adversaires et le rassemblement avec la gauche communiste (très instructive la sortie de Hollande et de Montebourg sur la fiscalité).

En fait nous assistons à une nième tentative d’embobinage de l’électeur lamda qui semble avoir déjà oublié les précédents ... où ne pas les avoir véçu, vu son age ...

JaK

Ce pamphlet s'attaque à Sarkosy par le "bon" côté:
- son discours
- son bilan
Cela n'est pas scandaleux.

C'est vrai, j'aurai préféré un texte plus en nuance qui évite la caricature... Mais il n'empêche, ce pamphlet s'appuie sur des sources inattaquables (les discours et écrits de Sarkosy d'un côté, ses bilans de l'autre)

En fait, Sarko ayant eu un bon succès en librairie, il s'agit, j'imagine de proposer le reflet inversé du livre de l'auteur.

PS: c'est dommage d'utiliser le terme "libéral" pour Sarkosy, mais on est en France.... pour nous, les républicains américains sont libéraux (ah, s'ils nous entendaient)

Jacques Afam

Eolas a dit : Sarkozy, libéral pur et dur ? C'est se payer la tête du monde. Voici un extrait de son discours sur la France qui souffre, prononcé le 18 décembre à Charleville Mézières, où il proclame son libéralisme. Guettez les "Mais", ils sont tellement nombreux que vous me direz ce qu'il reste."

Mais qui parlait ce soir là ? Certes Sarkozy lisait un texte mais qui en était l'auteur, à qui Sarkozy avait-il demandé un texte pour arrondir les angles afin d'amuser la galerie... ? Qui devait lancer cette fausse piste comme Sarkozy le fait avec ses glissement sémantiques de "Rupture" à "Changement et continuité" en passant par "Rupture tranquille" ?

Qui était l'auteur du texte ?... Et bien si j'en crois "le Monde" c'est Henri Guaino, un de ceux à qui on accorde la paternité de la mise en pratique du concept de fracture sociale en 1995... un autre bel exemple de poudre aux yeux...
l'article du Monde
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-848037,0.html

Donc de grâce ne croyez pas que ce soir là c'était Sarkozy qui "s'exprimait"... non c'était Guaino en mission de pacification vis-à-vis des craintifs du liberalisme pur et dur auquel Sarkozy aspire

Ps : avez-vous remarqué que ce slogan "le changement et la continuité" apparu fin décembre 2006 a, me semble-t-il, déjà disparu du discours Sarkozyste... Pourtant le Figaro lui avait fait fête à ce nouveau slogan
http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20061220.FIG000000213_sarkozy_prone_le_changement_et_la_continuite.html

Marie-Christine BLIN

@ Jacques Afam

Vous connaissez mal Nicolas Sarkozy auquel il est impossible de faire faire ce qu'il n'a pas envie de faire, je vous le garantis. Donc, quand bien même la plume aurait été tenue par Henri Gaïno, Nicolas Sarkozy n'aurait jamais adopté le texte s'il n'avait pas été d'accord avec lui. C'est tout sauf un libéral pur et dur.

Arnaud H

Il y a dans ce livre quelques points intéressant, mais le quatrième chapitre est consternant. "Nicolas Sarkozy ou le clone de Bush" ? Je comprends pourquoi son auteur soit resté anonyme, car cet article est rempli de comparaisons vaseuses et à côté de la plaque : http://siliconvalleyfrogs.com/wordpress/2007/01/10/sarkozy-un-con-peut-etre-mais-certainement-pas-un-neo-con.html

Gus

Y-a-t-il un seul homme politique français du moment que les électeurs se prétendant libéraux considèrent comme libéral ?

Eric

C'est amusant de voir la réaction (très respectable par ailleurs) de gens comme Eolas: ils s'insurgent à l'idée que "leur" Sarko puisse apparaître comme un libéral pur et dur. C'est à croire que les ultra libéraux sont les staliniens de notre époque.

MOUTON NOIR

Si seulement Sarko pouvait-être liberal ...

versac

Margit : je ne vois pas une attaque en dessous de la ceinture, ni juste du negative campaigning. Ca, c'est la réponse de Chatel/Pécresse, habituelle, et de bonne guerre. De la même manière que Chatel/Pécresse caricaturent à tout va ce que propose ou a fait la gauche.

Après un peu plus de lecture, il est vrai que le texte contient un peu trop de commentaires caricaturaux. J'aurais volontiers versé plus dans le fait, rien que le fait, rien que les déclarations, les chiffres...

Eolas : libéral ? Certainement pas. Sarkozy a certes des convictions plutôt atlantistes (ce qui n'en fait pas un libéral philosophique) et plutôt pro-milieu des affaires. Rien à voir avec du libéralisme. L'extrait que tu cites est bien un de ces discours récents que je pointe, version Guaino, c'est à dire du chiraquisme classique, version 1995 et 2002 : je brouille les pistes par du verbe haut et du social bon teint.

acidtest

Après lecture complète, j'en sors un peu mitigé sur l'efficacité globale, en fait, comme il y a un catalogue d'arguments à charge voire ad hominem, chacun peut y trouver son compte en projetant sa vision de Sarkozy. (on le voit dans les commentaires, certains trouvent tel ou tel chapitre efficace, d'autres non)
L'accumulation et certains excès nuisent à la charge, et je pense que meme les indécis ont peu de chance d'être emporté par la démonstration (ou ils avaient déjà une opinion bien mauvaise de Sarko auparavant).

Ce sera assez amusant de comparer l'efficacité finale de ce pamphlet, face à d'autres types de déstabilisation parfois plus primaires et simplistes : je pense à la caricature de Ségolène en bécassine qu'ont reçu les députés PS il y a un ou 2 jours.
Plusieurs médias en ont parlé, et je pense que ce buzz ancre dans les esprits l'idée d'une Ségolène maladroite et gauche (sans jeu de mots pour ces 2 adjectifs), qu'ont véhiculé les éditorialistes depuis 2-3 mois.

personnellement ça fait 2-3 jours que Ségolène bécassine sous toute ces formes est devenu le premier mot clé de recherche google sur mon blog (oui, il m'est arrivé aussi d'associer ces 2 termes,sans me mettre dans la catégorie des éditorialistes ci dessus), et je n'arrivais pas à déceler l'origine de buzz, qui apparemment marche bien (que celui qui a le dessin le diffuse, ça répond à une réelle demande de curiosité apparemment)

moustique

@Versac

Ce n'est peut-être pas en dessous de la ceinture, ce n'est peut-être pas totalement du negative campaigning comme le pire de ce qui peu se passer aux EU, il n'en reste pas moins que dans la globalité, on peut dire que le PS ouvre les hostilité, fait des faux procès, caricature, agite l'antiaméricanisme en caricaturant l'amérique, est faiblard dans "le clone de bush" et "l'ultralibéralisme de Sarko", agite les sentiments religieux en accusant Sarko de favoriser l'islam radical ou les juifs ...

Ce pamphlet est indigne du PS. Dans une semaine, quand plus personne ne lira le truc, que restera-t-il dans l'opinion ?
Que Royal ne peut plus revendiquer le respect de l'adversaire, et que c'est le PS qui a ouvert la campagne borderline, "américaine", pour reprendre le thème honni(privilège qu'ils auraient mieux fait de laisser à l'ump).

Pour les quelques arguments valables du texte, je ne serai pas outré si la réponse de sarkozy est "ramassis de conneries indignes, changeons de question". Le coté enquête est balayé par le coté pamphlet.

En tant que citoyen, qui espérait une belle campagne et des beaux affrontements idéologique, je suis franchement déçu par le PS, qui oscille entre l'évitement et le dénigrement.

Ca va se retourner contre eux, je pense.

versac

moustique : mouais. Evidemment, ça ne vole pas très haut, mais cela fait partie de la campagne. Le problème est plus dans le décalage entre le discours sur "les vrais sujets" et cette attaque assez frontale.

Ceci-dit, je trouve assez normal et sain, sur le principe, que le camp d'en face tente de repositionner Sarkozy là où il est. (et inversement : instruire l'historique de S. Royal est également fait par l'UMP). C'est fait de manière un peu trop outrancière quand on dépasse la simple introduction, dommage...

Ceci-dit, quand on écoute les réactions régulières de l'UMP par la voix de ses porte parole, on ne peut pas dire que quiconque a le monopole de l'outrance...

Alexandre

Diablement efficace peut-être mais assez pauvre...
On sent que le PS a fait une étude sur ses arguments qui touchent Sarkozy. Ils ont eu un retour comme quoi sa visite aux US avaient été mal perçue. Du coup, dans le document de Besson un petit "Ctrl F" permet de compter 161 occurence du mot "américain"

Bref, ils sont passés du "petit excité" au "grand Satan" :)

frednetick

Personnellement je préfère encore la lecture de la réponse de Valérie Pécresse:


"En comparaison, la gestion des gouvernements socialistes a en revanche permis une seule chose : multiplier la dette par cinq en euros constants durant les 25 années précédentes, passant de 21% du PIB en 1980 à 64,7% en 2004"

>> c'est moi ou depuis 1980 la droite à gouverné pendant 14 années?

"C'est ainsi en 2004 qu'elle a demandé au Parlement la suppression des dispositions de la loi de finances créant le dispositif des pôles de compétitivité"

>> et si comme beaucoup d'économiste on se demandait s'ils sont "bien" fait ces pôle plutôt que d'en faire un vitrine vide?


Quant à l'immigration, effectivement ne nous posons plus la question de savoir pourquoi le nombre d'étudiant étranger en France baisse ou que les demandes d'asile politique plongent... La France grand pays des droits de l'Homme...

J'aimerais aussi que l'amie valérie nous explique comment le niveau des reconduites à la frontière va continuer à augmenter quand il va falloir remplacer les 25% de roumains et bulgares renvoyés à leurs chères contrées..

Comme toujours on peut discuter sur la forme mais le fond, celui de faire un bilan, je ne vois pas en quoi cela serait la marque d'une americanisation de la campagne..

Quant au gaullisme social du petit nico si Guaino n'était pas là (d'ailleurs tres contesté au sein de l'UMP me semble t-il), il n'existerait pas..

On ne lui fait pas dire ce qu'il n'a pas envie de dire? Eviter de matiner son discours de social serait un suicide politique et comme le monsieur n'a pas ce destin en tête, je crois qu'il est prêt à lire tout ce qui peut lui être favorable...

Comme dans l'autre camp d'ailleurs..

Ludovic

Versac : "Sarkozy a certes des convictions plutôt atlantistes"

Comme quoi, en France, il suffit de ne pas avoir de penchant anti-américain pour être qualifié d'atlantiste. Pourtant, il n'a jamais été favorable à la libération de l'Iraq ni à l'entrée de la Turquie, il est simplement question d'un étonnement vis-à-vis du double standard français (haine de l'Amérique - realpolitik vis-à-vis de la Russie ou du monde arabe). Il peut être utile de relire le discours prononcé aux USA ou l'entretien de très haut niveau accordé à André Glucksmann, Pascal Bruckner et Yasmina Reza pour la revue Le Meilleur des Mondes : http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2006/10/10/2006_10_la_france_doit_/

Extrait : "le gouvernement américain peut ne pas nous plaire, mais je demande la même indulgence envers ce gouvernement que celle que nous professons envers un certain nombre de gouvernements d’autres pays. Je pense notamment à la Chine et à la Russie, avec qui les désaccords sont plus importants. Dans un contexte démocratique, ce n’est pas à nous de choisir le gouvernement américain. Car les relations franco-américaines vont au-delà des personnes de M. Bush ou M. Clinton, ou qui que ce soit après eux. Je n’étais pas partisan de l’intervention de la France en Irak, mais cela ne m’empêche nullement de considérer le peuple américain comme un peuple ami [...] Il y a, parfois, un décalage entre ce que pense une partie de nos élites et ce que ressent le peuple français. On l’a bien vu lors des anniversaires commémoratifs du débarquement, qui ont été un succès populaire considérable. Et on le voit bien chaque jour dans l’attachement des Français à un certain mode de vie américain, aux films américains, à la littérature américaine, à la musique américaine. Certains m’attaquent sur le thème : « Sarkozy est américain. » Or je n’ai aucune envie d’aller vivre là-bas, cette critique est outrancière. J’ai seulement du mal à considérer comme adversaire une société qui partage les mêmes valeurs que nous.
- P.BRUCKNER. Le seul fait de ne pas critiquer l’Amérique fait de vous son allié objectif…
- N.SARKOZY. Et c’est déjà suspect ! De la même façon, j’affirme que depuis la Shoah, la question de l’existence d’Israël est une question qui se pose à tous les pays du monde, à tous les pays démocratiques, et particulièrement aux pays européens parce que la Shoah a eu lieu en Europe, parce que ce sont des Européens qui ont été responsables de la Shoah. Dire cela ne signifie nullement que la France ne doit pas entretenir des relations confiantes et amicales avec nombre de pays arabes."

frednetick

"J’ai seulement du mal à considérer comme adversaire une société qui partage les mêmes valeurs que nous"

Ah bon? Je ne savais pas que nous nous considérions comme des messies planétaires, que nous croyons majoritairement aux thèses néo-créationnistes, que nous encenssions l'individualisme primaire...

Si effectivement NS se sent proche des valeurs qui font aujourd'hui que les EU refusent de ratifier le protocole de Kyoto, qui laissent derriere elles 40 millions de personnes sans couverture sociale etc..alors effectivement on peut douter du ton social de ses interventions.

Ludovic

Il faisait référence aux droits de l'homme, que la France de Jacques Chirac et Villepin avaient mis entre parenthèses.

"La France doit porter des valeurs universelles, et la seule façon de les porter, c’est de les faire vivre. La France ne peut pas rester silencieuse quand un massacre est commis dans le monde. Que ce soit au Darfour, au Rwanda, en Tchétchénie, au Tibet. Ce n’est pas faire de l’ingérence dans les affaires des autres pays que de défendre des principes universels! Ce n’est pas donner des leçons de morale ou déterminer ce qui est le Bien, ce qui est le Mal, que de défendre des valeurs universelles. Et parmi ces valeurs universelles, il y a le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et le nécessaire respect des droits de l’homme. Que la France doive parler, ce n’est pas un droit, c’est un devoir. Le silence n’est ni plus ni moins que de la complicité. Il faut dire la vérité à un certain nombre de pays, sans pour autant se fâcher avec eux. Le rôle d’un ami, c’est de dire les choses telles qu’elles sont. Je ne peux pas accepter qu’au prétexte d’avoir de bons rapports avec la Chine ou avec la Russie, on s’abstienne de dire ce que l’on pense à propos de références universelles qui ont fait la place de notre pays à travers le monde comme le statut des prisonniers, le refus du travail des enfants, le respect des croyances ou la liberté de réunion. Si la France veut continuer à être un phare pour l’humanité, elle doit continuer à parler. Si elle se tait, c’est le phare qui s’éteint."

frednetick

oh mais ça change tout alors...

Mais pourquoi ne pas le dire texto? histoire de ne pas froiser ? Histoire de faire une segolinette par anticipation?

C'était par l'exemple ce que l'on peut faire dire a une déclaration si on en utilise qu'une partie ou hors contexte... ce que nombre de commentateurs font avec les "droits humains" de SR..

versac

Ludovic : je suis moi-même plutôt proche de Burckner, et assez american-friendly. Ceci-dit, ne caricaturons pas non plus le débat français. Sarko a eu des éloges ahurissants à l'égard des Etats-Unis. Il s'y réfère de très nombreuses fois comme à un modèle de société.

Par ailleurs, il a été de nmbreuses fois clair sur sa volonté de faire de la restauration de l'axe paris-washington un centre de sa politique étrangère.

Il est atlantiste. Ce n'est pas un mal.

chanteur de charme

Frednetick a raison : un pays aussi détestable que les USA a besoin de construire un mur autour de ses frontières pour éviter que toute sa population s'enfuie.

xerbias

Poussé par le crédit que j'accorde à l'auteur de ce blog, j'ai téléchargé et lu le document en question.
Quelle déception. Si "Sarko facho" est récusé, c'est pour mieux lancer "Sarkozy = Bush", ce qui est tout aussi ridicule et ahurissant. On se retrouve avec un argumentaire caricatural, où il est reproché à Nicolas Sarkozy d'être catholique, de ne pas être hostile aux Etats-Unis, de proner la répression et en fait d'être de droite. Mais au moins maintenant je comprends mieux la raison pour laquelle les porte paroles de l'UMP avait qualifié l'ouvrage de xénophobe.

Petite observation au passage : lorsqu'il est reproché à Nicolas Sarkozy de ne pas avoir vaincu les violences aux personnes, des chiffres d'augmentation sont donnés, mais pour le coup ils ne sont pas sourcés, ce qui est étonnant vu que de nombreuses sources sont citées, en bonne partie des économistes ou des syndicats de gauche d'ailleurs. Personnellement je m'étais penché sur la question : sur les violences contre les personnes, l'augmentation donnée par les statistiques officielles (état 4001) était de 7,95 % entre 2002 et 2005, ce qui est tout de même plus de deux fois moins que ce que le PS annonce. Et j'observe également que cette augmentation officielle était de 34,67 % entre 1999 et 2002. Ce qui n'empêche pas ce rapport de louer "le gouvernement de Lionel Jospin [qui] a agi de manière résolue pour garantir la sécurité à laquelle chacun a le droit".

versac

xerbias : désolé du mauvais conseil. Il fallait le prendre avec des pincettes. La lecture détaillée s'avère un peu lourde, en effet.

frednetick

Les stats dépendent aussi d'un fait que bcp occultes:

Chevènement avait choisi de faire receuillir toutes les plaintes et non plus de traiter une partie de celles ci sous forme de main courante. Ce qui explique en partie (dans quelle mesure?) l'augmentation assez incroyable entre 97 et 2002 et qui stoppe de façon quasi miraculeuse en 2002.

De nombreux témoignages policiers reprennent d'ailleurs à l'envie les consignes actuelles de passer par la main courante plutôt que par les plaintes...

La manipulation fonctionne a plein et ça brouille toutes les cartes...

aymeric

Ouh là ! Grand ménage ici...
Violent le souffle du changement.
(Oui, je sais, rien à voir avec Sarkozy mais il n'y même plus le petit module de chat, alors...)

cdc

"Un néo-conservateur américain à passeport français", lâché tout de go dans les premières lignes, non, ça ne me paraît pas très digne, ce genre d'"arguments" ad hominem ne valant pas mieux que le (pourtant nettement plus drôle) "petit Nicolas". On pense aux joutes électorales anglo-saxonnes où tout est permis, y compris de traîner son adversaire dans la boue, exposant au grand jour son stupre et ses fornications !
Et beaucoup est à l'avenant dans cet article, qui me fait parfois penser à une déclamation de Jean Gabin sur un texte de Michel Audiard, le côté rigolo en moins. Je pense que cela ne peut convaincre que les convaincus ; le PS me semble décidément dans de mauvais draps.

pas perdus

Fécilitations, les pubs ont disparu

Thomas Lefebvre

Je trouve assez amusant de lire dans ce rapport: la "réflexion [de NS] se résume à une vague critique de l’euro et de la banque centrale européenne (BCE),jugés responsables des maux dont souffre la France." (p 60). Ce n'est pas proche de ce pense SR sur le sujet? (Ce n'est pas a Jean-Claude Trichet de décider de l'avenir).

Lavande & Coquelicots

Frednetick >

Ah bon ? Les mains-courantes avaient disparu sous Chevènement ?

Ben non ! ou comment raconter n'importe quoi pour essayer de justifier l'explosion de la délinquance sous Jospin.

Et le fait de passer son temps à dire que les délinquants sont des victimes, et qu'il faut chercher à les comprendre et non pas à les punir, ça ne compte jamais ?

Quand on prétend vouloir concilier prévention et répression, il n'en faut pas moins asssumer la répression. En l'occurence, le respect des lois de la République.

gabriel faure

Ce réquisitoire du PS contre Sarkozy est, me semble-t'il, une première. A l'heure d'internet, sous format pdf, c'est terriblement efficace.

Sur le fond, on n'apprend pas grand chose, sauf que cela nous rappelle que Sarkozy est instable dans ses orientations: un coup atlantiste et communautariste, un coup dirigiste et social. Mais si c'est la condition pour se faire élire...

Du côté royaliste, ce n'est pas mieux, la stratégie consiste à faire des phrases qui ont l'air intelligent mais pas trop, et surtout prendre la pose (ou la posture) sans aborder le fond. Ci-dessous un lien amusant sur le charabia sur les "droits humains":
[url]http://www.youtube.com/watch?v=kUCBWW0dqzc[\url]

"Dans un monde multipolaire où il n'y a pas une hyper-puissance qui décide pour tout le monde, mais au contraire les différentes identités des différents continents sont préservées, dès lors qu'ils (sic) convergent tous vers l'intérêt commun de la défense des droits humains et de la défense aussi de la qualité au quotidien de la vie des habitants..."
Il faudra demander à Jack Lang pour l'explication de texte.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.