« Dis papa, c'est quoi des voeux à la presse ? | Accueil | Réformes institutionnelles : les propositions de Sarkozy sont vraiment égocentriques »

13 janvier 2006

Commentaires

Maitre Eolas

J'en connais un qui se verrait bien essayer à nouveau d'être député, moi...

Joseph Tura

Chirac a une grande et honorable fonction. Il est le gardien de l'horloge, indispensable à toute course. Sa démission fausserait le jeu et je préfère compter sur son inertie légendaire pour garantir le bon écoulement de la clepsydre.

Quant à sa parole, on relira toujours avec profit et éclats de rire "Chirac dans le texte" de Michaud...naturellement.

Jules

Sans rire, est-il possible d'envisager en France une révolution à l'Ukrainienne ?
Des milliers de personnes, jour et nuit, place de la Concorde, qui appellent - et attendent -, la démission de Jacques Chirac et l'organisation d'élections anticipées.

Car faut-il éternellement en rester aux demandes polies et répétées de démission de Chirac comme celle de Christian Blancs, ou faut-il à un moment "forcer" le cours des choses ?

Les Français seraient-ils encore capable de forcer le changement, en prenant leur destin collectif en main, c'est à dire en forçant Chirac à démissionner ?

yannick

Le sous-titre de "Chirac dans le texte" de Michaud étant "la parole et l'impuissance", il vaudrait mieux qu'il s'en aille pour laisser la place à quelqu'un aurait la volonté et la capacité d'agir.
Une des conclusions d'Yves Michaud explique le succès politique de M Chirac par le fait qu'il ressemble à beaucoup de français : ambigu hésitant, velléitaire, chauvin, nostalgique, nombriliste, menteur et d'une probité très accommodante. Peu de chance donc pour que ceux-ci se mobilisent pour le départ de celui-là

Droit administratif

Ce que fait encore Chirac à l'Elysée ? Il donne du temps aux adversaires de Sarkozy.

verel

On a compris que Chirac est nul mais on découvre tous les jours qu'il peut être encore plus nul
La question est de savoir si notre pays peut se permettre de continuer à s'enfoncer sans réagir alors que nos voisins ont depuis longtemps pris une autre direction
Par exemple, la France a augmenté son ratio de dette publique de plus de 10% en 10 ans, quand tous ses voisins le diminaient, parfois de façon très nette. Les seules exceptions sont l'Allemagne, mais elle est en train de prendre une autre voie, et Malte
Peut on attendre 2007 pour se remettre sur des bons rails?

vincent Miller

Christian Blanc me fait beaucoup rire.
chirac est sans doute en situation d'echec mais pour autant il a été élu.
Si Blanc croit que si chirac demissionne demain il sera gagnant en quoi que ce soit!!!
Certainement pas.
On peut reprocher tout à Chirac. sauf une chose!! Il maitrise à fonds la science politique.
Par conséquent s'il decide de demissionner ce ne sera pas gratuitement....
Je pens equ'il partira peut etre à l'automne 2006 pour prendre de cour la gauche et assurer la gagne àà la droite mais pour cela il faut que son successeur traite avec lui une passation en douceur.
si ce n'est pas le cas il va mettre un fouttoir monstre dans l'election.
il est capable de se representer pour faire perdre la droite, et rendre la politesse 12 ans aprés, à mitterand qui l'a soutenu contre Balladur et jospin.
Alors je dis à tous les donneurs de lecons qu'il faut pas sous estimmer " le vieux". il peut encore mordre.

Proteos

Que fait-il à l'Élysée?
Je pense qu'on peut trouver tout plein de bonnes raisons: échapper aux poursuites relatives à son action à la mairie de Paris, profiter du cuistot de l'élysée, profiter d'un grand jardin privatif en plein Paris, emmerder ses ennemis, pouvoir continuer à discourir sans fin devant les média, etc.
Sinon, plus que jamais, le livre de Y.Michaud "Chirac dans le texte" me semble en effet d'actualité (sauf toutefois pour la nouvelle présidentielle, avec son attaque, on peut penser qu'il n'ira pas)

Leclercq

Voici ma réponse à Monsieur le député Christian Blanc a propos de la dette de la France, après lecture de son point de vue dans le monde / Partez, M. le Président / du 13.01.06
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-730458,0.html

D’abord au sujet de la dette de la France. Le rapport Pébereau est consultable a cette adresse:

http://www.blogbilger.com/blogbilger/files/blogs_rapport_pebereau.pdf

Extrait du rapport Pébereau.( Page 14 ) Entre 1980 et 2004, la dette publique financière en Euros constants a augmenté de 6 % par an en moyenne.

Entre 1978 et 1980 la dette était stable à 200 milliards d’Euros. En 1985 elle avait commencé son décollage à 332 milliards d’Euros.

Pour moi le vrai démarrage de la dette commence avec les nationalisations ratées, financées a crédit et voulues par F Mitterrand et ses illusions idéologiques économiques, après son élection en 1981.

La culture de la dépense publique est la caractéristique commune de tous les gouvernements qui se sont succédé ces dernières années, ( depuis 25 ans )

En effet, depuis 1981, on a assisté a une alternance de gouvernements successifs droite gauche avec une compétition au coude a coude 51/49 avec pour conséquence qu’il était suicidaire pour un gouvernement de droite de stopper cette élévation de la dette. Car cela signifiait un ralentissement économique et ouvrait un boulevard pour la gauche a l’élection suivante.

Il me semble avoir vu un énorme effort de tenté avec le premier gouvernement d’Alain Juppé après la première élection de Jacques Chirac.
Il me semble bien que c’est un front syndical sans précédent avec des grèves tout azimuts qui ont eu raison de cet effort de redressement des finances publiques. Apres cela, avec Jospin on a plombé encore plus la dette de la France et franchit le rubicon grace aux 35 heures.

Pour moi c’est cette course suicidaire gauche droite et l’attitude des syndicats qui sont les vrais responsables de cette situation. La gauche passant des mesures sociales, et la droite se heurtant sans arret a un mur syndical infranchissable au moment de faire les réformes nécessaires.

L'augmentation du nombre de fonctionnaires, la mise en place des 35 heures,
la retraite a 60 ans , voilà les trois mesures qui ont cause cette dette .
La tendance peut être enrayée si on ne tarde pas trop à prendre les mesures nécessaires, souligne le rapport.

Concernant un autre argument de votre Point de vue.
- Pourquoi n'a-t-on pas expliqué aux Français qu'à la fin des années 1970, notre PIB par tête dépassait de 25 % celui des Britanniques, et qu'aujourd'hui celui des Britanniques est supérieur de 10 % au nôtre ? –

- Il eût fallu expliquer les raisons de cet effondrement. Est-ce la capacité de vision et de réalisme de Margaret Thatcher et de Tony Blair qui ont fait la différence avec les références à un monde ancien de François Mitterrand et de Jacques Chirac ? -
La réponse est simple, l’Angleterre est membre de l’OPEP et a des revenus pétroliers considérables depuis 40 ans. Mme Thatcher en son temps a fait exploser le mur syndical et a fait basculer son pays dans un libéralisme ultra dynamique et très créateur d’emplois.
Chemin de fer privatises etc…..Or ces mesures sont totalement impensables a prendre en France pour le moment à cause de l’attitude révolutionnaire des syndicats CGT and co.
La situation de la France est bien plus à comparer a l’Allemagne ou bien à l’Italie, et là on voit bien que nous sommes comparables.
Alors pour plus de détails vous avez une réponse dans ce rapport :

http://www.cae.gouv.fr/lettres/CAE-2006.01.pdf

Avec un petit extrait :

. la moindre performance de l’Europe résulte d’une préférence collective des
Européens pour le loisir au détriment du travail,

• l’Europe souffre d’une insuffisance de la demande qui s’explique par des politiques
macroéconomiques durablement restrictives,

• selon la thèse dominante, le retard de croissance européenne tient à la combinaison
de l’inachèvement de l’intégration européenne et de l’insuffisance, au niveau
national, des réformes structurelles (celles notamment se rapportant au marché du
travail et au marché des biens et services)

• enfin, la dernière thèse avance que le problème n’est pas tant européen que celui
combiné de l’Allemagne, la France et l’Italie. Ceux-ci, contrairement aux petits pays plus performants, sont incapables de mener les réformes nécessaires

Cordialement
P Leclercq

http://politique2005.blogmilitant.com/

all

Chirac : Comme répondait De Gaulle à un interview, "Ne vous inquiétez pas, je finirai bien par mourir un jour"

Jean-Marc Bondon

Christian Blanc qui fut un grand chef d'entreprise est un nain politique. L'objectif purement médiatique de cette sortie intrépide ne m'a pas échappé.

Ceux qui veulent la démission des uns s'imaginent ainsi pouvoir rebattre les cartes coupables à leurs yeux de ne pas les avoir conduit là où ils souhaitaient aller.

phil

Demander la démission de Chirac est une très bonne idée car si il y a des élections demain, la gauche n'a aucune chance de se mettre en ordre de bataille en temps voulu (trop de prétendants à l'héritage de Mitterrand, pas de projets,...).
Alors pourquoi pas!
Ceux qui traitent de nain politique Christian Blanc ne le connaissent pas!

a.

Dans la Vème République,régime le plus présidentiel au monde (oui,oui, encore plus que les USA), le chef de l'Etat n'est responsable devant personne...sinon le peuple.
De Gaulle avait démissionné après le référendum (mal ficelé) sur le Sénat en 1969, Mitterrand l'envisageait en cas de non à Maastricht, Chirac ne l'a jamais envisagé (relisez avec profit "La Comédie du Pouvoir" de Giroud).Il aurait dû.

Frederic de Villamil

Je vais me permettre de ne pas être d'accord avec ceux qui pensent qu'une démission de Chirac laisserait la gauche completement désemparée.

De tous les courants ou partis politiques, c'est problablement l'UMP qui sortirait le plus affaibli d'une démission soudaine du président, la gauche étant certes divisée, mais beaucoup moins profondément que ne l'est la droite.

Sans compter que certes, les deux mandats successifs de monsieur Chirac peuvent être considérés comme des échecs, mais rien sur le plan des institutions ne le pousse à démissionner. Comme lui avait dit Mitterrand au moment de la première cohabitation: "la constitution, toute la constitution, rien que la constitution"

bof

Et on ne remerciera jamais assez le conseil constitutionnel d'avoir mis la personne du chef de l'état au dessus des lois, rendant le poste tout particulièrement enviable pour celui qu'une génération de juges n'est pas parvenu à faire témoigner,

grâce à l'aide pour le moins innattendue d'un grand consensus PS / UMP ...... partis qui, je l'espère, paieront encore longtemps cette forfaiture.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.