« Bravia : marketing viral totalement réussi | Accueil | Intercommunalité : à mi chemin ? »

25 novembre 2005

Commentaires

jules

"Le passé de Vichy et la responsabilité de l'Etat français dans les déportations ont été documentées, expliquées, nourries. On sait. L'impact du colonialisme, en bien comme en mal, reste encore un sujet tabou, peu expliqué", débattu."

Oui, et je crois qu'on peut ajouter à cela que l'antisémitisme ne relève pas exactement (je crois) du même processus que le racisme. Du reste, le rapport compliqué des juifs et de la République se présente essentiellement - du moins dans la mémoire collective - comme celui d'une libération ; Vichy apparaît, à cet égard comme à d'autres, comme un anti-républicanisme. A l'inverse, la République n'a pas montré qu'un visage émancipateur dans les colonies, il s'en faut de beaucoup.

Autres considérations de cet ordre dans un billet analogue sur http://dinersroom.free.fr

J'espère, Versac, qu'en ne trackbackant pas, j'ai cette fois satisfait aux usages du genre ? ;-)

Koz

"Aounit a promis un procès"

Purée, ce que j'aimerais être l'avocat du MRAP. A force, cela doit rapporter ! Quelqu'un dit quelque chose qui vous déplaît, assignez !

On pourrait penser qu'il y a matière à débat, que la vie politique aurait pu justifier que Mouloud Aounit réplique fortement à Finkielkraut qui, n'étant ni Le Pen ni Dieudonné, semble ouvert au débat.

Mais non, au lieu de ça, il a ... promis un procès. La bonne vieille judiciarisation de la société.

Krysztoff

Mais est-ce bien étonnant de la part du Monde, sur ce sujet très particulier et très "chargé" de présupposés idéologiques. Il serait intéressant de faire une étude sur les articles concernant Finkielkraut dans le Monde (un peu comme le cas Debray à une autre époque). Je ne serais pas étonné qu'ils fussent tous sur la même ligne. Finkielkraut n'a t-il pas été il y a quelque temps classé parmi les "nouveaux réactionnaires"?

Ceci dit, je suis d'accord avec toi. La pensée et surtout sa traduction, le discours, de Finkielkraut sont parfois tellement complexes et prennent de tels détours, tout en s'autorisant souvent une exagération du propos (surtout sur des plateaux télé ou radio), qu'ils ouvrent le flan à des malentendus voire des manipulations comme tu sembles les relever dans le compte rendu du Monde.

Philippe

Dans ses dialogues avec Peter Sloterdijk ( ''les battements du monde'' in Hachette Pluriel que je vous recommande vivement) Finkielkraut déclare -page 223- : ''la radicalité accompagne l'humanisme moderne comme sa tentation ou sa pathologie'', d'autant bien vu qu'il semble lui même atteint par des tentations très peu contrôlées.Plus loin dans le même ouvrage Sloterdijk, très suave comme à son habitude, oppose aà un bon paquet de conflits historiques une autre solution et une autre perspective - page 236 - : '' Il faut repenser le rapport entre les perdants et les gagnants de l'Histoire. Cette relation est le véritable compromis historique et, par conséquent, la notion vraie de l'empire. Un empire est une structure politique qui sait intégrer d'innombrables perdants en les transformants en citoyens qui auront le sentiment d'avoir échangé une perte contre une victoire, une défaite contre une appartenance''. La question fondamentale est de savoir qui aujourd"hui se consacre à la construction de cet l'Empire qui apaise, de cet Empire qui construit ?

Jerome Besnard

J'aimerais bien qu'on m'explique en quoi il y a equivocité du passé concernant la traite des Noirs....

De la meme façon j'aimerais bien qu'on m'explique ce que signifie que l'equipe de France de foot est "black-black-black" et que ca fait rigoler en Europe... Le seul que j'ai entendu ricaner sur le sujet, c'est JMLP. A part ca les Antilles sont dans la Republique. Le modele republicain a du plomb dans l'aile, c'est un point sur lequel AF ne se trompe pas.

Enfin l'excuse qui est qu'AF a besoin d'exagerer pour exprimer sa pensee, je la refute. Ca n'a aucun sens, et il serait le premier a le professer. Pour un homme qui fait de la maitrise du langage le seul moyen de penser et d'exister au monde, ca fait desordre.

Certes le Monde cite a la tronconneuse, mais pour l'avoir lu en anglais sur le site de Haaretz, j'en suis resté comme deux ronds de flancs

Bref c'est un derapage, d'autant plus etonnant qu'en ce moment le derapage est a la mode chez les causeurs (voir Helene Carrere d'Encausse), surtout des qu'il s'agit d'un media etranger. Etonnant. Le web et sa diffusion world-wide nous permettrait-il de savoir ce que nos elites pensantes racontent quand elles se promènent ?

versac

Jérôme : Finkie ne dit pas qu'il y a équivocié du passé sur la traite des noirs. Il parle d'ailleurs surtout du colonialisme, sur lequel, effectivement, on peut compter des points positifs comme négatifs.
Sur la traite des noirs, le point est différent, car le sujet ne peut se résumer à une simple et unique culpabilité de l'Europe, qui devrait prendre son unique responsabilité. Même s'il est sain qu'elle reconnaisse sa part dans ce drame.

J'ai dit que je trouvais justement ça choquant son passage sur l'équipe de France black-black-black.

AF a tjs été (et est peut-être de plus en plus) dans l'excès et l'emphase, la théatralisation/dramatisation. Ce qui n'est pas de l'imprécision.

La lecture sur Haaretz me donne une impression très différente de celle du Monde. En lisant le Monde, on lit un discours raciste. En lisant Haaretz, on lit, je trouve, un discours de Républicain désabusé, défaitiste.

Je ne lierai pas celà avec les dires d'HCE. Sauf qu'effectivement, on y a accès plus facilement.

Koz

Sylvain Attal donne un sentiment plutôt mesuré sur cette polémique : http://sylvainattal.blogspot.com/2005/11/lantiracisme-est-il-le-communisme-du.html

J'avoue que le propos sur l'équipe de France est plutôt "étonnant" et que certains autres sont délicats mais, réellement, je ne crois pas à un Finkielkraut raciste.

Et quand je sens venir un lynchage, j'avoue aussi avoir une nette envie de ne pas y participer.

ps : Attal mentionne aussi que l'auteur de l'article du Monde, Sylvain Cypel réserverait une certaine "inimitié" à Finkielkraut. Ce n'est pas inutile de le savoir.

Finkielkraut est un naufrage depuis longtemps ...

Fallaci (in la rage et l'orgueil):«Ils sont trop malins trop organisés, ces travailleurs étrangers. Et en plus ils font trop d’enfants. Les Italiens ne font plus d’enfants, les imbéciles. Les autres Européens, à peu près pareil. Les fils d’Allah, au contraire, se multiplient comme les rats […][...] Il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût. »

Finkie:« Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face. »


Quand on veut pas voir les choses...

PS: Voir notammentles excellentes " prédications d'A.F." sur acrimed.org

fantine

plusieurs faits ont interpellé certains français, et peut être pensent-ils que certains émigrés ne sont pas soluble dans la société française ;

-lorsque la France a gagné la coupe du Monde de foot, les drapeaux algériens et marocains brandis dans les rues de la capitale.
-lorsque Chirac a gagné les élections, aussi une histoire de drapeaux, qui a choqué certains français
-l'impossibilité d'enseigner en classe la traite négrière par les arabo-musulmans, l'interdiction même de l'évoquer.
-les excuses exigées par l'Algérie, et dont la demande est répercutée sur certains sites islamo-français.
-la mobilisation pour le port du foulard à l'école.

Certains voudraient islamiser les cerveaux français, ils ne s'y prendraient pas autrement.
Et l'idée bizarre d'un ministre de faire payer les mosquées par la République, sous prétexte que les chrétiens ont déjà des églises. Les français n'ont pas une affection particulière pour leur propre religion, alors vouloir leur faire payer pour la religion des autres, c'est plus que de la maladresse, c'est une faute.

« Le problème est qu’il faut qu’ils se considèrent eux même comme Français. Si les immigrants disent : « les Français » quand ils parlent des blancs, alors on est perdus. Si leur identité se trouve ailleurs et ils sont en France par intérêt alors on est perdus. [...] C’est effectivement un grand problème : nous vivons dans une société post nationale dans laquelle pour tout le monde l’Etat n’est qu’une question d’intérêt, une grande compagnie d’assurance, il s’agit là d’une évolution très grave. Mais s’ils ont une carte d’identité française, ils sont Français et, s’ils n’en ont pas, ils ont le droit de s’en aller. Ils disent : « Je ne suis pas Français, je vis en France, et en plus ma situation économique est difficile. » Personne ne les retient de force ici , et c’est précisément là que se trouve le début du mensonge. Parce que s’ils étaient victimes de l’exclusion et de la pauvreté ils iraient ailleurs. Mais ils savent très bien que partout ailleurs, et en particulier dans les pays d’où ils viennent, leur situation serait encore plus difficile pour tout ce qui concerne leurs droits et leurs chances. ». (Haaretz)

Toute ressemblance avec les thèses du Front national serait purement fortuite

fantine

je n'ai pas rédigé le post précédent, mais je m'appelle quand même Fantine.
Vous me faites penser, 19h30, à ces policiers ricanant parce que lors d'une manif nous chantions la Marseillaise ; "on dirait le front national", ricanaient-ils.
Le Front National n'a pas le monopole de la Marseillaise, ni de la défense du patrimoine français. Les "jeunes" des banlieues font plus surement le lit de Le Pen que ne le fait Finkielkraut. D'ailleurs, Le Pen et M'bala M'bala ne sont pas si ennemis que ça.

Après avoir prophétisé dans l’émission « Qui Vive » que « le pogrome est l’avenir de l’homme », il diagnostique dans Le Figaro : « La violence actuelle n’est pas une réaction à l’injustice de la République, mais un gigantesque pogrome antirépublicain »

2002 - « Ce ne sont pas seulement des voyous déstructurés qui transposent le conflit du Moyen-Orient en France : l’élite est, une nouvelle fois, au diapason de la racaille . » L'Arche.

J'arrête, il y en à tellement...

fantine

dis donc, l'islamiste de service, si t'es pas content, tu décanilles, vite fait bien fait.

fantine

Le Pen soutient Dieudonné contre Fogiel
On savait déjà que Dieudonné avait eu des mots plutôt tendres envers l'un des cadres du FN accusé de tenir des propos révisionnistes qui lui ont valu d'être suspendu de ses fonctions de maître de conférence à l'université de Lyon III... On sait désormais que l'admiration est réciproque. Ainsi le site de Jean-Marie Le Pen affiche-t-il un message de soutien à l'humoriste contre Marc-Olivier Fogiel dont nous reproduisons la prose tellement elle parle d'elle-même....
http://prochoix.org/cgi/blog/2005/10/22/361-lepen-soutient-dieudonne-contre-fogiel

jean-sébastien

je te trouve bien gentil avec Finkielkraut Versac, voilà maintenant qu'on va en faire une victime...je rêve...

J'ai pris soin de lire aussi ses propos in extenso dans Haaretz, histoire qu'on ne me traite pas de dogmatique. Je dois dire que je ne parviens pas aux mêmes conclusions que toi. L'effet ressenti n'est pas plus de subtilité dans les propos mais un effet de dilution (qui peut être trompeur un temps mais c'est tout)...

Des propos infâmes dilués au sein d'autres propos plus "calmes" n'en sont pas moins des propos infâmes, il n'y a absolument pas tromperie sur la marchandise...quant à l'exemple que tu cites sur l'antiraciste qui n'embaucherait pas un jeune de banlieue, qu'est-ce que ça change sur le fond? Absolument rien...

Certes "Le Monde" (que je ne porte pas dans mon coeur) a rendu ces propos plus incandescents, leur a donné une visibilité accrue, ni plus ni moins (qu'on n'essaie pas de nous faire croire qu'il y a manipulation)...

Ce qui m'énerve un peu c'est cette façon de minimiser parce que c'est Finkielkraut alors que Le Pen aurait pu tenir de tels propos...(et puis souviens toi de ces gens qu'on entend dire : "Le Pen il dit pas que des conneries", au fond, escuse moi mais c'est un peu la même chose que je lit ici...

Ce qui est intenable chez Finkielkraut ce ne sont pas seulement ses propos, mais sa posture; c'est à cet aune qu'il faut, il me semble, juger ses propos dans leur intégralité

jerome besnard

Versac,

je ne dis pas qu'AF est raciste. Ca c'est simple, réducteur, faux et l'arme ultime dans un debat moderne.
Par contre, je ne le defendrais pas ce coup-ci (contrairement a ce qu'il a pu dire sur Renaud Camus, qui montre qu'il est compliqué, le bonhomme.....).

Cela etant, l'interview a Haaretz montre plus qu'un republicain desabusé, trouvé-je. Il montre au minimum une pensée perdue, et seules ses conclusions sur l'ecole me paraisse lucide. L'ecole républicaine, telle qu'il l'a connue, a perdu. Oui. Et les visites presidentielles a l'ecole Veolia-Environnement en sont le symptome a defaut d'y voir une cause. En cela, et sur ce point, il a depuis une dizaine d'année une position lucide, claire, et passionnante.

Le reste, je n'y vois pas grand-chose d'eclairant. Confus pour rester poli, faux et/ou reductionniste pour rester simple. Le pire, le plsu grand reproche que je puisse lui faire c'est ed se positionner, en Dieudonnée moyen, derriere l'argument du "politiquement correct" qui "empeche de dire certaines verités". A l'heure sarkozienne qui annonce l'expulsion des etrangers fauteurs de trouble (on veut des chiffres) ce langage a droit de cité, sans jeu de mots.

Quant au MRAP, une fois encore, il a perdu l'occasion de se taire.

José

Bonjour à toutes et à tous,

Deux liens très intéressants pour se faire une idée plus précise en français des déclarations d'Alain Finkielkraut :

http://www.upjf.org/actualiees-upjf/article-10553-145-7-genre-francais-est-interviec-finkielkraut-haaretz.html
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=20958

À noter que dans ces deux cas ce sont des Juifs aussi qui s'expriment.

J'ai vu Alain Finkielkraut à l'émission Ripostes sur ce sujet des émeutes et il m'a semblé complètement incohérent... Cependant j'avoue que, même si certains de ses propos amènent évidemment de légitimes interrogations, j'ai bien du mal à me faire un avis tranché.

José

Emmanuel

Bonjour,
il est quand même surprenant de voir que les champions historiques de l'antiracisme - Finkielkraut, Dieudonné, Mermet... - s'accusent les uns les autres de "racisme" ou "d'antisémitisme". N'y a-t-il pas aujourd'hui une véritable pathologie de l'antiracisme, qui est devenu une formule vide ? En élargissant la notion de racisme au-delà de sa définition stricte (à savoir "une doctrine qui prône l'inégalité des "races" ou des comportements discriminatoires"), on tombe dans une course en avant. Au lieu de débattre, on judiciarise, on tente des procès. Il me semble qu'au-delà du cas Finkielkraut, il faudrait vraiment remettre en question cet antiracisme "élargi", qui consiste à remplacer l'argumentation par la qualification ("Machin a-t-il tenu des propos racistes ou non? eut-on l'assigner en jutice ?"), alors que la question dans un débat est "Machin a-t-il tenu des propos atgumentés ? Quels contre-arguments peut-on lui opposer ?"

21:19 - Citation: "dis donc, l'islamiste de service, si t'es pas content, tu décanilles, vite fait bien fait."

Loi de Godwin vérifiée et amendée : remplacer nazi par islamiste.

all

Les journalistes Israéliens de Haartez disposent d'une liberté d'expression que n'ont plus les journalistes français. Haaretz fait de l'info, Le Monde de l'analyse de texte, Europe 1 de l'explication de texte pour les nuls. Les MsM français me font chier, Libé y-compris, et j'aime bien Finkie bien que je trouve qu'il ne dût pas accorder d'interviews mais seulement rédiger des livres et des articles.

DG

D'accord avec Emmanuel, la qualification raciste est mise à toutes les sauces , souvent pour éluder d'autres problèmes de fond.

Personne ne reproche quoique ce soit aux journalistes d'Haaretz.

Personne n'empêche Finkie de s'exprimer non plus, que ce soit en France ou ailleurs - voir ses très nombreuses apparitions dans les medias, quand il n'est pas lui même animateur. C'est très bien comme ça.

Finkie ne dérape pas. Il est maître de ses mots, en particulier dans cette fameuse interview réalisée à froid sans contradicteurs. Sans passion.

Ce n'est pas - loin s'en faut - la première sortie de Finkie, comme des post précèdents l'ont montré.

On peut aimer Finkie et partager ses vues...

Mais quand dans quelques années - ou décennies - on relira Finkie, comme on relit aujourd'hui certains textes du début du siècle précèdent sur les immigrés italiens à marseille par exemple, l'Histoire ne sera pas tendre.

Ces temps-çi on peut parfois, comme jean-claude milner, se demander "Existe-t-il une vie intellectuelle en France ?"

En particulier chez les baby boomers gâtés de la republique, ex-soixante-huitards honteux de leur engagements, qui aiment à retirer derrière eux l'echelle qui les a fait gravir.

Et qui s'enfoncent dans une nuit paranoïde haineuse.

Bonne chance Finkie. Et pas d'excuses.


Citation 26/11 11:15

"Les journalistes Israéliens de Haartez disposent d'une liberté d'expression que n'ont plus les journalistes français. Haaretz fait de l'info, Le Monde de l'analyse de texte, ..."

C'est vrai:

Pourquoi ne vous reconnaissez-vous pas dans le compte rendu qu'a fait Le Monde de vos propos parus dans le journal israélien Haaretz, lequel [haaretz] les a comparés à ceux d'"un militant du Front national" ?

la suite sur http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-714528@51-714632,0.html

je-n'ai-pas-dit-ce-que-j'ai-dit. Affligeant.

fb

"On en a l'habitude, tant son énonciation de choses simples passe en permanence par l'emphase et la dramatisation. "

Vous en avez peut-être l'habitude, mais permettez-moi de vous conseiller d'aller assister à certains de ses cours pour saisir un peu la complexité de ses affirmations.
Je vous conseille, comme à tous, l'écoute des Matins de France Culture ce jour, 28 novembre. C'est toute cette affaire qui est affligeante de raccourcis et de pré-jugés.

fb

Au commentateur qui cite Milner, pourquoi ne pas vous dévoiler un peu? Vos propos m'intéressent.

Jules

Sur France Cu, Finkie se positionne en victime de la bien pensance des médias bien-pensants... Grandiloquent, il nous explique qu'il est victime de "manipulations", de "procès", du Monde, etc...
Finkie nous explique aussi que c'est un "autre lui" qui a tenu ces propos "racistes" et que donc il n'a pas à s'excuser de propos prononcés par un "autre lui"... (Cet "autre lui" a été fabriqué par la conspiration nationale qui vise la destruction de Finkie...).

Finkie explique aussi que des policiers ont reçu des boules de pétanque dans la figure pendant les émeutes. Ce qui est très grave. Puisque ça fait très mal.

Finkie retire aussi "Pogroms". La "connotation du mot" l'a emmené au-delà du "sens" qu'il entendait donner...

Slama, dans sa grandeur, défend ardemment son ami et collègue Finkie, dénonçant le "nouveau lynchage à la mode". Et il explique que demain, ce sera peut-etre son tour. On comprend mieux pourquoi il défend avec tant de coeur Finkie. C'est un peu comme si il se défendait déjà lui-même.

Pierre

"Au commentateur qui cite Milner, pourquoi ne pas vous dévoiler un peu? Vos propos m'intéressent."

Je manque un peu de temps - comme nous tous - mais je reviendrai sur la représentation de "l'arabo-musulman" aujourd'hui et celle jadis, des Italiens immigrés au moment des vêpres marseillaises et des salins d'Aigues-Mortes à la fin du XIXeme. Des problèmes déjà ethnico-religieux que la France à préféré oublier … ou presque, ces temps-çi.

Avec une question: Comment peut-on dire que Finkie - l'intellectuel persécuté, banni de tous les lieux de parole, noble victime de l'idéologie victimaire et dont la pensée délicate et complexe, montre son farouche attachement au sens des mots lorsqu'elle dénonce courageusement les "progrom antirépublicains" - a dérapé ?. D'ou ma référence à Milner, j'y reviendrai.

Et sans doute quelques mots sur l'aggression sans précèdent faite en ce moment aux libertés civiles, dans le silence assourdissant de nos chers penseurs soucieux. Aucun rapport ? On verra.

"Ceux qui désirent abandonner la liberté pour obtenir la sécurité n'auront, et ne méritent, ni l'une ni l'autre"

Bonne journée

annales

décomplexons-nous un instant et posons-nous cette simple question aristeloplatonicienne Finkielkraut est-il vraiment un philosophe ou n'est-il que le porte-parole et la marionnette tragi-comique du FN ?

Finkielkraut ou la philo des comptoirs du 'bar du commerce' ou quelques veaux et autres frustres beaufs vomissent leur haine la plus crapuleuse.

vivre et penser comme des porcs : il y a longtemps que certains de nos pseudo penseurs ne produisent rien d'autres que du vide.

Je suis l'auteur du 29/11 10:55

Vu la tournure imbécile que prend ce thread - contrib du 30/11/2005 11:48 - je posterai mon billet promis ailleurs, vous le comprendrez.

Bonne journée

antares

L'analyse de M. Finkielkraut dans l'article de Haaretz contient des dérapages insultants. En même temps elle semble pertinente dans le fonds, cohérente quoi. La "posture" du "bonhomme" mis à part, est-il possible de trouver des contre-arguments? Si oui, pourquoi n'en entend-on si peu? Le débat semble effectivement avoir cédé la place à l'analyse sémiologique.

Dans Haaretz, je vois surtout un homme qui ne se fait plus trop d'illusions sur la portée des idéaux d'une certaine gauche. Par contre, il a tort d'être trop pessimiste, voire défaitiste, et on y voit bien la marque du soixantehuitard ex-pseudo-révolutionnaire. Nous n'avons pas "perdu", la société s'adaptera probablement. Toutefois il a raison de s'inquiéter du fait qu'il y ait tant de gens qui ont choisi de vivre dans un pays qu'ils détestent. Cherchez la contradiction! En Suisse, que je connais bien, il y a des gens qui semblent difficiles à intégrer, néanmoins personne et surtout pas un immigré n'affirmerait sérieusement qu'il déteste ce pays. Les critiques de "la Suisse" semblent surtout venir de certains milieux "artistiques", lisez nihilistes, sans problèmes de subsistance. Absence de passé colonialiste? Modèle d'intégration supérieur? Qui sait...

Adam Kesher

Papier très intéressant. Le paradoxe de l'affaire Finkielkraut est à mon avis qu'il a commencé par dénoncer (dans le Figaro) la "bien-pensance" française qui excuse les actes de violence dans les banlieues, avant d'être partiellement rattrapé par cette bien-pensance (et partiellement par la maladresse, confusion ou incongruité) de ses propos. Mais on voit bien avec ce qui s'est passé qu'il est bien difficile de tenir des discours complexes.

Mickael Moure

Nouvel Observateur, Aude Lancelin écrit: «Le faux nez de la subversion est en train de tomber, et c’est une droitisation dure, crétine et somme toute bien banale que l’on découvre. Racialisation décomplexée, disqualification de la question sociale réduite à une "culture de l’excuse", diabolisation des "classes dangereuses", trop subventionnées pour être encore "laborieuses" cela s’entend, le tout sur fond de libido sécuritaire à peine dissimulée. Après le politiquement incorrect, voici le "politiquement abject". Rien d’important ne s’est jamais communiqué en ménageant un public, disait Guy Debord. Rien d’important ne se communiquera plus, en tout cas, en ménageant une intelligentsia française à côté de la plaque qui tourbillonne désormais dans la nuit et achève sa consumation mentale dans le feu des banlieues.»

copas

Le dernier post en citation de Adam Kesher me semble le seul bien censé et qui donne toile de fond à une dérive qui ne concerne pas que la personne dont on parle.

Les propos de Finkie, que se soit les originaux comme la version exacerbée du Monde, sont clairs.

Il est difficile d'y voir autre chose qu'un jeu aux limites pour dire sans dire, sans passer en procès, sous-entendre l'ignoble mais rester aux limites pour ne pas encourir condamnation, un jeu dont LePen était jusqu'à présent maître.

On peut chercher derrière ce qui produit cette dérive, j'y vois bien une crispation de plus en plus vive, une trouille immense qui chemine vers un désir autoritariste pas à pas, pour tout dire la terreur de voir se diluer des estrades qu'on pensait de droit, avantages acquis dans les tiedeurs de connivants médiatiques.

Cet homme a peur,
Témoignons-lui notre amour,
pour le sortir de ce mauvais pas.

Qu'importe

Bonjour,
j'ai discuté avec une amie fille d'immigrés italiens en France, dont la mère vit dans une cité. Sa mère est plutôt choquée par ce qui se passe aujourd'hui. Au hasard : jeunes femmes brûlées vives (Sohane et quelques autres) ; crimes d'honneur ; excisions ; voitures brûlées ; médecins agressés... Les immigrés italiens faisaient-ils cela ? Ou bien n'assistons-nous pas à l'émergence de nouvelles générations qui mixtent deux sous-cultures dan un cocktail détonnant de violence : avant tout, la sous-culture des séries américaines, avec le flingue, la force, le culte du fric et des filles ; et une sous-culture pseudo "musulmane", qui est éloignée de la vraie religion islamique, mais en adopte quelques graves travers, notamment une certaine hostilité envers les juifs et les chrétiens, accusés d'être des "associateurs" et des "falsificateurs". Pour nos experts en socio, ayez la curiosité de savoir ce que disent les musulmans sur les chrétiens, vous serez édifiés : en général, les musulmans croient que Jésus n'est pas mort sur la Croix et que les catholiques ont menti, inventés les textes, etc. Sur une telle base, c'est quand même l'hostilité et le mépris qui risquent de se développer, et non la compréhension et la fraternité !

Citation:

"j'ai discuté avec une amie fille d'immigrés italiens en France, dont la mère vit dans une cité. Sa mère est plutôt choquée par ce qui se passe aujourd'hui."

Une amie dont la mère vit dans une cité... Sa mère est plutôt choquée...

On voudra bien se rappeller le blanc des RG dans le parisien.

Quelques éléments pour vous et votre douce amie:

Nationalistes et Etrangers, José Cubero agrégé d'histoire.
256 p., 21 euros, 1996, ISBN 2-902702-96-5. Sur les salins d'aigues mortes.

Lien:http://traitsnoirs.lautre.net/textes/tn09/BELLE%20EPOQUE%20ET%20XENOPHOBIE%20ANTI.htm

Ou l'on se rappelle que: On peut dénombrer en Vaucluse, entre 1884 et 1914, neufs grèves dans les secteurs du textile et des travaux publics15 dont la principale revendication n’est autre que le renvoie d’une partie ou de tous ouvriers étrangers [Majoritairement Italiens] ; arrêts de travail souvent accompagnés de contraintes physiques, de menaces, de drapeaux tricolores et d’alcool en grande quantité… La xénophobie semble particulièrement mobilisatrice car le taux de participation à ces grèves " atteint des records "16. Ces conflits se concluent assez rapidement par la fuite ou le licenciement de ceux qu’on appelait " bàbi " (crapaud en provençal)

Et aussi :www.imaginer.ch/courrier/ reportages/Shoah/fr/silence.html

Les tests de Binet-Simon montrèrent qu’une grande majorité des immigrants de l’Europe de l’Est étaient faibles d’esprit. H.H. Goddard affirma dans Journal de la délinquance (1917) : « Nous ne pouvons échapper à cette conclusion générale que ces immigrants étaient d’une intelligence étonnamment faible ».Les tests de Binet-Simon montrèrent qu’une grande majorité des immigrants de l’Europe de l’Est étaient faibles d’esprit. H.H. Goddard affirma dans Journal de la délinquance (1917) : « Nous ne pouvons échapper à cette conclusion générale que ces immigrants étaient d’une intelligence étonnamment faible ».Les tests de Binet-Simon montrèrent qu’une grande majorité des immigrants de l’Europe de l’Est étaient faibles d’esprit. H.H. Goddard affirma dans Journal de la délinquance (1917) : « Nous ne pouvons échapper à cette conclusion générale que ces immigrants étaient d’une intelligence étonnamment faible ».

Journal de la délinquance (1917), je souligne cf infra.

On lira aussi:

Le psychologue Carl Brigham publia en 1923 une Étude de l’intelligence américaine, ouvrage court et schématique qui pouvait être lu par un large public. Ces résultats montraient que l’âge mental moyen des Américains blancs était de 13,08 ans, juste au-dessus de la limite de la débilité légère (âge normal : 16 ans) et que les immigrants européens pouvaient être classés selon leur pays d’origine, le Russe avec un âge mental de 11,34 ans, l’Italien de 11,01 ans, le Polonais de 10,74 ans : l’immigrant était donc un débile léger.

Inadaptable et nuisibles suivant leurs caractéristiques "ethnico-religieuses".

Offrez un joli bouquet à votre amie, avec quelques livres.

Bonne journée

Désolé pour le collage intempestif et redondant sur les intéressants tests de Binet-Simon.

Phenix

Le problème n'est pas de savoir si Finkelkraut tient ou pas le discours de Le Pen, mais si ce qu'il dit est en grande partie vrai. Il me semble que c'est malheureusement le cas.

Qu'importe

Bonjour,
merci d'avoir communiqué toutes ces données intéressantes sur la xénophobie en France au début du XXème siècle. Mais en ce qui concerne les "faits divers" que j'avais évoqué, pas de réponse...
Il est possible qu'il y ait eu nombre de faits divers plus graves, commis au XXème siècle en France. Mais depuis les années 1960, je n'ai pas entendu parler d'un tel seuil d'agressivié, de racisme et de barbarie dans la société française.
Il semble que certains faits divers actuels constituent des "signes". Un peu comme les premières synagogues attaquées, ou comme le meurtre de "supermamie" Fresquet, une dame tuée par deux jeunes dont un mineur après des actes de torture...

Charly

dis donc, l'islamiste de service, si t'es pas content, tu décanilles, vite fait bien fait.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.