« L'Europe en marche | Accueil | On y est »

07 février 2005

Commentaires

jean-sébastien

finalement tu le tiens ton billet!

prevalli

Oui mais tu oublie de dire cependant que la même directive interdit a l'etat d'accueil de demander la declaration des personnels detachés, interdit aussi d'exiger la tenue de livres sociaux...

Bref ce qui va clairement faciliter le controle soit disant autorisé.

En gros tu a le droit de controler les cartes d'identité mais tu n'a pas le droit d'imposer la carte d'identité.

Sinon dans une relation de travail il n'y a pas que les salaires et les congés ou la durée du travail, mais aussi les conditions de couverture sociale, la responsabilité civile, les cotisations sur salaires etc...

donc je trouve que tu te contente dans ton billet de retranscrire l'argumentaire plaidoyer de la commission sans être trop critique.

Paxatagore

Y a un problème dans le billet sur la Turquie. Tu dis qu'il y a quatre positions mais tu en listes six. Toujours ce problème avec des chiffres. Tu as vraiment fait une école de commerce ? ;-)

versac

Paxa : ah, enfin quelqu'un qui remarque...
Prevalli : à creuser en effet. Je ne me contente pas de retranscrire, j'exprime une perplexité face à un texte difficile.

jeromew

as tu vu ce blog

http://www.affairespubliques.fr

Cercamon

Quelques remarques:
- les pros qui voient les Turcs européens, j'ai l'impression qu'ils sont un peu là pour la symétrie parce que je n'en ai pas rencontré, ni lu, ni entendu. Mais il est vrai que je ne fréquente pas les milieux d'affaires où il se peut bien qu'on en trouve.
- les pro qui ont peur du choc des civilisations. Là j'ai l'impression que c'est mettre les choses à l'envers et faire la peur changer de camp par une astuce que ma politesse naturelle m'empêchent de qualifier de mauvaise foi. L'astuce, l'opérateur de cette inversion, c'est le postulat (ou la thèse) que l'"islam, là n'est vraiment pas le problème". Whishfull thinking! (J'aimerais assez entendre l'argumentation qui soutiendrait cette thèse.)
- l'argument Bayrou: si l'intégration politique a pris un coup dans l'aile, c'est du fait de la vague d'adhésion de 2004 et ceux qui continuent à vouloir un progrès de l'intégration politique feraient mieux de penser l'intégration européenne à deux niveaux. Ce n'est pas un simple projet, il y a dans l'UE une petite UE à intégration plus forte, c'est la zone euro - et tout nous dit que s'il y a urgence à intégrer les politiques, c'est dans la zone euro.
Je me permets de renvoyer à mon blogue:
http://michel.p.roland.free.fr/blog/2005/02/politique-turquie-europe-cia.html
http://michel.p.roland.free.fr/blog/2005/02/politique-turquie-suite-pas-fin.html
http://michel.p.roland.free.fr/blog/2004/09/la-turquie-et-leurope.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.