« partir, revenir | Accueil | joie, joie, pourquoi joie ? »

mardi 08 juin 2021

Commentaires

Anne-Liesse

Quelle phrase cruelle ! Il n'y a bien qu'un éditeur pour dire ça, ai-je envie de dire à mon tour, cruellement...

Mais, du coup, je suis un peu perdue. C'est bien cette Emilie-là qui les a publiées, tes nouvelles, au final ?

Qu'ils font peur, ces mots d'auteur/auteur/autrice/écrivain/écrivaine ! Je ne me reconnais dans aucun d'eux, n'ayant jamais rien publié (à part des articles journalistiques). Et pourtant, comme toi, c'est bien l'écriture qui m'anime, qui me sauve, dont j'ai besoin plus que tout. I'm a writer at heart! Les mots de Rilke dans Lettres à un jeune poète m'ont marquée à mes 18 ans : "Vous faudrait-il mourir s’il vous était interdit d’écrire ? Dois-je écrire ?"

Bisous from one writer to the next!

Christie

Non, c’est Guillaume, de Cent Mille Milliards, qui les a publiées, 9 ans plus tard ! Émilie (ce n’est pas son vrai prénom tu l’as compris) ben je ne l’ai jamais revue. Quant aux éditeurs la plupart de ceux avec lesquels j’ai finalement travaillé sont très très délicats, au moins en ce qui concerne l’écriture ! Et la susceptibilité.

Emilie

Quels mots cruels en effet ! Cela a dû être dur à avaler et je comprends qu'ils te soient restés en travers de la gorge. Bisous, chère Christie. De mon côté, je commence à voir le bout du tunnel...

Nathalie

Quel manque de tact de la part de cette femme! C'est sidérant!
Si ce n'était pas une histoire vraie et qui fait mal, ce pourrait être, au fond, un beau sujet de nouvelle. En quelques pages, la supposée bienveillance d'une éditrice, l'espoir légitime de son interlocutrice qui a foi en la littérature et qui a bûché sur ses textes, puis cette chute terrible qui, en contrepoint, montrerait l'arrogance de l'éditrice, presque sa perversité (c'est tellement facile d'être du côté des décideurs) et qui convierait le lecteur à avoir de l'empathie pour la sympathique "victime". Et ce cadre paisible, cocon d'un restaurant qui ferait ressortir la sècheresse et la cruauté de la rencontre.
Christie, vous avez le talent pour croquer cette scène de vie. Elle vous a fait mal, je le conçois. Et si vous en faisiez un ressort pour une fiction?
Suis infiniment désolée si mes propos vous paraissent saugrenus.

Christie

Emilie ! je me réjouis !!! bravo !!!

Nathalie, je ne sais pas si c'est si facile d'être du côté des décideurs....

Bons baisers les douces, merci pour votre regard empathique !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

septembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30