« la moitié du chemin | Accueil | ce que la nuit a à me dire »

vendredi 29 novembre 2013

Commentaires

small head

Ton texte me fait monter les larmes.
Je suis acccompagnée pour faire du chemin mais pas encore pour celui-ci... ha, comme çà raisonne en moi !
Enormes baisers.

Christie

C'est un périple difficile. Gros gros baisers Marielle..

floverslebleu

Très beau billet, Christie, au thème universel (et éternel?)
"Nos parents ne pouvaient pas faire mieux."
Je retiendrai cette phrase.

Cloudy

Bouleversant ce message qui vient toucher de petites (et grandes choses) chez moi...
J'ai été accompagnée et comme toi le suis accord pour parcourir ce long chemin d’acceptation et de pardon.
Je me suis réconciliée avec leurs parts d'ombres, j'ai compris quels enfants ils avaient été, puis quels adultes et enfin quels parents.
Je ne sais pas s'ils pouvaient faire mieux ou pas, peu m'importe au fond, l'histoire ne peut pas se réécrire. Ils ont fait avec qui ils étaient sur l'instant, avec leurs moyens, dans une époque donnée.
Faire ce travail pour tenter de construire mon propre chemin en parentalité a été, est, important.
Je me sens plus légère, plus ouverte à eux aussi.

Christie

et oui et que c'est bon de pouvoir enfin le voir, tout ce que l'un ou l'autre ou les deux nous ont apporté...

Sophie / Laurenn

Ma Chère Christie,

Tes mots résonnent en moi de façon tellement forte, c'est ce que je me suis écrit il y a qq années avec des mots tellement proches que c'en ai troublant.. J'ai exactement réalisé ce que tu exprimes et, en devenant mère, c'est devenu bcp plus criant.. Ahlàlà et moi aussi j'ai été accompagnée.
A bientôt Belle Christie, très belle journée à toi, je t'embrasse

Olga

Merci Christie!

en souffrance

et quand nos parents deviennent vieux, dependants, que le deuil de ce qu'ils etaient doit se faire ,même s'ils sont encore vivants...quand la culpabilité de ne pas en faire assez, et l'epuisement du quotidien à vouloir tout assumer....parceque "la maison de retraite", n'est pas toujours aussi facile ni aussi bien qu'on se l'imaginait.Quand le simple fait de les évoquer, diminués; fragiles, sans mémoire,dans l'egocentrisme du tres grand âge;avec absence de tout echange...nous troue les tripes....le pardon pour ce qu'ils ont fait, pas fait....est dejà bien loin, la question ne se pose même plus. Pour vous qui avez encore votre grand mere, le temps n'y est pas encore, pour ceux dont les parents sont malheureusement décédés brutalement ou jeunes, cette periode n'existe pas...la vie est en général difficile, avec quelques petites parentheses de bonheur qu'il faut savoir saisir

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)