« choses qui s'échappent | Accueil | me sentir accueillie »

mercredi 18 novembre 2009

Commentaires

Pappolène

Au contraire vous montrez à Alma que l'important c'est de participer et tant pis si on finit dans les dernières, le principal étant de terminer la course. Enfin, moi, je vois les choses ainsi.

La course était pour moi un vrai exutoire des frustrations, colères voire même rage parfois. Je ne cours plus mais votre billet me donne envie de m'y remettre, j'étais beaucoup plus positive et ruminais beaucoup quand je courais deux fois par semaine.

lapetitecatherine

j'avais commencé à courir dans la campagne et depuis que j'ai vu un mec en voiture passer tout doucement en me reluquant et en le trouvant stationné un peu plus loin et attendre et bien ça m'a passé l'envie! et puis courir dans le bourg... Par contre j'aime courir en vacances sur la plage ou le remblais! Ca défoule!!!!!

lapetitecatherine

j'avais commencé à courir dans la campagne et depuis que j'ai vu un mec en voiture passer tout doucement en me reluquant et en le trouvant stationné un peu plus loin et attendre et bien ça m'a passé l'envie! et puis courir dans le bourg... Par contre j'aime courir en vacances sur la plage ou le remblais! Ca défoule!!!!!

Snödroppe/Sophie

Après avoir connu la course dans un cadre compétitif [mais jamais de courses sur route, uniquement sur piste ou en cross], je cours maintenant, pour faire simple, par plaisir.
* Plaisir d'un temps de moi avec moi, centrée sur mes sensations, ma respiration [jamais de d'ipod ou chépaquoi dans les oreilles, je veux pouvoir "m'entendre"!], ça me fait comme de la méditation.
* Plaisir d'être dehors, une fois le "c'est parti mon kiki", un peu plus dur à prononcer en hiver!
* Plaisir des étirements après.
* Plaisir des sensations physiques après [qu'on ne peux ressentir qu'après ce type d'effort, pas du tout les mêmes sensations qu'après un autre type d'effort]
* Plaisir à apprécier les jours avec [pas de points de côté, des jambes...]
* Plaisir à sentir les progrès/la fluidité liés à la régularité des sorties
* Et...plaisir à penser à mes futures sorties en skating [ski de fond] dont je profiterai dix fois mieux avec un minimum de prépa physique
* Plaisir de satisfaire mon besoin de sentir mon corps se bouger dans la course. Oui, vrai plaisir à courir.

Karine

Pour é-va-cu-er...faire le vide, justement pour arrêter ce flot de pensées qui déferle parfois et repartir sur des bases plus sereines, pour se sentir un peu plus légère...des bises

Snödroppe/Sophie

...la fille qui a le cerveau lent...mon message laisse entendre qu'avant, courir dans un cadre compétitif n'était pas un plaisir...mais euh, si!...c'est juste que mon corps n'est plus d'accord pour la compétiton, et que je n'en ai sans doute plus envie! [à fifty one years old, it's rather normal, non?!]...
Le problème qu'évoque petite catherine est un vrai problème...Pour m'être fait courser dans un bois par un gars qui après m'avoir croisée, a fait 1/2 tour et s'est mis à me courir après, en costume et chaussures de ville...je l'ai semé, mais arrivée chez moi, j'ai tremblé, longtemps...Et j'ai encore du mal à courir en forêt complètement détendue...C'est du pur gâchis, parce que courir en forêt, c'est quand même le top.
Pappolène, je dirais plutôt que "terminer la course", c'est bien si c'est ce que tu t'es fixé comme but. Mais en course, on peut s'en donner plein d'autres!

laurence-Tornado

Salut christie,
Actuellement, je cours pour me vider le cerveau, tenter de détendre chaque parcelle de mon corps qui est tendu, d'essorer mon âme qui va mal...
J'aime ressortir de ce footing comme d'un lave linge. Fatiguée mais un peu mieux.
L'effet ne dure pas et je n'ai pas le droit de courir trop souvent mais je savoure ces moments avec bcp de plaisir, rencontrant de ci de la un écureuil, un faisan ...

Sophie

Moi je cours...
- pour être un peu toute seule, tout en croisant des tas de gens
- pour finir par apprendre des tas de chansons par coeur
- pour affiner et tonifier mon corps
- pour couper les files de touristes sous la tour Eiffel (quand je cours, j'y passe à chaque fois)
- et surtout, quand je n'ai pas envie d'y aller, je cours car je sais qu'on ne regrette jamais d'être allé courir !

balie

moi je cours grâce à toi! à force de te lire tu m'as donné envie et depuis je cours une fois par semaine. je cours pour me défouler, pour me remuscler un peu (!)et pendant ce moment j'essaie de faire le vide dans ma tête. Je cours en ville car j'ai eu peur dans un parc.
et je retiens la dernière phrase de sophie pour me motiver quand c'est difficile.
bonne soirée

marijo

sophie snodroppe et l autre sophie ont déjà tout dit
je rajouterai pour partager
Oui ici la course à pied c'est familial
et dimanche dernier au jogg'iles dans le parc de miribel jonage il y avait bcp de machet et meme Louise qui supportait sa manou
partager c est l avant le pendant (à l entrainement je tchache tt le long) et l après
échanger ses sensations se donner des conseils s encourager se féliciter et aussi se surpasser et en retirer une fierté
ça fait pas mal non ?

Christie

Ah mes coureuses !
On sent la légèreté et la joie dans ces lignes
l'effort aussi, mais joyeux.

balie

si j'avais su, je serais passer par ici cette nuit, je t'aurais croisée (moi aussi j'ai rencontré ...une insomnie)bon courage pour la journée

swahili

Les filles, tous vos témoignages me donneraient presque envie de m'y mettre ;-)

Christie

En fait c'est pire, je me réveille exprès pour bosser

Mavie

Bonjour,
la question m'a fait pensé à une chanson de Miossec toute récente sur à quoi pensent les coureurs du dimanche. Du coup, je l'avais en tête la dernière fois.
Je cours pour prendre l'air, me ressourcer, penser à plein de choses, écouter de la musique et rêver. J'ai commencé à courir car j'avais mal au dos et que je liais le fait de courir aux étirements après.
Et puis courir pour le plaisir, ça m'aide à garder l'endurance pour courir derrière le bus qd je suis loin de l'arrêt!

immemory

je ne cours pas pour moi
jamais
je cours
pour les autres

christine-ouvarosa

bonjour christie ,moi je cours pour parler avec mon homme qui m'accompagne et m'écoute et parfois joie, avec ma grande fille qui alors me raconte... le plus agréable : courir ensemble dans les rues de la ville le soir à peine revenus, dans la pénombre,seuls à la lumière des réverbères et des phares des autobus, bravant un automne bien tiède mais qui suffit à nous revigorer l'âme .. l'odeur fraîche de nos sueurs mêlées, nos pas qui résonnent , les voitures qui nous frolent, le boulot oublié, les rancoeurs qui s'envolent et on est déjà rentrés . reste dimanche au soleil pour une autre longue course en foret de montmorency...clin d'oeil à miossec (dernier album sur dezzer, suis fan),qui a encore comme toujours tout compris. christine , ex-chicorée maintenant ouvarousa , bonne soirée à toi, dors la nuit pour courir le matin...et ....merci...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)