« pms | Accueil | correspondances »

mardi 23 mai 2006

Commentaires

Far and Beyond

J'admire les mamans qui ont choisi de "fêter" ça, de présenter la chose de manière positive, c'est tellement plus beau comme ça! Bravo!!
Chez moi c'était la honte pour moi. La première fois, je ne l'ai pas dit, c'était insignifiant et j'avais lavé ma culotte pour ne pas laisser d'"indice".
La deuxième fois je n'ai pas eu le choix. Ma mère m'en avait parlé avant, et m'avait donné tout ce qu'il fallait. Je me suis servie, et je suis allée lui dire. Ce soir là, je guettais l'arrivée de mon père pour savoir si ma mère allait le lui dire. Pendant le repas j'ai bien vu: son attitude avait changé, il était plus attentionné envers moi ce soir là. J'étais dégoutée qu'elle ait "trahi" mon secret. Je lui en ai voulu à mort. Je ne me sentais pas à l'aise, c'était trop "privé".
Je ne voulais pas être "une femme", j'étais encore une enfant, et pendant de (trop) nombreuses années, je me suis souvent détestée en "femme" à l'arrivée des règles, j'en étais déprimée.
La sexualité et tout ça, j'ai toujours été gênée d'en parler avec ma mère, c'est toujours le cas aujourd'hui. Je me rappelle comme si c'était hier, la "session" apprentissage du "comment on fait des enfants" par ma mère.
Elle était aussi gênée que nous malgré ses airs, alors pour les mamans qui vont s'y atteler, juste un conseil, comme au théâtre répétez avant, faites le de manière simple et drôle, naturelle, parce que si vous êtes gênées ça va vite se sentir alors que finalement, c'est rien d'autre que des choses naturelles. J'aurais tellement aimé que ma mère sache le faire comme ça, je me serais sans doute "décoincée" plus tôt.

Christie

Hou la, mais c'est que ce n'est pas si facile de dire ces choses-là.. et votre maman a déjà eu bien du mérite de vous l'expliquer. Y'a plein de parents qui ne le font pas !

moi c'est sûr, je passerai par les livres !

Etolane

Les cornichons au chocolat, cela fait remonter des souvenirs à la surface, j'avais oublié avoir lu ce livre, dans une autre vie, un autre temps...

Far and Beyond

Hmm, en même temps, il y a toujours "pire" ailleurs ;)
Ma mère avait sorti un livre de sciences naturelles de derrière les fagots, et nous avait montré ça (à moi et ma soeur) en commentant les dessins. Très long moment de flottement. Elle avait fait ça rapidement, de manière trop scolaire à mon goût ("vous avez des questions?"). Y'avait pas d'amour là dedans, y'avait rien qui laissait indiquer que c'était normal, non au contraire plus de mises en gardes qu'autre chose, et finalement plus de peurs, d'angoisses de mère je crois. Quelque part je trouve que c'est dommage de nous avoir "transmis" son angoisse plutôt que de nous avoir expliqué que ça pouvait être aussi une très belle chose. Evidemment ce n'est pas chose facile et peut être que je ferais mieux de me taire puisque je n'ai pas encore eu d'enfants ;)
Mais quand je lis les témoignages des unes et des autres, je me dis que ce jour là je prendrai mon courage a deux mains, et j'essayerai de faire ça bien, doucement, naturellement et surtout surtout sans gêne.

Faire l'amour, et concevoir un enfant, ce sont les choses les plus belles qui existent, c'est cette idée là que j'aimerais transmettre à mes enfants. Et Christie à travers tous tes écrits, on sent beaucoup d'amour. C'est pour ça que je reviens lire si souvent. Parce que ça paraît tellement naturel et tellement inné. C'est beau.

swahili

Ah ben zut alors, j’ai loupé le rite de passage pour mes deux minettes et vous me donnez des regrets ! On a fait ça très naturel. Pour ma grande, on était chez de bons copains qui ont des filles du même âge que les nôtres, et dont l’aînée avait eu ses premières règles…chez nous ! Du coup,ça nous a fait rire, ma fille la première, devant cette nouvelle complicité avec son amie! Pour la plus jeune, la povrette a pas eu de bol parce qu’elle avait tout juste 12 ans et que ça a commencé le 1er jour de nos vacances à la mer !

A lire vos réactions, j’espère qu’elles ne seront pas traumatisées par l’absence de rite de passage. Pour l’instant, ça va, mais après, chais pas, comme le dit une chanson de chais plus qui !

En tant que mère, j’ai ressenti un mélange de sentiments : à la fois la nostalgie de voir s’envoler leur enfance, la fierté d’avoir de grandes filles, l’espoir qu’elles souffriraient moins que leur mère, l’inquiétude devant la perspective de leur future sexualité …

Christie

moi je suis sûre que tu as été parfaite. PARFAITE.

swahili toute rose

Merci :-)

small head

Hello Christie,
moi aussi j'avais bien aimé "des cornichons au chocola", un best seller à de nos années collége pas vrai?
Je me souviens que je n'étais pas vraiment pressée de "les" avoir, j'y pensais juste un peu plus après m'être retrouvée exclue de certains discussions sous les marroniers de la cour du bahut... "tu peux pas comprendre!"....
Et puis l'été de mes 13 ans, elles sont arrivées, les alertes rouges comme je les avais prénommé, alors que je passais quelques jours chez une camarade avec piscine (pas de chance) qui m'avait fait la tronche (à tel point que j'étais rentrée chez moi plus tôt que prévu!!!)...
Que de souvenirs tu réveilles avec tes sujets!
bises du soir

Ingrid à plume(s)

Pour moi c'était un 14 février, l'année de mes 12 ans. La nouvelle a fait le tour de la famille l'espace d'un après-midi, par contre ma mère ne m'en a jamais parlé, pas même ce jour-là, et j'ai dû me débrouiller seule. Ni baffe ni bijou, rien de rien, absence totale de réaction. Que de souvenirs d'une époque Les cornichons au chocolat, qui paraissait aussi en épisodes dans OK Magazine (heureusement qu'il y avait les livres et les magazines pour découvrir un peu tout ça...).

Lola

Ah oui, pour moi aussi "Des cornichons au chocolat" a joué un rôle primordial. Je crois que c'était le premier livre d'ado que je lisais (ensuite il y a eu "Fanny de bulle en bulle" et "L'année caline", nettement plus sex, mais sans grand intérêt). J'étais soulagée, rassurée de savoir que je n'étais pas la seule à "les" attendre en me demandant pourquoi pas moi? Pourquoi toutes les autres et pas moi? Et puis, les autres thèmes du livre, la solitude, le sentiment d'être différente, les secrets impossibles à partager, tout cela me parlait tellement.
Je crois que nous l'avons toutes lu, ce bouquin. Ce serait intéressant de voir ce que cette génération de filles (je suis un peu plus vieille que toi, Christie) en a gardé, ce que ce bouquin, qu'il ait plu ou non, a signifié pour elles.
Ouais, les années collèges, et les kilomètres à tourner en rond dans la cour carrée du Lycée Camille Sée...

Christie

Tu étais au lycée Camille Sée ? c'est juste derrière chez moi, j'entends la sonnerie tous les matins !

laurence

Je me souviens de la remarque de mon père " tu es une femme maintenant ; tu peux avoir des enfants. En afrique on ferait une fête". C'était en décalage total avec ce que je ressentais : j'étais encore une petite fille dans ma tête, et pas prête de grandir. J'ai ressenti comme une intrusion, une réalité que je n'étais pas prête à accueillir. Trop crue.
Pour ma fille qui commence sa puberté, j'essaye de lui en parler régulièrement au travers ce que vivent ses amies de classe. Mais je ne veux pas lier ça au fait d'être capable de procréer. Je trouve que le lien n'est pas juste, car les premières règles ne correspondent pas du tout à la maturité sexuelle.

Lola

Hé oui, je sais, tu habites le quartier où j'ai passé mon enfance ... Camille Sée, de la 6e à la seconde. Mais je n'ai pas que des bons souvenirs de Camille Sée. Ou plutôt j'ai très peu de bons souvenirs. Ou pas du tout de bons souvenirs.
En revanche, le square Saint Lambert, j'aime bien le revoir quand je passe devant en bus.

Christie

Oh la la c'est vrai qu'on se ressemble, je suis tellement plus heureuse maintenant qu'alors..

blandine

Les bras m'en sont tombés. J'ai lu je ne sais plus où la semaine dernière que Les cornichons au chocolat ont été écrits par Philippe Labro!!??? Toute mon adolescence s'écroule (presque). Dans la série "le livre que j'ai écrit et qu'il y a même pas mon nom dessus" , chui verte.

Loumarzh

Tout pareil : le choc ce livre !
Je visite souvent ce blog pour pleins de raisons : j'aime cette plume,le ton ,l'humour, la vie de femme-maman-amante-copine qui ne sais plus, Dinard...

J'ai aimé sentir revenir les souvenirs de cette lecture...et en parcourant le "Paris Match" que ma belle-mère a laissé trainé je découvre que Stéphanie était en fait Philippe Labro...
Depuis, j'hésite entre perplexité et coïncidences de la vie...

Mince alors...

lili

Moi, je les ai eues très tard, mes premières rêgles. Mais je ne crois pas que je m'en inquiétais.
Ma mère, elle, s'inquiétait. Elle voulait aller voir le gynéco. Mais ne l'a pas fait (c'était toujours comme ça, ma mère, elle voulait toujours tout mais ne bougeait jamais). Elle en avais parlé avec ma soeur, peut-être avec un tas d'autres gens. Mais jamais avec moi. Je lui en ai beaucoup voulu.

Les premières fois, je savais que ça existait. Ma mère m'en avait parlé (je ne sais plus comment elle m'avait dévoilé le mystère de ces serviettes et de ces petits sachets qui traînaient toujours dans l'armoire de la salle-de-bain et qui m'intriguaient beaucoup). Mais qu'est-ce que j'avais peur! Chaque fois que je voyais mon sang, je me souviens que je tremblais...
Heureusement, au début, je n'avais pas mal du tout.

J'aime beaucoup l'idée d'offrir un bijou pour marquer cet évênement.
Je ne sais pas comment j'aurais expliqué ça à ma fille. Mais je ne sais pas non plus quoi répondre quand mon fils me demande à quoi servent ces jolis sachets roses qui traînent dans l'armoire de la salle de bain (ben oui, lui aussi, ça l'intrigue). Pour l'instant, je lui dit que c'est un truc de femmes et que je lui expliquerai quand il sera plus grand. Il n'en demande pas plus. Mais un jour, il insistera. Comment en parler à un garçon sans lui faire peur ou le dégouter? Pas si facile non plus...

Christie

avec Chimène j'ai repris l'explication que je me donnais à moi même, 'c'est du sang qui coule pour dire qu'un bébé n'est pas là ; si le bébé avait été là, le sang aurait servi à alimenter sa petite piscine' (c'est sans doute un peu approximatif mais j'aime bien l'idée binaire, 0 / 1, sang = pas bébé, pas sang = bébé)

laurence

Moi j'ai pris l'image du nid : tous les mois maman prépare un petit nid. Si l'oeuf ne reçoit pas la petite graine, pas de bébé et le nid ne sert à rien. Alors il part...

Laure

ah Christie, cette découverte m'a fait penser à toi !
http://buzz.litteraire.free.fr/dotclear/index.php?2006/05/26/162-apres-jt-leroy-philippe-labro-se-demasque

Mirandoline

Quand je pense qu'adolescente je rêvais d'écrire et d'être publiée...J'avais pleins de complexes par rapport à cette fameuse Stéphanie qui avait quasiment le même âge que moi et que l'on trouvait déjà formidable!!! Du coup, ça m'a un peu coupé les ailes..."Des cornichons au chocolat" ça me plaçait la barre très haut! j'avais l'impression qu'on était obligée désormais de toutes écrire aussi bien qu'elle...Bouh, j'ai baissé les bras et laché mon stylo-plume! Et je vois encore ce matin chez Sophie Davant ce cher Philippe Labro dire que Stéphanie, c'était lui!! Je crois qu'il ne se rend pas compte qu'il a comme trahi les adolescentes que nous étions...
Pour le reste, évoquer OK magazine...Hou ça en fait remonter des choses!!! Je crois que c'est là que j'ai tout appris, étant seule à la maison avec des parents âgés...
Moi aussi j'ai eu mes règles l'été avant la rentrée en 6ème...En cadeau d'annif pour mes 11 ans! Mauvais souvenir et mauvaise surprise...J'ai tenté de le cacher, ça n'a marché qu'une journée, je ne pensais pas que ça deviendrait si intense! Quelle corvée ensuite au collège, surtout pour le sport... Ma meilleure amie n'a eu ça qu'à 15 ans au lycée et j'avoue que je l'enviais d'avoir passé tout le collège dans la tranquilité! comme en plus je souffrais beaucoup, je maudissais mon sort de jeune fille!!! Dommage que cela ne soit pas lié à la maturité psychique de chaque fille: la nature aurait du faire en sorte que cela se déclanche lorsque nous nous sentons prête...Sincèrement à 11 ans à peine je jouais encore à la Barbie!
Pouh, je ne revivrais tout cela pour rien au monde!
A celles qui sont mamans d'une ou plusieurs filles, je propose de surtout bien les entourer, tout en leur laissant la liberté d'en discuter seulement si elles le désirent...On ne peut jamais anticiper leur réaction, elle est propre à chacune.

J'embrasse tout le monde!

Christie

comme toi j'ai longtemps été complexée par ces artistes qui, à mon âge (puis plus jeune..) avaient déjà écrit leur chef d'oeuvre !

.. et puis, j'ai entendu parler de ces auteurs qui avaient publié leur premier roman à 70 ans, et j'ai compris que j'avais tout mon temps, hors d'une norme, et sans complexe je sais que moi j'ai besoin de mûrir mon livre !

carle

slt vous pouvez me dire deux passage du livre bien a lire a ma classe svp ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

janvier 2022

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31