« ventre vide | Accueil | ce qui est fait est fait »

lundi 23 mai 2005

Commentaires

swahili

c'est les voisins qui doivent être contents ;-)!!!

caramel

Une pensée pour Bibi qui en a eu 6 d'un coup...

Sophie

un jour avec Oliv on a fait le pari qu'elle deviendrait aphone avant que nous ne toùbions dingues. et bien nous avons perdu...

catherine

recette de Géorgie (l'eau, le vin, la bière ont porté leurs fruits?) :
- Se réfugier dans une maison à la campagne, un peu à l'écart du reste du village.
- virer les habitants de la dite maison, tout conseil "laisse la crier" ou remarque "elle a eu ce qu'elle voulait, tu l'as prise dans tes bras" peut anéantir l'opération.
- Coucher le nouveau né au grenier, aller dormir dans le salon (si grosse fatigue, à la cave).
- Dormir, constater le lendemain matin que l'enfant a survécu, et qu'à dormir autant d'heures d'affilée, on se sent de bien moins méchante humeur.
Cette recette a sauvé ma santé mentale à la naissance de ma fille. Curieusement, j'ai été incapable de renouveler l'expérience à la naissance de mon fils.

sans moi

Alors ça.. venir à bout de la résistance de Sophil.. fallait bien que ce soit ta fille !
pour les voisins je ne suis pas trop inquiète, la voisine dort sous notre lit et ce n'est pas Alma dans sa chambre qu'elle entend..

Catherine, merci de la recette, effectivement tous les enfants ne sont pas traités à la même enseigne nous c'est Chimène qu'on a eu plus de mal à laisser pleurer (mais bon Alma on ne la laisse pas pleurer exprès.. d'ailleurs elle semble m'appeler..)

annick

Bravo, de nourrir depuis trois semaines avec Chimène devant...aux 6 semaines de l ainée, j ai connu ce genre de "ahlalala que c est douré" ... et le bib d'avant nuit a rempli le petit ventre affamé car la mère fort fatiguée en fin de journée et faut "tout simplement" accepter, et puis l allaitement mixte permet de continuer bien loin "les moments fusion" avec beaucoup de paisible!...et puis le bib du soir c est papa aussi qui nourrit, qui soulage la mère, la femme, cela fait du bien...mais surtout fais comme tu le sens, toi! je dis juste mon vécu, si cela peut aider!courage!

gilda

Je n'ai pas de recette miracle en plus que chaque enfants (et chaque maman) sont différents, alors ...

J'ai pratiqué le petit biberon complémentaire avec la tété qu'on espérait du soir pour tenter d'être tranquilles jusque au moins 3 heures du matin (au lieu de 1 heure, quoi) ; ça marchait un peu ;

Je notais toutes les tétées leur durées, si j'avais ou non l'impression que le bébé avait bien pris ou juste s'était rassuré que l'approvisionnement était toujours fourni. Quand ça faisait moins de deux heures de la précédente et que l'enfant réclamait à nouveau, je m'efforçais de faire durer. J'ai dû en faire des km dans notre appartement en tenant bébé dans les bras et en chantant des berceuses !
Ca a bien dû nous arriver des nuits qu'on soit tellement épuisés, aussi bien le père que la mère que le bébé pleure sans qu'on l'entende ou alors seulement au bout d'un moment.

On a probablement été plus durs avec notre fille qu'avec notre fils pourtant second : elle hurlait sur le mode, bon alors ça vient oui, en plus qu'elle ne voulait jamais dormir (ce qui a peu changé, mais à 15 ans ça gêne moins) alors que lui, plus diplomate, pleurait doucement comme un crachin breton malheureux, d'un air de dire pourquoi me faites vous ça. En plus quand il se sentait repus, il dormait bien volontiers.

Bon, l'un dans l'autre et quelle que soit la méthode employée, vient un moment, pour les nôtres vers 3 mois mais pour d'autres enfants je suppose plus tôt ou plus tard, où une sorte de rythme naturellement s'installe, où le petit nouveau semble enfin différencier la nuit du jour, et où on le découvre avec bonheur et soulagement capable de faire du 23 h - 6 h ou du 22 h - 5 h et à ce moment-là, quel bonheur !

Patience donc, faites ce que vous pouvez, mais pensez quand même un peu à vous et ... ne vous mettez pas la râte au court-bouillon, pour le lait ça n'aide pas :-) ...

rita des Açores

Un des pires supplices, c'est bien de nous enlever le sommeil. D’ailleurs c'est, je crois, une torture de guerre. Seulement là on a pas envie que notre bébé devienne notre ennemie. Alors parfois, il faut savoir être sourd à ses demandes incessantes pour pouvoir se reposer et revenir plus tard vers lui

fabienne

c'est malgré tout une chance d'avoir un enfant je te le dis ,moi aynant du mal a en avoir un je t'assure que malgré la fatigue vous ne connaissais pasvotre chance!!! je connais ce manque immense de de pas en avoir!!!
magnifique ces ti chiots!!!

sans moi, maman gâteau

ah ben ça je la savoure ma chance ! merci pour le partage d'expérience (j'adore l'expression crachin breton, Alma quand elle a faim c'est plutôt le déluge wagnérien ! quel désespoir)

annick

je vous comprends, Fabienne, des faussecouches, un curetage qui laisse le ventre revide et le couffin vide encorps!....des traitements.. puis je fus enfin mère........
ET...
je comprends aussi, les jeunes mères bien fort..je les soutiens bien fort aussi..et je m'éclipse devant "Dame Maison Verte" avec qui j aurais aimé prendre le thé, en un temps...les dernières notes sont bien jolies de vrai...

Marie.Pool

Bibi la Tétine... Si tu remarques comme s'y prennent nos soeurs les Stes Bernardes et les Vachettes Pâquerettes, elles laissent têter jusqu'à ce qu'elles décident d'éloigner la portée gloutonne du mamelon, en le prenant par la peau du cou pour le mettre un peu plus loin, ou en remontant le genou s'il y a un pinçon trop zélé. En fait nos tout petits nous prennent pour de la gomme à mâcher et sucer.De plus, ils sont tellement motivés à pomper que le moindre centimètre carré de peau (même poilue du père), ils sont prêts à l'engloutir ! Il piquent des rages folles lorsque le lait des poils ne coule pas. Alors on leur explique entre deux vociférations que le lait existe, puisqu'ils l'ont rencontré... Mais qu'il y a des heures de fermeture pour permettre le réapprovisionnement (Au début , 20 minutes de têtée environ, toutes les trois heures puis espacement progressif... suffisent pour apaiser un petit ogre - encore faut-il qu'il ne musarde pas dans le sommeil sinon c'est self-service à plein temps...). Il faut que Maman boive beaucoup, se repose et s'alimente correctement. Porter l'enfant dans le dos ou sur le çôté peut-être une solution pour que l'enfant se sente en sécurité grâce au contact.Dans son lit,lorsqu'il n'est pas calé, l'enfant soudainement réveillé est comme un cosmonaute qu'on jetterait de sa fusée dans l'espace ( Le fameux reflexe de Moro où l'enfant écarte bras et jambes en hurlant s'observe pendant quelques semaines et disparaît quand la maturité neurologique est suffisante). Le peau à peau ( même à travers un tissu )permet au bébé de se sentir contenu.S'il n'a pas faim mais qu'il aime continuer à têter en rêvant,lui rapprocher le dos de la main pliée de la bouche peut suffire à le calmer (Malheureusement la position à plat dos à la mode aujourd'hui ne permet pas cela... le recours à la sucette physiologique est un compromis possible pour les bébés qui en ont besoin- Tous les bébés ne se ressemblent pas - Certains parviennent mieux à rester tranquilles et c'est indépendant du type de maternage . Laisser s'époumoner un bébé n'est pas très malin car au bout d'un moment et par réflexe conditionné, il s'apercevra que c'est un
moyen sûr pour faire rappliquer les secours. J'hurle donc je bois ! Chaque bébé doit peu à peu trouver sa solution d'auto-consolation mais cela suppose que son corps a ce qu'il faut : nourriture, caresses, regards, nursing évitant les petits bobos de peau et les glouglous douloureux de la digestion ou de la régurgitation. Bon, si je continue à te parler canin ou bovin,tu ne vas pas tarder à aboyer ou à meugler... Mais Dame Nature te-dis-je... Observons Dame Nature ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.