« La vie, c'est simple | Accueil | Guainoisation ? »

29 août 2007

Commentaires

Bao

Au fond, tu n'as pas tord... je n'avais pas vu ça comme ça, mais c'est bien vrai :)

Nicolas J

Le blog n'est pas mort mais une page se tourne peut-être : on a bien déliré pendant les élections et on s'essoufle ensuite. Peut-être qu'il ne faut plus prendre les blogs au sérieux mais juste les utiliser pour "le bon temps".

Pareil pour les réseaux sociaux. On peut les utiliser pour rigoler pendant les heures de bureau mais sûrement pas pour rencontrer du monde. Si ! Mais pas pour entretenir des relations.

Laurent

Je pense que les deux sont complémentaires.

Le blog est un exercice exigeant, où il est potentiellement question de qualité de contenus, de dialogues argumentés, tandis qu'un Facebook se révèlera de pure "sociabilité", ou de "civilité" pour reprendre un mot désuet.

En fait, on peut considérer les logiciels sociaux WEB 2.0 émergents (Facebook, Twitter peut-être...) comme des lieux de passage, des vitrines, à la rigueur le comptoir d'un troquet où l'on échange trois mots en avalant un expresso.

En revanche, le blog s'assimilerait davantage à la salle, voire, à l'arrière-salle, celle où on discute ferme, où l'on peut même confier une part de son intimité, bref un lieu où les identités sont, de fait, plus affirmées.

koz

Je n'aurais pas spontanément mis en concurrence blog et réseaux sociaux et, du coup, je me demandais bien par quoi Chryde et embruns entendaient les remplacer.

Twitter ? C'est gentillet mais tout de même...
Facebook ? Ca reste un outil de réseau, dont ne maîtrise ni la mise en page ni même totalement l'actualisation.

Et puis, écrire un billet sur facebook...

Sans compter que, lorsque l'on est sur un logiciel libre et que l'on dispose de son propre hébergement, on a, globalement, totalement la main.

Non, il me semble que, si l'on bloguait parce que l'outil était tendance, sa généralisation (progressive) le rend probablement has-been. Si l'on a encore le sentiment d'avoir quelque chose à dire, en revanche...

Le blog ne durera pas toujours, c'est certain mais, pour le moment, je n'ai pas encore vu son remplaçant (je ne suis pas non plus le mieux informé sur le plan technique, il est vrai).

Vinvin

P'tain, les Highlanders ont le spleen. Ha ha ha... Ruses de lofteurs pour devenir Loic Le Meur !!!

CedricA

Hors effet de mode, le blog répond à des besoins et des attentes qui n'ont pas trop de raisons d'avoir disparus : expression libre, échange, simplicité, source d'information indépendante. Le blogging de masse va peut être s'éteindre, mais qui parmi les bloggueurs réguliers a envie de perdre ce petit coin de liberté ?

pierre chappaz

Courage Nicolas non le blog n'est pas mort, c'est la conversation qui évolue, on a moins envie de parler de Bayrou en ce moment ;-)

Je suggère d'échanger quelques idées sur la Chine, et plus exactement le rôle que les Google, Yahoo et autres MSN y jouent en aidant les "autorités" à étouffer la démocratie.
http://www.kelblog.com/2007/08/yahoo-msn-googl.html

remi

J ai decouvert ce blog durant la campagne presidentielle. Je m'y rend presque tous les jours, depuis mon bureau, quand j ai 10 minutes de repit. Apres un passage sur les principaux sites de presse quotidienne, je termine toujours ma virée webienne chez Versac. C est un refuge, un moment de calme, de reflexion. On a l 'impression de connaitre l'auteur, on se demande ce qu'il fait dans la vie, comment il trouve le temps d'écrire, de lire, d'être au courant (on n'est pas ici sur le blog d'une minette de 16 ans qui nous raconte ses experiences sexuelles, on est d'accord !). La fonction du blog n'est pas (plus) de créer des liens, à mon avis. Ca c'etait valable pour MSN, facebook, myspace (à vérifier si de véritables liens se créent) . Je ne me sert finalement de MSN que pour discuter avec mes "vrais" amis de la vie réelle, MySpace c'est bon pour les ados et les DJ qui cherchent des producteurs ...
Non, je crois que le blog est maintenant "sorti de la mode", et une sorte d' "e-sélection naturelle" ne va faire rester que les meilleurs. (c'est presque un métier, d 'être bloggeur!)

en tout cas, longue vie à celui-ci !

socdem

en totu ca par rapport à y'a a quelques années le comnnetaire se fait plus rare.

Eric

Le blog est mort? Hier j'étais dans une réunion de blogueurs où certains disaient ça: http://crisedanslesmedias.hautetfort.com

Valérie de haute Savoie

Le blog n'est pas mort, il s'est juste banalisé. Tous le monde peut tenir son blog, il n'y a plus rien d'original à en tenir un mais de là à dire que c'est mort.....
Personne n'est obligée de s'accrocher à son vieux blog.

politoblog

Moi je pense que le blog est une mode à la hauteur des pin's parlants et je l'ai toujours pensé.
Chacun tire dans son coin son opinion. Le blogue n'est autre que l'incarnation d'un phénomène de prise de parole continue et sur tout. On fait de plus en plus d'émissions dans lesquelles on invite des polémiqueurs qui viennent donner leur avis sur tout et sur tout le monde du dernier livre de Franz Olivier Giesbert aux sexe toys. 9 fois10 les avis sont merdiques, intéressants, voir même très chiants. Mais les gens sont persuadés de détenir une vérité, la leur, alors il faut qu'ils la dévoilent, la donne ou la gerbe, enfin il faut que leur voix sorte et que leur avis compte. On fait des émissions de radio où on donne la parole au péquin et ca cartonne. Et pourtant le contenu est une vraie daube, les gens disent souvent n'importe quoi.
Le blogue s'inscrit dans ce courant.
Je blogue donc je suis et j'existe.
Moi ma conception personnelle c'est; je blogue parce que ca m'amuse, de faire le connard, de donner mon avis et d'exprimer mon opinion, même si j'ai pleinement conscience que je dis très souvent n'importe quoi, n'importe où et n'importe comment. Je suis d'autant plus hilare plus mon avis est merdique.
Pour l'instant ca m'amuse encore beaucoup, de casser les couilles, mais jusqu'à quand encore ? J'ai peur d'être rattrappé par l'ennui, ce qui fini toujours par se produire, un moment ou à un autre.

politoblog

Versac toi tu as un bon style et de l'imagination... non si vraiment je te l'ai déjà dis ... et non je fais pas de lêche, c'est vraiment pas mon genre. Il me semble que le prolongement naturel, de ce talent, c'est l'écriture d'essais ou de romans.
99,99% des gens qui tiennent des blogues écrivent comme des savates, tu as la chance de faire partie des 0,01%, il serait dommage de confiner tes articles à quels blogueurs gnangnan, comme moi (au moins j'en suis conscient) et d'autres, qui ne veulent pas se l'avouer.

Stéphanie

En formation annuelle dans le château de ma chère et tendre entreprise, j'ai rencontré aujourd'hui un sacré monsieur, dénommé Jean-Paul Figer (http://www.figer.com), qui nous a initié en une heure top chrono aux nouveautés du web 2.0, à De.licio.us, et à plein d'autres choses tout aussi intéressantes. Mais il a commencé à nous parler de ce monde merveilleux... en nous faisant créer un BLOG ! Comme quoi, ce dernier n'est pas mort, et crions même, VIVE LE BLOG ! Autre formation très intéressante sur le monde de Second Life avec le PDG de Repères, François Abiven (Repères est un cabinet d'études marketing, présent dans 2nd Life...). Voilà, comme quoi, même les plus pointus (dont monsieur Versac)aiment encore le blog !

Jay

Je ne crois pas que les blogs soient mort, bien au contraire. Les réseaux sociaux sont clairement fait pour ceux qui n'ont pas de vie sociale, ou qui souhaite s'en inventer une. Le blog, c'est une histoire, un livre, une personne, des sujets, de l'émotion. Les réseaux sociaux, c'est juste de l'argent..
Entre parenthèses: (Complétement d'accord avec politoblog, écris des nouvelles ou des romans)

Polydamas

Non, le blog est loin d'être mort. Par contre les réseaux sociaux, c'est plus ou moins has been. En France, l'initiateur sur Internet fut Friendset, antichambre de Meetic. Après un début en fanfare, deux, trois ans plus tard, la fréquentation est tombée à tel point que le site a été fermé il y a de cela un an ou deux.

A mon humble avis, Facebook et autres Myspace pourraient très bien suivre le même chemin.

Et moi (allez je donne mon avis, on est bien à l'heure participative... ;-) ), si je blogue, c'est parceque j'ai envie de partager mes découvertes, parceque j'aime partager mes passions et mes combats, parceque j'aime écrire, aussi, parceque j'aime discuter.

Bref, plein de raisons qui me dissuadent d'arrêter.

Vonric

Le BLOG n'est pas mort, mais le Skyblog probablement. Ces milliers (millions me dit-on) de blogs qui ne servaient a rien, avec une page ou deux, jamais updaté, pour mettre les photos de ses copains de college, son chien, ses blagues... oui ca c'est suremment mort et tant mieux ! (ca y est vous pouvez me traiter de vieux con). Ceux la ont migré sur le 2.0, aujourd'hui Facebook, demain ailleurs.

Disons que le blog est en train de devenir plus adulte et a perdu ses défauts de jeunesse ;-) Je trouve a au contraire beaucoup plus intéressant.

Le Charançon Libéré

Mort, le blog ?

A voir le nombre de réactions que l'idée provoque, je crois que tu as ta réponse : tant que ça bouge, ce n'est pas mort.

Paul

Le blog n'est pas mort, bien au contraire nous n'en sommes qu'à l'introduction de l'histoire des blogs.

Les plateformes de blogs du type skyblog etc vont peut-être se faire dépasser par les nouveaux réseaux de sociabilisation. Mais les blogs personnels qui ont du fond n'ont rien à craindre, ils ne visent pas le même publics ni les mêmes objectifs. Je n'imagine pas une seconde des blog comme ceux d'Eolas, d'Apathie, Guy Sorman, Alain Lambert ou d'autres se retrouver sur les nouveautés du web 2.0.

Les blogs sont de véritables lieux d'échanges, ou des spécialistes, chercheurs, passionnés peuvent partager leurs intuitions, leurs analyses, leurs connaissances et leurs passions avec un public curieux de s'enrichir et de débattre. Et je ne pense pas qu'une plateforme web, quelle quelle soit puisse offrir une telle richesse, ne serait-ce que par l'imposition d'un standard d'organisation, d'apparence et de gestion qui limite la liberté des utilisateurs. Le blog reste l'espace ou la liberté est la plus grande, et par la même le lieu sur internet ou la possibilité de s'exprimer, de créer et d'échanger est la plus grande. Il suffit d'y voir la qualité des échanges à partir du moment ou le blog est lui-même de qualité. Rien que pour cela le blog à un long avenir, même si il est parfois un peu brouillon et capricieux, mais c'est à mettre sur le compte de son adolescence. Et tout en gagnant en maturité il ne perdra jamais sa fougue!

politoblog

"Les blogs sont de véritables lieux d'échanges, ou des spécialistes, chercheurs, passionnés peuvent partager leurs intuitions, leurs analyses, leurs connaissances et leurs passions avec un public curieux de s'enrichir et de débattre."

"si je blogue, c'est parceque j'ai envie de partager mes découvertes, parce que j'aime partager mes passions et mes combats, parceque j'aime écrire, aussi, parceque j'aime discuter."

Ah bah voilà qu'est-ce que je disais ! Cette bonne humeur, cette envie, cette gnangnantise. Des omélies de curé ! Non pire des discours d'élections de miss; bientôt on attendra plus dans les élections de miss la guerre c'est mal, mais "j'ai un blogue, dans lequel je partage mes recettes de cuisine, mes photos de vacances et mes avis sur la guerre qui est une très mauvaise chose pour l'essor de la planète et de nos sociétés". C'est vrai que j'ai totalement la gueule d'un spécialiste. Drogue toi, je sais pas moi, bourre toi la gueule, tu verras ca ouvre vachement les perspectives. Les discours béni oui oui sur les blogues c'est la barbe. Toute cette bonté, ce caractère prévenant et amical... ca me fout les boules. Arrêtez de vous prendre au sérieux de croire que votre avis compte, que vous allez faire des révolutions avec vos idées.

Vicnent

ça me fait un peu marrer que ce soit Embruns qui nous disent cela. Lui qui a été un des premiers à bloguer, et qui aujourd'hui, nous sort le blog 3.0, ie le blog des autres blogs, monstre de copié collé. Quels sont ses derniers billets ? un ratage de WP4.0, leur bite sur son blog... Y'a pas à dire, son blog est mort. Et dire que ça se croit n°1 des blogs quand il n'est pas n°2 ?

J'en rigole encore.

donatien

Entre la fin des élections, l'été et ses vacances qui vont avec , normal que certains s'imaginent que les blogs s'eteignent. Mais il n'en est rien. de nombreux blogueurs sont actuellement en train de changer de plateforme, modifier leur ligne éditoriale après le rouleau compresseur des élections.

La politique sur les blogs c'est fini, disons cela se calme. Mais les élections municipales et les bourdes du gouvernement à venir, donneront de la matière à blogueur .

En ce qui concerne Facebook, je suis assez daccord, s'il ne s'agit que de partager ce qui ne sert à rien et collectionner les amis... Très peu pour moi :)

Paul

A Politoblog,
Mis à part ton ton méprisant, il va falloir que tu nous dises ou tu compris dans les commentaires que quelqun - se prenait au sérieux au point de croire que son avis compte, qu'il allait faire des révolutions avec ses idées -

Car oui je suis convaincu que "Les blogs sont de véritables lieux d'échanges, ou des spécialistes, chercheurs, passionnés peuvent partager leurs intuitions, leurs analyses, leurs connaissances et leurs passions avec un public curieux de s'enrichir et de débattre."
Va donc voir les débats en commentaires chez Eolas, econoclastes, Dani Rodrik, Commentaires&vaticinations. A part certains forums je ne vois pas ou sur le web on trouve des échanges de telle qualité. Bien sur ça ne changera pas le Monde, personne ne l'a prétendu. Mais les gens curieux qui souhaitent apprendre de nouvelles choses, confronter leurs idées trouveront de véritables pépites dans la blogosphère.

Lire econoclastes, optimum ou notes d'un économiste a transformé le regard que j'avais sur l'économie. Lire Eolas et Diner's Room m'a fait découvrir un tas de choses sur le droit et la justice. Lire Edouard Fillias, Guy Sorman, Caccomo, Objectif liberté, Tanstaafl m'a permis de mieux comprendre et d'apprécier le libéralisme. Lire le journal de Petite anglaise ou regarder les dessins de Pénélope Jolicoeur me fait toujours passer un bon moment.

Alors je suis peut-être un béni oui oui, mais je le vis bien donc je continuerai de l'être, sans condamner avec ta virulence ceux qui ne pensent pas comme moi.

Polydamas

@ Politoblog:

Va voir mon blog et on en reparle.

Tu vas voir si je suis gnan-gnan...

johnsmith

Un peu gnan-gnan quand même.

Polydamas

"Un peu gnan-gnan quand même."

A part le plaisir de la contradiction, vous avez des arguments pour étayer votre propos ?

politoblog

J'ai lu vos blog... j'en ai pensé ...

http://www.youtube.com/watch?v=lj3iNxZ8Dww

Si vous ne comprenez pas l'anglais, le mien est moyen, je parle mieux l'allemand

La question posée à la miss est ;
Un sondage montre qu'un cinquième des Américains n'est pas capable de montrer les Etats-Unis sur une carte du monde. Comment pouvez vous l'expliquez ? »

La miss répond ;
Je crois perso que les Américains des Etats-Unis ne peuvent pas le faire car des gens dans notre pays n'ont pas de cartes et je crois que notre éducation comme... telle qu'en Afrique du Sud, et en Irak, et partout comme tel ... je crois qu'ils devraient... Notre éducation, ici, aux Etats-Unis devrait aider les Etats-Unis... euh... devrait aider l'Afrique du Sud et devrait aider l'Irak et les pays asiatiques pour que nous soyons capables de construire notre futur... Pour nos enfants. »

Les blogs c'est souvent un peu la même chose

Polydamas

@ Politoblog:

Je vois pas vraiment le rapport de votre dernier commentaire avec la discussion, mais c'est pas grave, et ce n'est pas parceque vous voyez cette vidéo qui aura disparu d'ici un mois que la blogosphère est condamnable.

Curieux mais les blogs sont tout simplement représentatifs des gens qui les composent, donc il y en a des chiants, d'autres moins chiants, mais d'autres franchement géniaux.

Comme la vie, quoi.

politoblog

Ok mais le nombre de géniaux est très limité et souvent ceux qui pensent l'être ne le sont pas (et dieux sait qu'ils sont nombreux). Moi je ne me juge surtout pas génial, ni médiocre, je ne vais pas me maryriser non plus, je suis juste moyen... et je suis content d'en être lucide. Tant que je m'amuse je continue. Je suis un peu dépité par tous ceux qui blogue avec lé sérieux auquel pourrait prétendre un éditorialiste du Monde, alors qu'ils ont trop souvent le talent de Mme Michu, si je peux paraphraser mon maître du sarcasme (je l'ai trouvé hier).

Radjel

Mon cher versac pendant la campagne lorseque vous souteniez Bayrou et votre ami Loic le meur soutenait Sarkozy de posts enflammés que n'a t on pas lu sur la mort des médias traditionnels (journaux , tv , radios), des classements de blogs à longeur de pages, et puis plouf plus rien , du vent, des critiques du systéme sarkozy de son gouvernement, du blabla rien. Les blogs continueront à avancer et à créer quand ils cesseront de reproduire les tics de ces mêmes medias qu'ils crtiquent. Pour info un post que vous écriviez en 2005

"La démocratie émergente : faut-il s'en inquiéter ?
Il est paru hier dans les pages Rebonds de Libération un billet quasiment incompréhensible de Philippe Jeanne, intitulé L'Europe bloguée. Evidemment, le titre ne pouvait me laisser de marbre. Emmanuel m'a d'ailleurs, à cause de ma lenteur à poster, grillé la politesse en en écrivant un très bon résumé sur Publius :

Les blogs ont une influence néfaste sur la politique française parce qu'ils favorisent une pensée simpliste et la répétition de clichés partisans. Ah, et tous nos problèmes seraient réglés si seulement nous adoptions point par point les recettes blairistes.

L'article est très confus, ce n'est rien que de le dire (j'ai du m'y reprendre à trois fois pour tenter d'en saisir un peu de sens). On sent que se mélangent plusieurs thèses ou interrogations sur l'avenir du débat politique et de ses orientations, mais on peine à comprendre quelle est la position de l'auteur, sino qu'on comprend qu'il favorise le pragmatisme libéraln, et qu'il regrette que les blogs aient fait voter non. Il constate par ailleurs le divorce entre l'opinion et les institutions (européennes), ainsi que l'émergence de cette opinion, qui refuse d'avancer sur le chemin doré que lui trace sa classe dirigeante. Puis suivent des interrogations un peu confuses. Le débat en ligne est-il un bienfait ou un danger ? Aide-t-il à mieux cerner la complexité ou bien n'est-il qu'un boulevard pour les populistes et les simplificateurs de tout poil ? Peut-on réconcilier l'expression populaire et un gouvernement éclairée ?

Il se trouve que je croise pas mal de monde actuellement, dans des milieux politiques ou intellectuels, qui se montrent inquiets et désemparés face à la montée des blogs. Comment leur faire comprendre trois réalités ?

- Le peuple a trouvé un moyen de reprendre la parole
- Celà est porteur de risques, comme le sont la liberté et la démocratie
- Les politiques et les intellectuels feraient bien de s'y intéresser, en adoptant une autre démarche

Ce que nombre de personnes ont découvert avec la campagne du referendum (une expression populaire sur internet) existe depuis longtemps. On ne saurait que trop leur conseiller la lecture de "The revolution will not be televised". Surtout, ils se sont rendus compte que le mouvement collectif généré par ces opinions mises en réseau pouvait devenir irrésistible. Internet est devenu une force révolutionnaire à leurs yeux. Et ils n'ont peut-être pas tout à fait tort.

L'expression individuelle est un fait
Les blogs, les outils communautaires de débat ne sont que le reflet de l'affirmation des volontés individuelles, qui disposent enfin des moyens le leur permettant de s'exprimer sans les intermédiaires traditionnels de la démocratie. Cette aspiration à la désintermédiation existait déjà (cf. le succès, à son démarrage, d'ATTAC, antérieur à la généralisation d'internet, par exemple). Elle trouve enfin un moyen efficace de mise en société et d'action. Il faut accepter celà comme un fait. Ensuite, il faut comprendre comment fonctionne cet espace de débat et de mobilisation, pour se demander ce qu'on peut faire pour éviter les dérives.

On s'en inquiète en haut lieu
Les media et beaucoup de politiques s'inquiètent de ce nouvel espace, souvent vu comme un endroit sans règles, sans éthique, sans pouvoirs, où les individus rois seraient tous égaux, ce qui conduirait à une simplification des débats, à la diffusion d'idées fausses, ouvrant un boulevard aux populistes, et ne permettant plus la gouvernance des éclairés, face à une réalité éminemment complexe. Je caricature peu, par rapport au discours que j'ai pu entendre, de politiques de gauche comme de droite. Certes, ce risque existe (simplification, diffusion d'idées fausses, montée de mouvements populaires...). Mais si on se contente de cette description catastrophiste, en admettant que toute expression populaire de masse tend vers le simplisme et la démagogie, alors il vaut revenir à la dictature.
D'autres n'ont pas pris la mesure de ce phénomène et sont encore heureux dans leur bulle : ils croient encore que la politique doit être "l'écoute" des problèmes des bons citoyens par leur élu professionnel, et la fourniture de solutions packagées à ceux-ci. Ces broadcast politics viennent certainement à leur terme. Tout simplement parce que le peuple, en s'epxrimant, s'organise.

Les blogs créent des réseaux, pas une jungle
Internet est un espace vivant, social, qui se structure. Des micro-sociétés, ouvertes, en changement et en hiérarchisation permanents, font vivre l'échange et le débat, et parfois la mobilisation militante. Les individus s'expriment librement, et leurs expressions rencontrent celles d'autres individus, formant ainsi des réseaux, où émergent des noeuds de réseaux, des têtes de ponts, des experts où chacun joue un rôle. Ce n'est pas une jungle sans lois. C'est un espace libre, où se créent et évoluent en permanence des arbitres, des leaders, des passeurs, et une foule d'individus qui veulent s'exprimer. Ici, les positions peuvent évoluer vite : c'est un espace vivant et rapide.

Ce que n'arrivent pas à comprendre nombre de gens qui ont peur des blogs, c'est ceci :


Les blogs, ce ne sont pas juste des sommes d'expressions individuelles. Ce sont des réseaux. Ce sont des énergies mises ensemble.

Evidemment, il y en a d'autres à qui c'est justement celà qui fait peur : le retour du pouvoir au peuple, sans partis, sans associations, sans corps pour les organiser, et surtout, l'apparition de concurrents nouveaux (les leaders de cette génération). Au-delà de ceux qui luttent pour leur chapelle (le fonds de commerce de leur parti), une inquiétude est légitime. La campagne d'Howard Dean a montré la formidable capacité d'entrainement qu'apporte internet. On peut craindre une mauvaise utilisation (et la circulation d'idées fausses lors de la campagne référendaire en est un exemple).

Je crois qu'on ne peut regretter, en soi, cette émergence, si on est démocrate. On peut même considérer celà comme une chance immense, dans un pays où les principaux partis politiques ne comptent dans leurs rangs que quelques petites centaines de milliers d'adhérents, qu'un million de personnes aient choisi un espace pour, notamment, parler de questions collectives. En même temps, on ne peut que constater la rupture qui existe entre ce monde vivant, agile, en mouvement, et celui, appuyé sur des structures vieilles, installées, peu mobiles, des partis politiques et du monde intellectuel. Le problème ne viendra pas de la masse qui bouge : elle est là, et elle bougera. Il viendra de la capacité des politiques et des experts d'entrer en échange avec ce monde.

Prochain post : mais alors, que faire ?

22 septembre 2005 à 00:20 | Lien permanent

le chafouin

et politoblog, relax!
Je suis d'accord vec toi pour dire qu'il faut pas se prendre la tête et garder son humour, mais d'autres font ça de manière "professionnelle" et le font bien! regarde éolas, versac, koz... C'est un régal, l'humour reste là, la contradiction aussi, et en même temps on ne racontre pas trop d'âneries.
Pourquoi pas? Je rejoins la discussion qu'on avait hier avec tabête noire : il faut de tout dans la blogosphère, des blogs moyens, des bons, des nuls... Tout dépend aussi du talent et du temps qu'on a!
Mais pour revenir à la question posée par Versac, et en ce qui concerne les blogs politiques, je crois sincèrement que rien n'est mort, mais que la campagne a tellement éprouvé tout le monde qu'il y a un relâchement certain. Il y a un moment où tu as tellement échangé d'idées que tu n'en peux plus, que tu ne sais plus.
Facebook, je vois pas trop le rapport. Mais il paraît que les chasseurs de tête y passent. Mettez donc une photo de beau gosse, hein.

versac

Radjel : je n'ai pas très bien compris ce que vous voulez dire, au delà du fait que je n'ai pas soutenu Bayrou, que Loïc Le Meur n'est pas mon ami, et que je n'aiu jamais annoncé la mort des media traditionnels.

politoblog : le procès en qualité des blogs est un peu débile. Pour ma part, je lis plusieurs dizaines de blogs que je trouve vraiment excellents dans leur domaine. Il y a du déchet à coté ? Et alors ? Chacun trouve ses sources intéressantes.

le chafouin : le billet est très implicite, en fait, et parle d'usage, de plate-formes, plus que de blogs politiques et de campagne. Il fait référence à une réflexion récurrente d'embruns sur l'avenir du format blog.

Je trouve pour ma part que l'après campagne est plutôt intéressant. Nous voilà débarassé (ou rpesque) des petits militants pollueurs et du surintérêt des media. On va pouvoir avancer tranquillement...

politoblog

@Versac

Si t'as un défaut c'est bien l'humilité;
"Nous voilà débarassé (ou rpesque) des petits militants pollueurs"
Oh merci grand Versac de nous éclairer !

Camaienne

Mort non.
C'est un outil indispensable, entré dans les moeurs pour moi.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Boutons divers


  • Creative Commons License
    This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 France License.




  • Site 
Meter


  • Listed on BlogShares
  • ...