Cherchez, trouvez


  • (avec google)
    Web ce blog

superlivres













Ca peut servir






























« lundi matin | Accueil | trois moments clown / une chose entendue, une chose vue, une chose vécue »

mardi 28 novembre 2017

nous voici

IMG_7731

D'abord, me faire un thé (Earl Grey, bouillant, parfumé, dans ma tasse en grès bleue nuit à pois blancs). 

En 1998, j'ai commencé à en avoir assez de voir ma pratique d'écriture limitée au genre épistolier et le journal. J'avais 24 ans, j'écrivais depuis l'âge de 7 ou 8 ans, avec quelques articles pour la revue que nous avions créée à HEC, quelques poèmes.... J'avais envie de faire autrement mais je ne savais pas comment m'y prendre. Je ne sais pas comment j'ai entendu parler des ateliers d'écriture, mais je me souviens de l'annonce dans Libé pour un week-end d'initiation, avec les ateliers Elisabeth Bing, j'y suis allée et j'y suis restée. 

C'est dans cet atelier, au bout de la 3ème ou 4ème année, que j'ai écrit parmi d'autres, en 2002, un texte, La lande bretonne. C'est la première nouvelle écrite du recueil dont j'ai consciemment commencé l'écriture et l'assemblage en 2008, ici, sur ce blog. 

Deux évènements m'ont conduite à commencer cette collection d'histoires. Le premier, je le raconte dans la première histoire (Lucien devant la table du libraire), et le second, c'est la rencontre avec une éditrice, Mathilde. Elle venait lire ici et m'a demandé si par hasard je n'écrirais pas quelque chose pour elle. J'ai écrit quelque chose pour elle, pour moi, pour Lucien, pour vous aussi puisqu'une partie des histoires sont nées ici. Puis quand j'ai eu le sentiment d'en avoir écrit assez, 17 ou 18, j'ai retravaillé, j'ai tout bien mis en page et je lui ai remis mon petit paquet. 

Elle n'en a pas voulu. 

3 ans sans toucher au bousin, puis en 2011, allez, j'avais rencontré Julia, j'ai tout ressorti du tiroir, envoyé à des amies, à des copines, et les retours que j'ai reçus m'ont aidée et motivée à reprendre chaque histoire puis à apporter le manuscrit à plusieurs éditeurs. 

Idem en 2013. Mon amie Yael m'a proposé de changer l'ordre des histoires. Je ne sais pas vous dire pourquoi ni comment, mais ça fonctionnait bien mieux après. 

Idem en 2015, j'ai repris. Je crois que c'est parce que l'un des personnages de l'une des histoires, celui qui a inspiré Un jour d'été, m'a recontactée, via ce blog. J'ai eu envie de lui envoyer le manuscrit, je l'ai relu et un peu repris, imprimé pour lui, et tant que j'y étais l'ai envoyé à 3-4 éditeurs. 

Plusieurs réponses encourageantes (Stock, Anne Carrère, L'Olivier), deux neutres (Héloïse d'Ormesson, Rue Fromentin), une torchée (Minuit), une dégueulasse (Le Dilettante) (je cite les noms car je ne sais pas, ça me parait important aussi que l'on sache qu'il y a des éditeurs honnêtes et d'autres qui se croient le droit de mépriser ceux qui leur font confiance). 

Je n'ai pas lâché l'affaire et je me suis dit, Bon, elles sortiront quand elles sortiront.

Et ce printemps, Alma m'a demandé de lui raconter des histoires de quand j'avais seize ans. Dans ce recueil il y en a, ça commence même à 14 ans, enfin bref je n'ai plus eu envie de lui raconter mes histoires, j'ai eu envie qu'elle les lise. Et qu'elle les lise dans un livre publié. A peu près au même moment, on s'est mis à échanger de nouveau, brièvement, avec un ami de ma jeunesse qui n'avait pas eu "son" histoire, et je le regrettais. A peu près au même moment, un mien cousin, qui est aussi éditeur, Guillaume Wallut, a publié sur son Facebook que l'un des livres qu'il éditait était un recueil de nouvelles et était en lice pour le Goncourt des nouvelles. "Tu édites des nouvelles !?" "Bah oui !" "J'ai écrit un recueil qui parle d'histoires de rencontres, tu veux le lire ?" "Bah oui !" 

Comme je ne voulais pas lui envoyer le même texte qu'aux autres, je l'ai relu, un peu repris, et j'ai ajouté une histoire à la fin, avec l'histoire que je n'avais pas réussi à écrire jusque là et qui ce matin-là a coulé toute seule : Feréol, Appendix. 

Trois jours après, un mail de Guillaume : "Je l'édite". 

Sa maison s'appelle Cent Mille Milliards. 

J'étais drôlement contente. 9 ans après le début du processus de recueil et d'écriture consciente des histoires ! On s'est vus, on a trouvé un titre mieux que le titre de travail qui avait fini par me gonfler, on s'est mis d'accord sur un principe de couverture, une date de sortie... 

Cet été, avec Alma, séance de photos dans les dunes de Donnant... 

Et nous voilà. Le manuscrit est devenu livre, enfin. Un livre vivant, car imprimable à la demande. Un livre vivant car je désire y insérer de nouvelles histoires au fur et à mesure qu'elles naissent, et Guillaume m'a donné son accord pour qu'on le fasse au fur et à mesure des réimpressions. Un livre vivant car c'est ma fille qui a pris la photo de la couverture. Un livre vivant car peut-être vous allez le lire et que des images, des histoires, des évocations vous naitront de cette lecture. 

Vous me direz. 

Où peut-on le trouver ? 

Le plus simple, c'est sur Amazon. 

Le deuxième plus simple, c'est sur le site de Cent mille milliards

Le troisième plus simple, c'est d'appeler votre libraire pour le commander. 

Le quatrième plus simple (mais dédicacé), c'est en me le commandant à moi. Dans ce cas, vous m'envoyez un mail à maviesansmoi@gmail.com, et il faut ajouter 3 euros de frais de port si vous habitez en France, et 5 euros pour le reste du monde, au 15 euros du prix du livre. (Si vous en commandez plusieurs, les frais de port restent les mêmes : 3 ou 5 euros en tout, que vous commandiez un, deux, cinq exemplaires). Vous pouvez régler par chèque ou par paypal. 

Je voulais vous dire Merci

Merci, parce que mes deux livres les plus personnels sont nés ici. Le troisième, qui va sortir en janvier, et ceux que j'ai écrits avec Marie Bousquet... Ben Marie je l'ai rencontrée grâce à ce blog, et mon éditrice chez First, aussi. Parce qu'ici je trouve le courage d'écrire pas tout et n'importe quoi, loin de là, mais beaucoup de choses qui me font du bien, trouvent parfois un écho et constituent le terreau parfois pour commencer ma journée ou commencer un nouveau livre. 

Oui j'écris beaucoup. Parfois j'ai peur de "pisser" de la copie. Et à côté d'écrire, je vis, aime, expérimente, rencontre, réfléchis, remâche, lis, apprends, trébuche. 

Et ce blog, avec ce blog j'ai appris que je n'avais pas besoin de recevoir l'aval d'un éditeur, ni son chèque, pour me dire écrivain. J'écris et je suis lue de manière consistante. Et ça c'est infiniment précieux. (Même si commencer à en vivre... Et écrire de plus en plus de livres... Je me sens très très heureuse). 

Bref MES NOUVELLES SONT NEES ! 

 

Commentaires

Une ténacité et un courage payant. Le travail et la passion sont toujours récompensés. Longue vie à ce livre!

Rédigé par : Nathalie | 28 nov 2017 21:00:45

Quelle belle épopée !!!!
Félicitations
(Yeah !)
Des pensées de future acheteuse :)

Rédigé par : Cloudy | 28 nov 2017 22:06:36

Je vous félicite, bien évidemment; mais permettez-moi de vous dire que je trouve choquant que vous puissiez faire de la pub à Amazon, dont vous n'êtes pas sans ignorer les méfaits, avant même d'en faire pour votre libraire indépendant (celui du coin, qui peut tout à fait commander un livre, même si les délais seront (un peu) plus longs, et que vous regretterez quand il aura fermé (bientôt).

Rédigé par : isabelle | 29 nov 2017 08:28:37

Bonjour Christie, félicitations pour la parution de ce livre ! Je voudrais me l'offrir en passant pas vous ! Comment faire en pratique? Belle journée !

Rédigé par : nathalie | 30 nov 2017 09:03:05

Et quelle nouvelle ! Célébration, c'est mérité pour tout ce travail d'écriture inspirant que je lis avec délice depuis plus de 10 ans. Bravo et merci pour le partage de ce parcours qui me donne du courage pour l'aventure éditoriale qui voudrait être en cours pour moi.

Rédigé par : Kristin | 30 nov 2017 15:27:40

Merci pour votre accueil !

Cloudy, Nathalie, un gros bisou.

Kristin, lisez ce livre, The right to write, de Julia Cameron.

Nathalie, je vais ajouter l'explication pour me commander à moi dans le corps du texte, vous avez raison (en gros il suffit de m'envoyer un mail et le paiement par chèque ou par paypal).

Isabelle, oui Amazon a des gros défauts. Il traite d'ailleurs très mal mon livre !! Et j'utilise ce site très régulièrement, comme nombre de lecteurs. J'y trouve les livres que je cherche, et un super service. Ce qui ne m'empêche pas aussi d'aller acheter des livres en librairie. mais moins souvent car y'a pas tout, c'est moins pratique, je repars souvent avec d'autres livres que celui que je cherchais et des livres que je ne lirai pas. Bref malgré ses défauts.. j'aime bien Amazon.

Rédigé par : Christie | 30 nov 2017 16:07:05

Félicitations ! Ecrire est toujours un voyage : en général, on imagine la destination, mais jamais les péripéties.

Rédigé par : Pacifique | 1 déc 2017 07:52:27

Félicitations pour cette naissance après cette longue gestation ! :-)
Très heureuse de les savoir publiées.
(en terme de librairie en ligne, j'utilise maintenant Decitre. Tes nouvelles y sont aussi !)

Rédigé par : Anne-So | 8 déc 2017 12:03:25

Congratulations!! Bravo pour la publication de tes nouvelles, Christie, mais aussi (et surtout ?) pour la ténacité dont tu as fait preuve. Merci pour ce récit détaillé de la gestation + naissance de cette œuvre. J'y pense depuis que j'ai lu ton billet, et ça m'inspire...

Moi, côté librairie, j'essaye de ne plus recourir au "grand méchant loup" (qui maltraite ton livre, en plus, tu dis ? ;-(() et j'utilise la plateforme rhônealpine https://www.chez-mon-libraire.fr. (Decitre, j'y ai bossé et ai plus de mal....).
L'occasion de parcourir la métropole pour disposer rapidement des livres dont j'ai besoin et de découvrir/approfondir des liens avec des libraires locaux. C'est parfois stressant ou, du moins, chronophage, mais j'ai la conscience tranquille et suis tellement plus satisfaite de dépenser mes euros ainsi...

Gros bisous de félicitations !! Keep warm + happy + writing + doing anything/everything purposeful/that you like.

Rédigé par : Anne-Liesse | 11 déc 2017 13:38:34

Merci les amies ! On a fait ramoner le poele, réparer les radiateurs, on n'oublie pas les bonnets et les gants quand on sort, l'hiver n'a qu'à bien se tenir !

Rédigé par : Christie | 12 déc 2017 11:27:40

Poster un commentaire






Ma Photo

décembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

(...)


...