Cherchez, trouvez


  • (avec google)
    Web ce blog

superlivres















Ca peut servir






























« se faire le cadeau | Accueil | des nouvelles de mes nouvelles »

jeudi 27 avril 2017

les avant-textes

IMG_0412

 

J'ai eu la chance, lundi et mardi, d'animer deux sessions d'atelier d'écriture pour une classe de CM1. Nous avons travaillé à partir de classiques de la littérature enfantine. La première proposition, inspirée de Peter Pan, a vu la plupart des enfants se jeter sur leur feuille, stylo au poing ; mais la seconde, lancée après la lecture d'un extrait de Roald Dahl, les a un peu moins enthousiasmés et plusieurs m'ont dit Je ne sais pas quoi écrire. 

Cette phrase, Je ne sais pas quoi écrire, je ne sais pas comment commencer, je l'ai vécue un nombre incalculable de fois quand il s'est agit d'écrire - une lettre, un billet, un texte en atelier, le livre d'un client, un livre pour moi, et toutes les personnes que j'accompagne. 

Comment déflorer une page blanche ? 

Le conseil que j'ai donné à l'enfant à la plume récalcitrante, est celui que Françoise Neveu nous a donné lors des premiers ateliers d'écriture auxquels j'ai participé : Ecris ça, que tu ne sais pas quoi écrire. Ecris ce qui te passe par la tête. Et tu verras, tu verras ce qui se passe.

En effet, la magie opère, aujourd'hui comme alors. Tous les enfants ont écrit, et tous ont voulu lire leur texte devant la classe. 

L'avant-texte, ces quelques lignes de blabla avant d'entrer dans le vif du texte, ce Je ne sais pas quoi écrire, je n'ai rien à dire, je suis nulle, inintéressante, pas inspirée... Ils font partie de mon quotidien de femme qui écrit. Je les canalyse dans des petits carnets que j'appelle pompeusement Mes journaux d'écrivain. Ou sur ce blog, hu hu. Et ces lignes grognon, qui n'ont pas leur place dans le texte fini, bien souvent permettent la magie d'un petit morceau d'écriture juste. Ou juste la magie d'un fil d'écriture qui nait, d'un fil d'écriture qui ne se rompt pas. 

 

IMG_0424

Le Psychologies Magazine de mai porte sur la créativité. C'est une thématique idéale en ces temps de désarroi citoyen ! Et j'ai eu la chance de passer une grande matinée à raconter et faire expérimenter le Bootcamp à Laurence Lemoine, qui pilotait le dossier. Résultat : elle fait ses pages du matin... Et.. Tadam... le Bootcamp a une story de 3 pages dans le magazine ! 

Merci aussi à Catherine Thouvenin, du très beau blog Paris à l'ouest, pour son bel article sur la créativité. 

Si vous voulez vous inscrire au Bootcamp A nous deux mes rêves, qui a lieu les 10 et 11 juin, il reste quelques places, et même, le tarif Early Bird court encore jusqu'au 1er mai (300 euros au lieu de 380). 

C'est aussi jusqu'au 1er mai que vous pouvez vous inscrire à la première Conversation Créative, qui porte sur la fraternitéUn nouveau podcast est en ligne ici : un temps de création quotidienne pour celles qui en ont peu (du temps). 

avril 27, 2017 dans Upon writing | Permalink | Commentaires (1)

Commentaires

Belle idée que celle de Françoise Neveu!

Rédigé par : Mélodie | 7 mai 2017 23:22:08

Poster un commentaire






Ma Photo

mai 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

(...)


...