Cherchez, trouvez


  • (avec google)
    Web ce blog

superlivres















Ca peut servir






























« en avant ! | Accueil | le quart d'heure colonial »

mercredi 25 janvier 2012

un souvenir d'enfance

Cosmogonie

S'il y a une histoire que les filles connaissent par coeur, c'est celle de la tranche de foie gras. 

Enfant, je détestais les abats, sans discrimination (je détestais les abats et l'idée des abats). Or, à chaque Noël que nous passions dans l'appartement de la rue des Bourdonnais à Versailles, mon grand-père maternel mettait dans nos assiettes une tranche de foie gras. Berk, je m'empressais de refiler ma tranche à ma cousine Rafa qui l'engloutissait, ravie, en plus de la sienne.

Je passais directement à la dinde farcie (bof) ou à la choucroute (rebof), bref à la bûche du dessert... et surtout aux glissades dans le couloir, sur le parquet bien brillant qui faisait crac, crouic, quand on passait à certains endroits. 

Rebord de fenêtre

Quand même, au bout de deux ou trois Noël, la gourmande en moi a commencé à trouver ça louche de voir les adultes et ma cousine faire tant de cas du foie gras, et j'ai eu envie de gouter ma tranche. J'ai adoré ça... au grand damn de Raphaèle qui n'a plus eu sa ration supplémentaire. 

Quelle bécasse, ai-je regretté de m'être privée de ce mets délicieux pendant toutes ces années ! 

C'est cette histoire que je raconte aux enfants quand je veux que l'une d'elle goûte à un aliment qu'elle déteste : "Imagine que tu aimes autant ça que moi le foie gras, imagine toutes ces années perdues à ne pas manger (au choix) d'avocat... de kiwi.. de pêche... etc." 

Pim, et j'ai dû partager mon guacamole, mes pêches juteuses, mes kiwis peludos, avec les morfales nouvellement converties "Encore Maman donne nous-en encore !" piaillent les oisillionnes la bouche grand ouverte. 

C'est ainsi que nous avons procédé à la diversification alimentaire, et que l'histoire du foie gras est devenue un mythe familial, au même titre que celle du quart d'heure colonial - mais celle-là, je vous la raconterai une autre fois. 

Photo de photo

Alma prend des photos de photos, et moi je prends des photos d'Alma.

Commentaires

Tiens, je pourrais raconter la même histoire avec les huîtres et le fromage. Je n'en ai pas voulu pendant plus de vingt ans et qu'est-ce que je m'en suis mordu les doigts ! Chez nous aussi, "le quart d'heure colonial" avait un sens bien particulier. J'ai hâte que tu nous racontes cette nouvelle histoire !

Rédigé par : Satsuki | 25 jan 2012 13:15:33

on pourra se comparer les histoires !

Rédigé par : Christie | 25 jan 2012 18:55:48

aah ! je repousse toujours le foie gras comme une gamine mal élevée...sans avoir réellement goûté un jour, enfin, si une fois, du foie gras poêlé que j'avais pris pour de délicieux morceaux de poulet !

Rédigé par : Cenina | 25 jan 2012 19:00:23

il nous en reste un petit bloc au frigo... ça m'a donné envie cette histoire !

Rédigé par : Christie | 25 jan 2012 19:28:15

J'ai essayé, mais ça marche pas, heeeeelp! Rien n'y fait. "D'accord maman, MAIS MOI, J'AIME PAS" (phrase valable pour tout sauf les coquillettes, à mon grand désespoir).

Rédigé par : la belette | 26 jan 2012 09:23:49

ce qui avait bien marché avec Chimène de 2 ans, qui ne mangeait rien, c'est quand j'ai arrêté de m'intéresser au fait qu'elle mange ou pas. Tu manges, c'est pour toi... Donc je ne l'ai plus poussée, ni félicitée, ni grondée : c'était son problème.

Alma elle aime picorer avant le repas; donc en fait elle prend ses repas avant les repas.
Et puis j'oblige qu'elles goutent une bouchée ou deux de chaque aliment sur la table, à chaque fois ("je sais que j'aime pas" "oui mais tu regoutes"). C'est une règle, une des rares règles de la maison, tout le monde y passe.

Rédigé par : Christie | 26 jan 2012 11:06:09

Poster un commentaire






Ma Photo

mai 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

(...)


...