Cherchez, trouvez


  • (avec google)
    Web ce blog

superlivres













Ca peut servir






























« appel | Accueil | las »

mercredi 28 juillet 2004

beau travail

beau_travailUn homme se souvient ; l'ex-adjudant Galoup, ange déchu revenu en France, lui pour qui la Légion, c'est fini, évoque en un rêve éveillé les évènements qui ont provoqué sa chute ; il se regarde s'approcher du précipice dans lequel il va lui-même tomber, sans appel.

Les légionnaires à Djibouti ; ces hommes au corps entraîné, sculpté, dont on ne sait presque rien si ce n'est leur langue d'origine, leur religion pour certains (c'est le ramadan ; ô l'amertûme de cette privation de nourriture et de boisson en plein cagnard, alors que tous les autres se nourrissent et se désaltèrent..) ; étrangeté de leur présence dans ce désert au bord de la mer, qui ressemblent presque à des vacances. Sensualité, proximité, complicité. Tous accomplissent les mêmes exercices avec leur propre style.

Bruno Forestier, le chef chaleureux, lui même ange déchu d'un autre enfer ; Galoup, sous chef au corps d'avorton, au visage balafré ; Gilles Sentain, la nouvelle recrue "au corps trop mince, qui ne devrait pas être là." Gilles qui s'attire toutes les sympathies, dont celle du chef.
Galoup est jaloux. Galoup cherche à le perdre. Et c'est lui qu'il perdra.

La guerre et la danse ; le décalage de ces hommes si virils accomplissant des gestes de femmes - repasser, cuisiner, étendre les slips, les chaussettes, les maillots, tout kaki. La solidarité et la trahison. La lâcheté du grand chef qui n'intervient jamais pour séparer ces hommes qui s'affrontent. La fièvre.

En peu de mots, en 90 minutes d'images mi-réelles, mi-oniriques, Claire Denis touche encore une fois notre magma enfoui, le terreau le plus tellurique.

juillet 28, 2004 dans Deseo, Keultcheur | Permalink | Commentaires (1)

Commentaires

'Beau travail' est depuis sa sortie, un de mes films préférés. Je me souviens que j'avais été surpris, alors, par une certaine sur-représentation féminine du public. Les beaux corps virils dansant sur l'écran devaient y être pour quelque chose... :)

On retrouve un peu la même sensualité dans certaines scènes du très beau 'Prisonnier du Caucase' de S. Bodrov (http://www.mediacritik.com/fiche_media.php?id_media=1086)

Rédigé par : oppi | 29 juil 2004 00:53:00

Poster un commentaire






Ma Photo

décembre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

(...)


...